Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 24 309 141
Nombre de commentaires : 91 389
Nombre d'articles : 7 356
Dernière màj le 25/01/2020
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Je ne pouvais pas quitter les Baux-de-Provence sans avoir été visiter le château des Baux!
 
Dominant le village et perché sur la partie haute du rocher, le site du Château des Baux s'étend sur plus de 7 hectares.
C'est l'un des endroits les plus extraordinaires de France, protégé au titre des Monuments Historiques.

Le château a été érigé au 11e siècle, pour les seigneurs de Baux.
Durant les 12e et 13e siècles, Les Baux furent un lieu important entre culture et politique de la Provence médiévale du fait de la puissance de la famille régnante.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)

Photo prise sur le Net


La chapelle saint-Blaise est située à la limite du village des Baux-de-Provence et du château des Baux, au-delà du pavillon d'entrée au château.
C'est le premier édifice que l'on peut admirer quand on arrive sur le site du château.
La chapelle date du 12e siècle et fut élevée par la corporation des tisserands et des cardeurs de laine en l'honneur de leur patron et devint le siège de leur confrérie au 17e siècle.


Hôpital de Quiqueran!
Cet hôpital a été bâti 16e siècle en pleine guerres de religion, sur la volonté de Jeanne de Quiqueran, épouse d'Honoré des Martins, gouverneur des Baux de Provence.
Rebaptisé plus tard "Hôtel Dieu et charité des Baux", il ne ferma qu'en 1787.


Le site de cet ancien hôpital propose des expositions!


Ce jour là nous avons pu admirer une série d'images et de portraits dédiés à Picasso.


La vigne et l'olivier!
Dans la vallée des Baux, la culture de la vigne et de l’olivier domine.


Le plateau de Costapera!
Costa Pera fait face à l'éperon rocheux sur lequel sont perchés le village et le château des Baux-de-Provence.
Au pied de ces deux plateaux, se niche le Vallon de la Fontaine où les habitants de la forteresse venaient puiser l'eau.


De cet endroit, le panorama sur le château est magnifique!


Charles Henri Rieu, dit Charloun Rieu (1er novembre 1846–11 janvier 1924), né et mort au Paradou, un village des Alpilles (Bouches-du-Rhône), est un poète et conteur de langue provençale.
Il est considéré par Frédéric Mistral comme « le chantre de la terre des Baux ».


De juin à fin juillet, la Provence revêt un manteau violet au parfum délicieux...la lavande!


Le Château des Baux-de-Provence.....un voyage extraordinaire dans le temps!



Les Baux-de-Provence est un village classé et labellisé "un des plus beaux villages de France".
Aujourd'hui, son patrimoine historique est exceptionnel avec un trésor de 22 pièces architecturales classées Monument Historique!
 
La chapelle des Pénitents Blancs en est un superbe exemple!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Cette chapelle fut construite au milieu du 17ème siècle.
Sa porte d’entrée est ornée de pierres en bossage. Elle est surmontée d’un bas relief représentant deux pénitents, la tête revêtue de la cagoule, le bourras.


La chapelle des Pénitents blancs fut relevée de ses ruines, en 1937, par la Maintenance des Confréries de Pénitents de Langue d'oc.


Elle fut décorée en 1974 par Yves Brayer sur les thèmes des bergers de provence.


Les sujets liés à l'annonce aux bergers et à la nativité sont placés dans un paysage des Alpilles et du Val d'Enfer.



Les Baux-de-Provence, charmant village situé dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, nous réserve de belles surprises!
 
C'est ainsi qu'en nous promenant dans les rues étroites de ce hameau, nous sommes arrivés devant cette maison, la maison natale de Carle Cornille, troubadour né aux Baux en 1866!
 
Vous pouvez voir toutes nos maisons natales sur ce lien!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!



Depuis quelques jours nous vous invitons à  visiter le très beau village des Baux de Provence, situé au coeur des Alpilles!
 
Après un petit tour en ville, arrêtons-nous, aujourd'hui, à l'église saint-Vincent!
En partie creusée dans le roc, l'église donne sur la place Saint-Vincent.
De style roman, Saint-Vincent présente une surface quasiment carrée.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Construite entre le 12e et le 16e siècles, l'église est dédiée à Vincent de Saragosse, un saint né en Espagne au 3e siècle et qui occupait les fonctions de diacre de l'évêque Valère.


Les vitraux, offerts par le Prince Rainier de Monaco, sont l'œuvre du maître-verrier Max Ingrand.


Dans la nef de gauche, dans la troisième chapelle, nous sommes attirés par la présence d'un cénotaphe surmonté d'un gisant.
Il est dédié à la famille de Manville, dont l'ancêtre, Claude de Manville, époux de Philippine de Brion, a fait ériger cette chapelle vers 1540 aux frais de sa famille.


Cet édifice est caractéristique des constructions baussenques par sa partie méridionale à moitié troglodytique.


La cuve baptismale pourrait dater du 18e siècle.



Les Baux-de-Provence sont une commune située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
Je poursuis notre balade dans cette région en visitant, aujourd'hui, cette magnifique cité des Baux-de-Provence!

La balade débute au niveau de l'office de tourisme, ancienne Maison du Roy!
Jusqu'à la Révolution, la ville des Baux fut le chef-lieu d'une juridiction à la fois royale et seigneuriale dont le siège fut longtemps situé dans ce bâtiment construit en 1499. La justice y était rendue au nom du souverain.
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade-découverte des Baux-de-Provence:

-Royaume de pierre au coeur des Alpilles (ici)

-Église saint-Vincent-des-Baux (voir le lien)

-Chapelle des Pénitents Blancs (voir le lien)

-Châteaux des Baux (voir le lien)

-Maison natale de Carle Cornille (voir le lien)

-Restaurant Bautezar et Musée (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le village des Baux-de-Provence, perché sur un éperon rocheux au cœur des Alpilles, est un site majeur du patrimoine provençal.


Le village se visite à pied!


C'est l'occasion  d'admirer de belles maisons anciennes restaurées.....


.....ainsi que de de belles façades Renaissance.


Porte d'Eyguières!
La porte d'Eyguières ou "porte de l'eau" fut le seul accès du village jusqu'en 1866.
Les habitants y passaient pour chercher de l'eau au Vallon de la Fontaine.


Les ruelles pavées nous réservent de belles surprises! Tout est à découvrir!


Hôtel de Porcelet!
Cette belle demeure du 16e siècle présente une belle façade avec d'élégantes fenêtres à meneaux.


Église saint-Vincent!
Cet édifice du 12e siècle est caractéristique des constructions baussenques par sa partie méridionale à moitié troglodytique.


Village de carte postale!


Il est bien agréable de déambuler au cœur des ruelles étroites.


Hôtel de Manville!
Il est le plus bel hôtel particulier Renaissance du village.
La façade irrégulière suivant le tracé de la rue principale est ouverte largement par de grandes fenêtres à meneaux.


Il fut édifié en 1571 par une riche famille protestante, celle de Claude de Manville.


Il est possible d'aller le visiter! N'hésitez pas!
 
À bientôt pour la suite de cette balade!



Le Fort Saint-André est une enceinte fortifiée établie sur le mont Andaon qui domine Villeneuve-lès-Avignon, commune située dans le département du Gard, en région Occitanie.

En 1290, Philippe le Bel échange le Maine et l'Anjou contre une part de seigneurie en Avignon.
Pour protéger un point stratégique à la frontière du royaume marquée par le Rhône, il décide de la construction de Villeneuve-lès-Avignon.

La fortification du Mont-Andaon lui-même est entreprise sous Jean II le Bon.

Vous pouvez voir ou revoir notre visite de Villeneune-lès-Avignon en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Le fort et le mur d'enceinte qui entoure l'abbaye ont été construits en plusieurs étapes durant la deuxième moitié du 14e siècle.


Le châtelet d'entrée, appelé château royal ou "tours jumelles", a été édifié en plusieurs étapes.
Il assure la défense et le commandement du fort.
 


Le long passage de l'entrée était coupé par deux herses successives.


Le fort Saint-André, tel que nous le connaissons aujourd'hui, a eu comme dernier architecte Jean de Loubières, dit Jean de Louvres, l'architecte du palais des papes d'Avignon.


Il a terminé l'actuelle construction sur ordre de Charles V.

Depuis, le fort a été constamment occupé par une garnison jusqu'à la Révolution française.



Chapelle du Belvezet!
Elle a servi de chapelle paroissiale jusqu'au 14e siècle.


La promenade sur l'enceinte fortifiée permet d'avoir une vue panoramique sur Avignon, la vallée du Rhône, le mont Ventoux, les Alpilles et la ville de Villeneuve-lès-Avignon.


L'enceinte fortifiée est longue de 750 mètres.


Les terrasses du châtelet d'entrée!


Les tours jumelles vues depuis la tour des Masques.


Salle du four à pain!
Cette salle semble avoir été aménagée en 1629 lors d'une quarantaine imposée par la peste.

À bientôt pour la suite de cette balade!



La chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction est une ancienne chartreuse datant du Moyen Âge, située à Villeneuve-lès-Avignon, dans le département du Gard en région Occitanie.
 
Vous êtes prêts pour la visite?

Ici, l'allée des mûriers!
Cette allée conduit à l'ancien logis du prieur où se trouve actuellement l'accueil des visiteurs.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre visite de Villeune-lès-Avignon en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


La Chartreuse du Val de Bénédiction doit son origine à la volonté du Pape Innocent VI.
Celui-ci après son élection en 1352, fit don à l’ordre des Chartreux de ses terres et de l'hôtel particulier qu’il possédait à Villeneuve lez Avignon du temps où il était cardinal.


Il fit mener rapidement les travaux de la première fondation, prévue à l’origine pour douze religieux et lui conféra de nombreux privilèges.


Il confia la décoration de sa chapelle particulière à Matteo Giovannetti, auteur des fresques du palais des Papes.


Très attaché à la Chartreuse, il y est enterré à sa demande lorsqu’il meurt en 1362.


Le petit cloître appartient à la première période de la fondation de la chartreuse.



Sa galerie méridionale est dite « du colloque » car les dimanches et jours fériés, les religieux pouvaient y rompre le silence pendant un court moment.



Par la galerie Est, on accède à la salle du chapitre voûtée de deux travées d'ogive.
C'était le lieu de confession et de lecture de la règle de l'ordre.


Cellule du père chartreux!


Chaque cellule se compose de trois pièces!


On pénètre par l'Ave Maria, dotée d'une cheminée et d'un oratoire, qui communique avec une chambreet une pièce consacrée aux travaux manuels. Un balcon couvert et un jardin complètent le lieu  de vie du père chartreux.


Le grand cloître, ou cloître des morts!
Au centre de ce cloître se trouve un grand espace vert qui servait, dans sa partie sud, de lieu de sépulture des moines qui étaient enterrés à même la terre.


Terminons cette visite par la chapelle des fresques!

Cette chapelle appartient au palais que s'était fait construire Étienne Aubert après avoir été élu pape.

Elle est réduite à une abside à cinq pans dont les murs ont conservé de belles fresques réalisées par Matteo Giovannetti, peintre attitré des papes Clément VI et Innocent VI.

À bientôt pour la suite de cette visite!




Lorsque vous êtes à Avignon, vous vous trouvez en région Paca!
Il suffit de traverser un pont, sur le Rhône, afin d'aller visiter Villeneuve-lès-Avignon....et vous vous retrouvez en région Occitanie!
 
La charmante cité médiévale de Villeneuve-lès-Avignon se trouve sur les rives du Rhône.
Elle est dominée par l'imposant fort Saint-André, qui se dresse au sommet d'une colline et possède des remparts du XIVe siècle bien conservés.
Vous pourrez aussi visiter la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon qui abrite un cloître paisible.

Cet article servira de récapitulatif à la visite de Villeneuve-lès-Avignon :

-Cité des cardinaux (ici)
 
-Chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction (voir le lien)

-Fort Saint-André (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoirnos balades en région Occitaniesur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Collégiale Notre-Dame!
La collégiale Notre-Dame est une église gothique qui fut construite au 14e siècle
Elle fut achevée en 1314 et consacrée en 1333 par le cardinal Arnaud de Via qui était le neveu du pape Jean XXII.
Elle fut complétée par le clocher beffroi en 1362.


Le Prieuré!

Au 14e siècle, Villeneuve-lès-Avignon se situe en royaume de France sur la rive droite du Rhône, le fleuve servant de frontière.


L'arrivée des papes en Avignon transforme l'histoire de Villeneuve-lès-Avignon.
Les cardinaux achètent, alors, des terrains et construisent d'immenses palais.
Ce ne sont pas moins de 14 palais cardinalices qui seront construits.


Chapelle des Pénitents gris!
La chapelle des Pénitents gris se trouve située au fond de la cour d'un ancien palais cardinalice, le Palais de Boulogne dit de Thurroye.


Après le départ de la papauté pour Rome, la cité conserve une certaine prospérité grâce à ses privilèges (foires) et à la présence de riches maisons religieuses...Chartreuse, Abbaye Saint-André, chapitre de Notre-Dame....


Mais la Révolution prive Villeneuve de son statut et de ses privilèges de ville royale, ainsi que de toutes ses maisons religieuses, qui étaient des acteurs économiques de premier plan.


La ville voit son patrimoine monumental en grand péril!
La Chartreuse, les Récollets, le Chapitre Notre-Dame sont lotis en une multitude de petites propriétés privées.
L’Abbaye sert de carrière de matériaux.

Toutefois, les principaux trésors artistiques de ces maisons sont sauvés de la dispersion par des esprits éclairés et sont regroupés en 1868 dans un musée aménagé dans deux salles de l’Hospice.


La Chartreuse!
La chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction est une ancienne chartreuse datant du Moyen Âge.
Une chartreuse est un monastère de Chartreux.


Le Fort Saint-André!
Le Fort Saint-André est une enceinte fortifiée établie sur le mont Andaon qui domine Villeneuve-lès-Avignon.

Villeneuve-lès-Avignon et la cité des Papes : seul le Rhône les sépare, mais l'histoire les lie indiscutablement.



Le Pont Saint Benezet, plus connu sous le nom de « Pont d’Avignon », est une véritable prouesse technique !
Édifié à partir du 12e siècle, il reliait autrefois les deux rives du Rhône.
Porteur de légendes, monument emblématique du territoire, il ne conserve aujourd’hui que 4 arches sur les 22 d’origine.

Nous ne pouvions pas quitter Avignon sans avoir été danser sur le pont d'Avignon!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Bénézet d'Avignon, plus connu sous le nom de saint Bénézet, né en 1165 à Burzet  en Ardèche et mort en 1184, est un jeune pâtre à l'origine de la construction du pont d'Avignon.


Ce dénommé Bénézet serait à l'origine de la construction de l'ouvrage en 1177sur des restes de culées romaines.
À son achèvement en 1185, 22 arches enjambaient le Rhône en formant une courbe de 920 mètres de long pour une largeur de 4 mètres.


Le pont d'Avignon a été rendu célèbre par la chanson populaire "Sur le pont d'Avignon".
Il s'agit d'une ronde mimée évoquant toutes sortes de personnages en train de danser autour du Pont Saint-Bénézet, à Avignon.


♪ ♫ ♪
Sur le pont d'Avignon,
On y danse, on y danse,
Sur le pont d'Avignon
On y danse tous en rond.
 
Les belles dames font comme ça
Et puis encore comme ça.
 
Sur le pont d'Avignon,
On y danse, on y danse,
Sur le pont d'Avignon
On y danse tous en rond......♫ ♪ ♫


La chapelle Saint-Nicolas est située sur le troisième pilier.


La chapelle Saint-Bénézet du pont Saint-Bénézet est située sur le troisième pilier mais sous la chapelle Saint-Nicolas.


Le pont et ses deux chapelles sont classés dans l'art architectural roman provençal.


Le pont d'Avignon, s'il fut longtemps le seul permettant de traverser le Rhône entre Lyon et la mer Méditerranée, son utilisation était pourtant bien spécifique.


Trop étroit pour permettre aux charrettes de se croiser, il n'a jamais pu être utilisé à de pures fins commerciales.

Le transport de marchandises dut être assuré par barque ou par barge.

En revanche, il permettait de contrôler efficacement le trafic et prélever les droits de péage.


La visite se poursuit sur la rive le long du rocher des Doms.


La vue sur la pont y est magnifique!

À bientôt pour la suite de notre balade en région Paca!



La basilique Saint-Pierre est une église de style gothique située à Avignon sur la place Saint-Pierre.
Édifiée à l'emplacement d'une première construction du 7e siècle, sa reconstruction actuelle date de 1358.

Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!

(11 clichés)



Les portes de la basiliqiue saint-Pierre, en noyer massif, hautes de 4 mètres, permettent l'accès à l'unique nef de l'église.
Le trumeau séparant les deux portes possède un remarquable dais sculpté sous lequel se trouve encore une belle vierge à l'enfant attribuée à Jean Péru.


La mise au tombeau de la famille des Galliens! Cette oeuvre date de 1431.


De forme classique, l'intérieur contient 6 chapelles latérales, en plus des fonts baptismaux.


À l'intérieur du chœur en bois doré datant du 17e siècle et dessiné par Etienne Martelange se trouve un magnifique retable de François de Royers de la Valfenière réalisé en 1634.


Chapelle Notre-Dame de Lourdes!


Chapelle Saint-Antoine de Padoue!


Jean-Marie Vianney, dit le Curé d'Ars ou le saint Curé d'Ars, né le 8 mai 1786 à Dardilly, et mort le 4 août 1859 à Ars-sur-Formans, est un prêtre catholique français vénéré par l'Église.
Il fut le curé de la paroisse d'Ars pendant 41 ans.
Il est nommé patron de tous les curés de l'Univers par le pape Pie XI en 1929.


Chapelle du Sacré-Coeur!


Le dimanche 11 décembre 2011, la paroisse a été consacrée au Coeur Immaculée de Marie.


À cette occasion, les fidèles ont offert à la Très Sainte Vierge Marie, leur mère du ciel, une rose en argent!



Notre balade à Avignon, commune située dans le département du Vaucluse, se poursuit avec une visite à cette belle cathédrale Notre-Dame-des-Doms d'Avignon!
 
La cathédrale Notre-Dame des Doms d'Avignon est située sur la partie nord d'Avignon intramuros.
Elle a été construite sur une protubérance rocheuse au nord de la ville, le rocher des Doms, surplombant la rive gauche du Rhône
 

Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!

(13 clichés)


Sa position sur le rocher, sa flèche imposante surmontée d'une vierge et sa proximité du Palais lui permettent à la fois de dominer la ville et d'être vue de très loin.


Alors que le Palais des Papes est considéré comme le plus grand ensemble gothique du Moyen Âge, Notre-Dame des Doms, située juste à côté, est un des chefs-d'œuvre de l'art roman provençal.


Trois statues de la Vierge Marie sont présentes à la Cathédrale.....une statue de Notre Dame de tout Pouvoir.....


.....et deux statues de Notre Dame des Doms dont une Vierge de plomb doré qui couronne le clocher depuis 1859.


La plupart des chapelles de la cathédrale sont construites sous Jean XXII .
Lorsque la papauté s'installe, la cathédrale abrite des cérémonies importantes tel que la canonisation de Célestin V ou le couronnement d'Innocent VI.


Tombeau gothique de Benoît XII.


Les vitraux sont, aux aussi, très beaux.


La cathédrale possède plusieurs pièces d'art, sculptures mais aussi mobilier.


Jardin du rocher des Doms!

Le mot " Doms " viendrait de cette Domo episcopali ou maison de l'évêque.

Le Rocher des Doms est un éperon rocheux situé sur la rive gauche du Rhône.

Il a servi de protection pour la fondation puis le développement de la ville.



Au coeur du Jardin des Doms, la statue de Paul Vayson.
 
Hippolyte Paul Vayson est un peintre et graveur français né le 4 décembre 1841 à Gordes (Vaucluse) et mort le 13 décembre 1911 à Paris.


Le jardin du Rocher des Doms offre un magnifique panorama sur la vieille ville, sur le Rhône et les paysages jusqu'au Mont Ventoux.
Au loin, vous pouvez admirer le fort Saint-André situé à Villeneuve-lez-Avignon.


Ici, le célèbre Pont d'Avignon.
 
À bientôt!



Au moyen-âge, le palais des Papes est la résidence du pape et le siège de l’Église. Il ressemble à une forteresse avec ses créneaux et ses meurtrières. Cela assure la sécurité du pape.

La construction du palais est très rapide: 20 ans! Cela paraît étrange mais, pour construire une cathédrale il fallait beaucoup plus de temps.

Aujourd'hui, je poursuis la visite de ce fameux Palais des Papes d'Avignon!

Nous en sommes restés, la dernière fois, au niveau du Grand Tinel! Cette grande pièce abrite les festins prestigieux de la papauté.

Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La Grande Cuisine de Clément VI est constituée de plusieurs niveaux destinés à la conservation des aliments.


La sacristie nord!
À la fin de sa vie, le pape Innocent VI, devenu grabataire, installe un lit et un autel dans cette salle.


La Chambre des Notaires!
C'est dans cette vaste salle que se réunissent les notaires de la chambre apostolique.


La terrasse des Grands Dignitaires surmontait à l’origine l’ensemble du bâtiment.
Elle offre une vue magnifique sur la ville.


L'escalier d'Honneur donne accès à la Grande Chapelle.


La visite se termine au niveau de la salle d'artillerie!

À bientôt pour la suite de notre balade-découverte d'Avignon!



Avignon, ville située dans le sud-est de la France, est traversée par le Rhône.
De 1309 à 1377, les papes catholiques élisent résidence dans la ville.
Le Palais des Papes, qui se trouve dans le centre-ville, est entouré de remparts médiévaux en pierre et témoigne de cette histoire.
 
Aujourd'hui, je vous emmène visiter la plus grande des constructions gothiques du Moyen Âge, la palais des papes d'Avignon!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


À la fois forteresse et palais, la résidence pontificale fut pendant le 14e siècle le siège de la chrétienté d'Occident.


La salle des gardes est située dans l'aile des Grands Dignitaires.Très haute de plafond, elle possède plusieurs portes et permet d'offrir à son occupant une agréable vue.


Le palais est l'imbrication de deux bâtiments, le palais vieux de Benoît XII, véritable forteresse assise sur l'inexpugnable rocher des Doms, et le palais neuf de Clément VI, le plus fastueux des pontifes avignonnais.


La cour d'honneur!
Clément VI, dès le début de son pontificat, en 1342, fit raser les maisons et édifices situés près du palais vieux. Sur cet emplacement fut établie la cour d'Honneur.
Celle-ci accueille aujourd'hui les représentations majeures du Festival d'Avignon.


Le palais des papes est le fruit, pour sa construction et son ornementation, du travail conjoint des meilleurs architectes français, Pierre Peysson et Jean de Louvres, dit de Loubières.....


.....et des plus grands fresquistes de l'école siennoise, Simone Martini et Matteo Giovanetti.


Cour du cloître Benoît XII!


Chapelle saint-Jean!
De 1347 à 1348, Matteo Giovannetti s'occupa de la chapelle Saint-Jean.
Cette dernière, avec une entrée par le nord, est accessible depuis la salle du Consistoire, de plain-pied avec le cloître construit par Benoit XII.


Le Consistoire!
C'est en consistoire que le pape convoque ses cardinaux pur débattre des questions politiques, judiciaires et théologiques de la plus haute importance.


Cloche des Augustins!
Cette cloche fut destinée au couvent Notre-Dame-du-Bon-Repos à Montfavet, commune située près d'Avignon.


Salle de Jésus!
Cette salle est le vestibule des appartementprivés pontificaux.


Nous suivons un circuit.....il ne faut surtout pas se perdre!


La chambre antique du Camérier!
Dans l'Église catholique romaine, le camérier est un membre de la Famille pontificale, chargé du service personnel du pape.


Revestiaire pontifical!
Le pape revêt, ici, les ornements qu'il doit porter lors des réunions du consistoire.

À bientôt pour la suite de cette visite!



Avignon est une ville du Sud de la France, située au confluent du Rhône et de la Durance. C'est la ville où siège le conseil du Grand Avignon.
 
Surnommée la « cité des papes » en raison de la présence des papes de 1309 à 1423, elle est actuellement la plus grande ville et la préfecture du département du Vaucluse.
 
Nous avons eu le loisir de passer quelques jours en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et ce séjour a débuté par la visite de cette très belle ville d'Avignon!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade-découverte d'Avignon!
 
-Avignon, cité des papes (ici)

-Palais des papes (I) (voir le lien)

-Palais des papes (II) (voir le lien)

-Cathédrale Notre-Dame-des-Doms (voir le lien)

-Basilique saint-Pierre (voir le lien)

-Restaurant Avenio (voir le lien)

-Le pont d'Avignon (voir le lien)

Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Avignon se révèle du haut du Palais des Papes!


Le palais des papes d'Avignon est la plus grande des constructions gothiques du Moyen Âge.
La cathédrale Notre-Dame-des-Doms est une cathédrale catholique romaine située juste à côté du Palais des Papes.


Incontournable....Le pont d'Avignon.


La basilique Saint-Pierre est une église de style gothique située sur la place Saint-Pierre à Avignon. Édifiée à l'emplacement d'une première construction du 7e siècle, sa reconstruction actuelle date de 1358.


La rue de la Balance est la principale rue du quartier auquel elle a donné son nom.


D'un côté se dressent de vieux hôtels aux belles façades......


....de l'autre côté, des immeubles moderes aux lignes "méditerranéennes"!


L'ancien hôtel des monnaies date de 1620. Il possède une maçonnerie très particulière, avec des pierres qui paraissent avancer hors du mur.


La cour d'honneur du palais des papes est le berceau du Festival.


La Maison Jean Vilar, inaugurée le 18 juillet 1979, est un lieu de mémoire et d'animation consacré à l’œuvre de Jean Vilar.

Jean Vilar, né le 25 mars 1912 à Sète et mort le 28 mai 1971 dans la même ville, est un comédien de théâtre et de cinéma, metteur en scène, directeur de théâtre et auteur français.

Il est le créateur du Festival d'Avignon en 1947 qu'il dirige jusqu'à sa mort.



La Banque de France!


L'Hôtel de Ville est un bâtiment imposant jouxtant le théâtre, il a été entièrement reconstruit au milieu du 19e siècle  par l'architecte Léon Feuchère, dans un style général néoclassique.


Vitrine artistique et culturelle de premier plan, Avignon s impose comme une ville au riche patrimoine.


La balade est agréable......


....n'oubliez pas de lever les yeux!


Les armoiries de la ville ont été adoptées en 1348, après que le pape Clément VI ai acheté la cité à la reine Jeanne.
Les trois clefs évoquent l'emblème papal, qui comprend deux clefs en sautoir, et le nombre de trois rappelle que la ville d'Avignon était alors gouvernée par trois syndics.

Au 15e siècle, des gerfauts furent réintroduits en tant que supports à l'écu, sur demande de la population auprès du pape.
La devise de la ville fut adoptée au même moment :
" Unguibus et rostro. "

Sa signification, « à bec et ongles », fait référence aux gerfauts.

À bientôt pour la suite de cette balade!



Notre séjour dans le Finistère se termine avec la visite d'une très jolie chapelle située sur la commune de Plomodiern dans le Finistère!
Et là, je dois remercier Bernard, notre guide, pour nous avoir fait découvrir des merveilles tout au long de nos vacances sur la presqu'île de Crozon!
 
Le Ménez Hom est une montagne située sur le territoire des communes de Plomodiern, Saint-Nic, Trégarvan et Dinéault où elle culmine à 330 mètres d'altitude.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La chapelle de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom est classée au titre des monuments historiques depuis le 28 octobre 1916. En breton on l'appelle Ti ar Werc'hez (la Maison de la Vierge) comme le langage populaire dénommait les chapelles ayant la Vierge Marie pour patronne.


La chapelle fut construite en 1570 sur les ruines d’une chapelle romane. Elle est modifiée au 17e siècle comme en témoigne le clocher, débuté en 1668 et terminé en 1773.


L'existence jusqu'au début du 20e siècle de foires importantes à cet endroit explique les importantes collectes d'argent qui ont permis d'édifier la chapelle.
Les dons affluaient, ce qui explique la beauté de l'édifice et la richesse du mobilier.


À l'intérieur de la chapelle les trois retables baroques du maître-autel et des deux autels latéraux sud et nord, avec leurs boiseries datent du début du 18e siècle.


Le retable central a été fait par Jean Le Séven, maître menuisier et Jean Cévaër, maître sculpteur.
Des colonnes torses, une abondante statuaire, de nombreux bas-reliefs encadrent la maîtresse-vitre.
La partie centrale illustre la Sainte Famille et porte des statues de la Vierge Marie, de saint Joseph, de sainte Anne et de saint Joachim.


Le retable sud est consacré aux saints fondateurs de l'Église, saint Pierre, saint Jacques, saint André, saint Paul.
Le retable nord illustre saint Jean-Baptiste, saint Louis, saint Laurent et sainte Marie-Madeleine.


Des sablières remarquables sont encore en place dont celle évoquant la légende du riche laboureur écrasé par son attelage parce qu'il s'était moqué de la Sainte Famille juchée sur un âne lors de la fuite en Égypte.


En charpente, une panne sablière est une poutre placée horizontalement à la base du versant de toiture, sur le mur de façade.
On la nomme ainsi car on la posait sur un lit de sable, qui en fuyant, permettait à la poutre de prendre sa place lentement.


La chapelle se situe dans un enclos paroissial! Elle fut, en son temps, un lieu de pèlerinage et de foire très fréquenté.


On pénètre, dans cet enclos, par un arc de triomphe daté de 1739 qui porte une statue de saint Hervé aveugle représenté avec son petit compagnon-guide Guic'haran.

N'hésitez pas à vous renseigner. La visite de cette chapelle est incontournable!



L'église saint-Ronan est une église priorale située à Locronan, cette jolie commune que nous vous avons montrée hier.

Située juste à côté de l'église saint-Ronan vous pouvez admirer son annexe, la chapelle du Pénity, qui abrite le tombeau de saint Ronan.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


L'église saint-Ronan a été construite entre 1430 et 1480 par les seigneurs du Nevet, avec les dons des ducs de Bretagne Jean V, Pierre II et François II.
Elle est érigée à l'emplacement de la chapelle du prieuré dépendant de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé.


La descente de la croix, chef-d'oeuvre ciselé dans le granit, représente un groupe polychrome du 16e siècle.
Marie-Madeleine porte un costume Médicis et Nicodème un cotume Henri II.
Joseph d'Arimathie étend le suaire.


À l'entrée de l'église, Ecce Homo! Un Christ aux liens!
Le Christ est assis. Il a les mains liées d'un noeud marin. Il attend le supplice.
Réalisé en bois et datant du 16e siècle, il a une expression émouvante de douleur et de majesté!


Les vitraux sont toujours très beaux! Ici, ils représentent la vie de saint-Renan.


Une châsse avec un saint-Renan juste à côté.


Le tombeau de saint Ronan se trouve dans la chapelle du Pénity, construite en 1530 par Renée de France, fille du roi Louis XII en annexe de l'église à l'emplacement supposé de son ancien ermitage.


Le saint y est représenté sur une dalle en pierre de kersanton, soutenue par six anges porteurs de blasons.
Deux anges veillent à ses côtés, les six autres supportent la table funèbre.
Le gisant du saint enfonce de la main gauche sa crosse dans la gueule d'un monstre et il bénit de sa main droite.


Sainte Marguerite, célèbre pénitente, piétinant un dragon furieux.


Les deux bannières de processions que l'on peut admirer dans l'église datent de 1953.


Elles ont été peintes par Pierre Toulhoat, sculpteur, peintre, vitrailliste et joaillier français né à Quimper en 1923.



Locronan est une commune située dans le département du Finistère en Bretagne.
Véritable terre d'inspiration pour les artistes, peintres, écrivains, sculpteurs ou cinéastes, le charme de ce petit écrin breton ne laisse jamais indifférent.
 
Laissez-vous guider!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Enceinte sacrée chez les Celtes, Locronan est avant tout une terre de traditions. C’est au travers de la Troménie, une des plus grande processions de Bretagne, que nous pénétrons au coeur d’un rituel ancien.


Terre de miracles, Locronan a vu sa renommée et sa richesse accroître grâce à la croyance vouée à Saint Ronan et de l’héritage du culte de la fécondité.


Locronan, c'est aussi la cité des tisserands!


Le climat de la Bretagne et le nombre important de ruisseaux, ont certainement contribué à l’expansion de la culture du chanvre et du lin.
À partir du 15e siècle, la région de Locronan se spécialise dans la production et la commercialisation des toiles de chanvre qui sont vendues sur le marché de la toile à voile.


De sa belle époque, le village a conservé une place centrale pavée ornée d'un puits, la vaste église Saint-Ronan ainsi que des maisons Renaissance en granite.


Grâce à la renommée de Saint Ronan, Locronan a été enrichi par l’afflux des pèlerins sur le tombeau de Saint Ronan et par les faveurs des Ducs de Bretagne, en particulier de l’exemption de certains impôts.



Il y a des petits personnages cachés dans cette cité! À vous de les découvrir!


Autour de l’activité de la manufacture, se sont installés artisans, commerçants, petite bourgeoise et petite noblesse, comme en témoignent les riches demeures de cette cité de caratère.


La mairie!


En prenant son temps et en flânant dans les rues adjacentes.....


.....on comprend pourquoi de nombreux réalisateurs de cinéma ont trouvé là leur source d’inspiration!



Locronan est une commune située dans le département du Finistère!
Je vous en parlerai bientôt!
 
Et c'est en pensant à notre amie Françoise "grainedesucre" que j'ai pris cette enseigne en photo!
 
Joli jeu de mot!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!



Le cap Sizun est l'extrémité occidentale de la Cornouaille, dans le sud-ouest du Finistère en Bretagne, dont la capitale est Pont-Croix.
 
La pointe du Raz, elle, est un promontoire rocheux constituant la partie la plus avancée vers l'ouest du cap Sizun, face à la mer d'Iroise au sud-ouest du Finistère.
 
Vous l'avez deviné! Aujourd'hui, je vous emmène visiter...La Pointe du Raz!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Dans ce décor de hautes falaises couvertes de landes, exposées aux flots et aux vents, la Pointe du Raz est le site naturel le plus connu du Finistère.


Située à la pointe du Raz, Notre-Dame des Naufragés, réalisée en 1904, est une sculpture de Cyprian Godebski.
 
Cyprien Godebski, né en 1835 à Méry-sur-Cher et mort en 1909 à Paris, est un sculpteur français.


Cette sculpture en marbre de Carrare est dressée sur un socle de granit, piédestal dessiné par le chanoine J.M. Abgrall, architecte.
Le groupe, haut de 6 mètres, s'élève sur un piédestal de 4, 50 m.


Tous les ans, le dernier dimanche de juillet, est célébré le pardon de Notre-Dame des Naufragés.


La côte qui s’étire de la Pointe du Van à la Pointe du Millier, offre une succession d’éperons rocheux convertis en sites fortifiés à l’âge du fer.
De nos jours, les oiseaux marins en font leurs univers, ainsi, une partie de cet espace constitue la Réserve ornithologique du Cap Sizun.


Le soleil fait son apparition! J'en profite pour prendre en photo le phare de la Vieille et la tourelle de la Plate, tous les deux situés juste devant la Pointe du Raz!
 
Le phare de la Vieille est un phare maritime construit de 1882 à 1887 sur le rocher de Gorlebella, « la roche la plus éloignée » en breton.
Il éclaire et sécurise fortement le passage dangereux du raz de Sein.
 
La tourelle de la Plate est une balise située dans le raz de Sein.
Encore appelée « Petite Vieille », elle accompagne le phare de la Vieille, face à la pointe du Raz.


La Pointe du Raz est un site exceptionnel pour réunir les amis et prendre quelques photos.


....Eddy, Paul, moi et Clémentine....


Merci Paul pour ces quelques clichés....superbes souvenirs de cette magnifique balade!



Le saké désigne une boisson alcoolisée japonaise réalisée à base de riz. Il s'agit d'un alcool de riz, produit comme la bière par fermentation répétée.
 
Aujourd'hui, nous allons visiter une fabrique de saké située à Fushimi, arrondissement de la ville de Kyoto.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Fushimi, un village dans la ville, posséde encore de nombreuses maisons et boutiques d’un autre temps, magnifiquement conservées.


Outre son célèbre sanctuaire, Fushimi Inari, il compte de nombreuses fabriques de saké.


Gekkeikan, le plus gros producteur national de ce nectar nippon, y a élu résidence et ses bâtiments d’origine retracent son histoire vieille de plus de 360 ans.


Le musée Okura du saké de Gekkeikan fut créé par le brasseur Gekkeikan pour préserver les équipements et faire connaître l’histoire de la brasserie perpétuée à Fushimi.


Une cave de brasserie de l’époque Meiji (1868-1912), sur les berges de la rivière Horikawa du château de Fushimi Castle, fut rénovée à cet effet puis rouverte en tant que musée en 1987.


Le climat de Fushimi-ku, la qualité des nappes phréatiques et du riz, en font un endroit parfait depuis l’époque Muromachi (1336-1573) pour brasser la Nihonshu, l'alcool japonais.


À l’époque de Toyotomi Hideyoshi à Fushimi-jyo, Fushimi est devenu un des lieux de brasserie les plus importants du Japon.


Le long de la rivière Horikawa, bordée de saules et d’entrepôts aux murs blancs, la balade permet de découvrir cette cité de la brasserie pendant que le parfum de la fermentation emplit l’atmosphère!



Cléden-Cap-Sizun est une commune située dans le département du Finistère, en Bretagne.
La Pointe du Van est un promontoire rocheux situé à l'ouest du Cap Sizun.
 
Vous aimez les balades?
Alors suivez-nous!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La chapelle Saint-They!
Symbole du Cap-Sizun, elle surplombe la mer à quelques mètres seulement des falaises vertigineuses de la pointe du Van.


Autrefois, lors des pardons, les procession faisaient le tour de l'enclos mais en prenant soin de border la falaise d'un tour de mottes coupées sur la lande voisine afin d'éloigner le mauvais sort.
Aujourd'hui, il serait difficile d'en faire autant tellement la mer a gagné du terrain et la falaise s'est approchée de la chapelle.


Située à l'extrême ouest de la commune, cette pointe n'est autre que la petite soeur de la pointe du Raz, toutes deux sont gardiennes de la baie des Trépassés.


L'horizon est  brouillé....mais la vue est, malgré tout, magnifique!


Les moulins du Cap-Sizun!
À quelques encablures de la pointe du Van se dressent deux moulins à vent, le petit et le grand.
Le grand moulin est né en 1830 et a toujours guetté les vents sur les hauteurs du Cap Sizun.


Son petit frère est un moulin chandelier. Il est construit sur un socle et c’est toute la cabine qui tourne pour le mettre au vent.



Avant de quitter le Cap de la Chèvre, notre guide nous arrête non loin d'un très joli hameau breton, Menesguen!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Ce village, aux maisons traditionnelles, nous accueille simplement!


Il suffit de s'imprégner....


.....de cette ambiance rustique!


Les anciennes fermes, avec leurs dépendances, règnent dans un paysage battu aux quatre vents.


À Menesguen, les toits ont été restaurés de manière traditionnelle. Les ardoises sont jointoyées au mortier de chaux et au ciment.


Un dernier arrêt avant la fin de notre cinquième journée dans le finistère! Morgat!


L'anse de Morgat, située en baie de Douarnenez, est limitée par la pointe des Grottes à l'est et la pointe du Kador à l'ouest.

Elle abritait autrefois un port sardinier puis un port thonier.


La villa Ker Ar Bruck est une maison en fer, caractéristique des constructions balnéaires de Morgat édifiées à la fin du 19e siècle.
Elle  a été construite en 1889 selon le procédé de Joseph Danly.


Cet ancien petit village de pêcheurs est, peu à peu, devenu une station balnéaire à partir du 19 siècle, sous l'impulsion d'Armand Peugeot.

Armand Peugeot, né le 18 juin 1849 à Valentigney, dans le Doubs, et mort le 4 février 1915 à Neuilly-sur-Seine, est un membre de la famille Peugeot, qui a lancé Peugeot dans l'ère de l'automobile et de la bicyclette.



Après un bon dîner et une nuit réparatrice, Nicolas débute sa sixième journée au Japon par une visite incontournable, quand on est à Kyoto, le sanctuaire Fushimi Inari Taisha!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le Fushimi Inari Taisha, sanctuaire shintô, fut bâti en 711 par le clan Hata, d’origine coréenne, et relocalisé en son lieu actuel en 817.


 Il est dédié à la déesse Inari, liée au riz, et donc plus largement à la prospérité et la richesse.
La déesse Inari est, ainsi, la patronne des commerçants.


Le sanctuaire, très important au Japon, fut placé sous patronnage impérial durant l'époque Heian.
Au début du XXe siècle, il fut désigné comme trésor national, aujourd'hui Propriété culturelle majeure.
Il s'agit du plus grand sanctuaire dédié à Inari de tout le pays.


Ce sanctuaire est surtout connu pour ses milliers de toriis vermillons formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit.


Ces toriis sont pour la plupart des dons faits par des particuliers, des familles ou des entreprises à Inari.
Le nom des donateurs figure souvent sur les montants du torii.


Photo souvenir!


Des milliers de torii rouges.....


Les statuettes de pierre kitsune – le renard mythique– postées çà et là ponctuent la promenade, et donnent au lieu toute sa spiritualité.
En effet Inari, divinité kami de la croissance du riz, des affaires et du commerce, règne en ces lieux grâce à son messager terrestre, animal rusé qui vous dévisage de ses yeux inquisiteurs, la clef du grenier à riz en travers de la gueule.


Visiter Fushimi Inari Taisha constitue une expérience unique, et l'occasion de profiter d'une ambiance de fête à la japonaise.


En effet, des stands de street-food sont installés dans le prolongement du sanctuaire, l'occasion pour Nicolas de goûter un taiyaki!
Le taiyaki est l'un des desserts de rue préférés des japonais.
C'est un gâteau japonais en forme de poisson. La plupart du temps, il est fourré d'anko, une pâte de haricots rouges sucrés.


La visite de ce sancturaire se termine par une rencontre bien sympathique!



Le Cap de la Chèvre est le cap méridional de la presqu'île de Crozon, dans l'ouest de la Bretagne. En tant que pointe avancée sur l'Atlantique ce cap est un lieu stratégique d'observation de la mer.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Ce site, isolé du reste de la population de Crozon, contrôle l'entrée de la Baie de Douarnenez, et la présence militaire y est très ancienne.
Un corps de garde et une batterie de canons y étaient implantés sous la Royauté.


Près du sémaphore, un Mémorial de l'Aéronautique Navale, a été édifié dans un des 4 encuvements de la batterie côtière.


Il est dédié aux 646 marins morts en service aérien commandé.


Ce site est aussi classé pour son paysage exceptionnel et fait partie du Parc naturel régional d'Armorique.



Après avoir quitter Roscanvel et cette très jolie chapelle Saint-Éloi, nous rentrons déjeuner à Camaret!
Sur notre route, la baie de Roscanvel!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


La baie de Roscanvel est l'extrémité sud-ouest de la rade de Brest, entre la pointe des Espagnols et la pointe de l'Île Longue, toutes deux excroissances de la presqu'île de Crozon.



L'île des Morts et l'île Trébéron se trouvent au milieu de la baie.



Sur son rivage ouest se trouve le village de Roscanvel.


Dans cette réserve d'eau de mer, une importante quantité de phytoplanctons se développe.
Ainsi les huîtres, même les plus en hauteur du parc, profitent de cet apport considérable en nourriture!



Roscanvel, commune située dans le département du Finistère, dispose d'une église....miraculée...l'église Saint-Éloi!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Restaurée en 1874, endommagée par les bombardements en 1944, elle a presque entièrement brûlée en 1956.
Seuls le clocher et la façade ont résisté, ainsi que les très beaux vitraux du maître-verrrier Auguste Labouret.


En 1956, les pompiers ayant été contraints d'utiliser de l’eau de mer pour arroser les vitraux lors de l'incendie.
Petit à petit leur armature métallique a été rongée par le sel, et a fini par faire éclater le réseau de ciment armé qui les constituaient.


Ils ont donc été remplacés, en 2006, par des copies aussi belles que les originaux...


Le chemin de croix en terre cuite a été réalisé par Gruher.


Sainte-Catherine!


Saint-Éloi!
Le culte de saint Éloi, patron des forgerons et des guérisseurs de chevaux, encore honoré comme tel de nos jours lors du pardon annuel, célébré chaque mois de septembre, s'explique par une confusion au Moyen Âge avec saint Alor, dont la vie est très peu connue.


Sainte-Vierge-Marie modèle des mères!


Saint-Joseph modèle des travailleurs!


Saint-Louis!


Sainte-Françoise d'Amboise!



La presqu'île de Roscanvel, située dans le département du Finistère, correspond à la branche nord de la croix formée par la presqu'île de Crozon et correspond au territoire de la commune de Roscanvel qui lui a donné son nom.
 
Et, la pointe des Espagnols constitue l'extrémité nord-est de la presqu'île de Roscanvel, branche Nord de la presqu'île de Crozon fermant la rade de Brest.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


La défense du Goulet de Brest!
Cette tour fut construite sous le 1er Empire sur les hauteurs de la Pointe des Espagnols pour renforcer la défense de la pointe en cas d'attaque par la terre.


Les abris-traverses!
Au 19e siècle les constructions défensives reprennent.
Après la tour défensive, une série de cinq batteries, composées d'abris-traverses, vient compléter le système défensif!
Aujourd'hui, les abris-traverses sont protégés par des portes en aluminium dont les barreaux sont horizontaux!
Mais pourquoi donc?
Pour permettre aux chauves-souris de trouver un abri!


Le goulet et la rade de Brest!
Cette position stratégique, face à Brest fut déjà remarqué du temps des ducs de Bretagne, qui y implantèrent un fortin dès 1387, aujourd'hui disparu.


En 1594, les Espagnols y débarquèrent et n'en furent délogés qu'après d'âpres combats.
C'est de cette période que la pointe tira son nom.


Il ne reste plus aucune trace du fort d'origine, mais la pointe, hautement stratégique, fut aménagée par Vauban, par Napoléon III, par la troisième république et par les allemands.


Constituée d'une falaise de plus de 60 mètres de hauteur la Pointe des Espagnols offre un paysage magnifique.


Un promontoire découvre le Goulet, Brest la blanche et le port militaire.


La Pointe des Espagnols a toujours été considérée comme la gardienne de la rade.


Et nous ne nous lassons pas de ce paysage époustouflant!



Nicolas en est à la fin du cinquième jour de son voyage au Japon et, plus précisément à Kyoto!
Après avoir visité le pavillon d'argent, nos compagnons se dirigent vers un restaurant local où leur guide avait commandé un repas "royal"!

Je vous le laisse découvrir!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Sur la table, un objet intrigue Nicolas!
Un petit coup sur le bouton blanc....une sonnette retentit dans tout le restaurant!
Voilà! Comme ça...c'est fait!


Le cuisinier est déjà à ses fourneaux! Ce soir, ce sera "menu royal à la plancha et au wok"!


Pour débuter le repas une salade mizuna!
Le mizuna est une une salade de la famille des choux et qui est beaucoup cultivé au japon.


Pendant ce temps le chef prépare un émincé de boeuf sauce soja! Nicolas se régale!


Le repas se poursuit doucement avec une omelette aux saucisses.


Entre plancha et wok, les saveurs qui se dégagent sont tout simplement bien savoureuses.


Après l'omelette? Oui! Pourquoi pas un okonomiyaki?
On parle aussi de pizza japonaise ou de crêpe japonaise!
L'okonomiyaki est un plat composé d'une pâte qui enrobe un nombre d'ingrédients très variables découpés en petits morceaux!


Le plat suivant est composé de porc, de poivrons et de poireaux découpés en lamelles et grillés dans un wok.


Pour terminer ce repas gargantuesque, le chef insiste pour que ses convives goûtent à un plat japonais typique, le yaki-soba!


Le yakisoba est  composé de pâtes japonaises accommodées d'une sauce semblable à la sauce pour okonomiyaki!
 
Après ce repas....une balade s'impose!
 
À bientôt pour la suite des aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant!



Roscanvel, commune située dans le département du Finistère, se trouve sur la Presqu'île de Crozon et sur la rade de Brest.
 
L'histoire de la commune, essentiellement liée aux évènements militaires et aux préoccupations défensives liées à la défense du port de Brest.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Depuis 1631, la ville de Brest est un port militaire, abritant un arsenal et la flotte du Ponant.
Il est donc impératif de défendre efficacement la côte alentour.


C’est l’architecte Vauban qui entreprend, en 1683, de fortifier d’abord la ville elle-même, puis ses environs.


La rade de Brest présente l’avantage d’être accessible uniquement par un goulet large de seulement quelques centaines de mètres et donc aisément défendable par des positions de tir situées de part et d’autre du passage.


Le Fort de Cornouaille défend donc l’entrée du goulet de Brest avec le fort du Mengant situé de l’autre côté du goulet, exposant ainsi les navires qui le franchissent à un redoutable tir croisé.



À quelques mètres des alignements de Lagatjar, se trouvent les ruines du manoir de Pierre Paul Roux, alias Saint-Pol-Roux, alias Le Magnifique.

Appelé aussi manoir du Boultous, ce manoir surplombe la mer d'Iroise...

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Pierre-Paul Roux, dit Saint-Pol-Roux, né le 15 janvier 1861 à Marseille et mort le 18 octobre 1940 à Brest, est un poète symboliste français.
 
Quand il s'installe à Camaret-sur-Mer, il fait de la Bretagne le centre de gravité de son œuvre.
 
Il achète en 1903 une maison de pêcheur surplombant l'océan, au-dessus de la plage de Pen-Had, sur la route de la pointe de Pen-Hir.
Il l'a transforme en manoir à huit tourelles dont la maison formerait le centre et baptise la demeure "Manoir du Boultous".


"Face à la mer, l'homme est plus près de Dieu", disait-il.


Son isolement volontaire était néanmoins relatif. Il était très impliqué dans la vie quotidienne camarétoise, et nombre de ses amis venaient régulièrement lui rendre visite.


En juin 1940, un soldat allemand pénètre dans le manoir, tue la gouvernante, blesse Saint-Pol-Roux et sa fille Divine, et s'enfuit.
Ils sont emmenés tous les deux à Brest, à l'hôpital.
Un jour d'octobre, revenant d'une visite à sa fille, il découvre le manoir pillé et tous ses écrits déchirés, brûlés, envolés.

Le vieil homme, que les dernières photos nous montrent imposant avec sa haute taille, ses longs cheveux et sa barbe blanche encadrant un beau visage, n'y survivra que quatre mois.


En 1944, le manoir, occupé par les Allemands, fut bombardé à plusieurs reprises par l'aviation alliée.
Il brûla le 11 septembre 1944, sept jours avant la Libération de Camaret.

Ici, la plage de Pen Hat!
La plage de Pen Hat est faite pour le plaisir des yeux! Elle est, d'ailleurs, interdite à la baignade en raison de la présence de baïnes, fourbes et violentes!

À bientôt pour la suite de notre séjour dans le Finistère!



Nous entamons notre cinquième jour dans le Finistère et cette journée débute par une visite qui sort de l'ordinaire!
 
Situés sur la commune de Camaret-sur-Mer se trouvent les alignements de Lagatjar!

Ces alignements mégalithiques contemporains des alignements de Carnac attestent que cette péninsule est habitée depuis des millénaires.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Les alignements de Lagatjar sont composés de trois files de menhirs.
L'ensemble dessine une ligne orientée N 35°E et S 35°O, d'où partent, à angle droit, deux lignes parallèles.


Cette orientation laisserait présumer un caractère astronomique, comme beaucoup d'anciens alignements.
Georges-Gustave Toudouze associe ces alignements à la constellation des Pléiades.
Celle-ci s'appelle en breton ar yar (la poule), d'où peut-être la toponymie du lieu-dit de Lagad-yar (l'œil de poule).


Sur ce séjour, nous avons rencontré une ancienne collègue de Marc, Josiane qui faisait le voyage avec sa soeur, Marie-France!
Ce fut l'occasion de passer de bons moments.



Le Ginkaku-ji ou temple au pavillon d'argent est un temple bouddhiste situé dans l'arrondissement Sakyō-ku à Kyōto au Japon.

Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Ce temple a été construit en 1482 par le shogun Ashikaga Yoshimasa, qui voulait rivaliser avec Kinkaku-ji, le pavillon d'or, construit par son grand-père Ashikaga Yoshimitsu.


Son intention était de couvrir le pavillon d'argent, mais à cause de l'intensification de la guerre Onin, qui avait éclaté quelques années plus tôt, en 1467, la construction a été arrêtée et le pavillon n'a jamais été couvert d'argent.


Le pavillon d'argent est un sanctuaire zen situé au pied des montagnes orientales de Kyoto. Ses motifs sont un exemple remarquable de l'architecture sophistiqué caractéristique du paysage japonais.


Le jardin de pierres et de sable de Ginkaku-ji est particulièrement célèbre. 
Un tas de sable, qu'on dit laissé par les ouvriers quand les travaux ont été interrompus, en fait maintenant partie. Il symboliserait le mont Fuji.


L’endroit connu sous le nom de « Mer de sable d'argent » est traversé par une allée de promenade.


En longeant cette artère, vous serez ravi par la transparence des étangs, les îlots et les ponts, qui décorent le tout autour.


Le pavillon d'argent, bien qu'il soit en bois laqué, s'entoure d'un magnifique jardin sec à l'esthétique épurée, d'une allée de bambous ainsi que d'un jardin japonais de mousses.


Au-delà du jardin sec, un jardin de mousses rigoureusement entretenu serpente un peu à flancs de colline et offre une calme promenade à travers la végétation, sorte de havre de paix en pleine nature.


En bas, le temple se laisse observer, siégeant sur son monde.



Êtes-vous prêts? Alors suivez-nous! Aujourd'hui, je vous emmène faire un petit tour en ville.......Quimper! La capitale traditionnelle de la Cornouaille!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(20 clichés)


Le but de cette promenade est de ne pas quitter des yeux la cathédrale Saint-Corentin!


Le musée des beaux-arts de Quimper et l'Hôtel de Ville.


Montons la rue Kéréon!


La rue Kéréon est depuis tout temps l'artère la plus commerçante de Quimper. Elle doit son nom à la corporation des cordonniers et des bottiers qui travaillaient et vendaient le cuir.


Cette rue mène place Claude Le Coz.


À côté du Lycée se trouve l'auditorium de la Tour d'Auvergne.
L'Auditorium de la Tour d'Auvergne est installé dans l'ancienne chapelle des Jésuites.
 


Les maisons à pans de bois côtoient logis en grand appareil de granit, plus tardifs.....


.....conséquence de l'obligation de construire avec ce matériau après le violent incendie de juin 1762 qui éclata dans la partie orientale.


Les maisons à pans de bois font partie depuis longtemps du paysage urbain.


Elles sont le témoignage d'un savoir-faire médiéval.
Ces constructions ont jalonné les siècles, du 14e au 19e! Siècle qui en a progressivement abandonné l'usage et les techniques.


Les maisons sont parfois ornées de jolies statues!


La rue redescend jusqu'au Pont Médard enjambant la rivière le Steir. Ancien pont levis, cet ouvrage d'art faisait la jonction entre la partie épiscopale dont dépend entièrement la rue Kéréon et le faubourg ducal de l'autre côté.


Et toujours de belles maisons à pans de bois qui font partie du patrimoine local.


Les halles de Quimper!


Ce marché a été ouvert en 1847 à l'emplacement de l'ancien couvent Saint-François. Situé au cœur de la ville c'est le marché le plus connu.


En levant la tête nous pouvons admirer une belle verrière.


Coquillages et crustacés sont à la fête!


Il est l'heure de rejoindre notre bus! La balade fut courte mais très agréable!
 
À bientôt!



Quimper est une commune située dans le département du Finistère.
L'après-midi du 4e jour de notre séjour dans le Finistère, nous sommes partis vers Quimper afin de visiter la cathédrale Saint-Corentin.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


La cathédrale Saint‑Corentin, dont le nom complet est basilique cathédrale Saint-Corentin, est sous le patronage de Notre-Dame et du premier évêque légendaire dont elle porte le nom, saint Corentin.
Elle est située dans le centre-ville de Quimper.


Regardez bien cette photo!
 
La cathédrale a un plan en croix latine et possède la particularité d'avoir une déviation vers la gauche de l'ordre de 10° de l'axe du chœur par rapport à la nef.
 
Plusieurs hypothèses ont été données pour expliquer ce "désaxement".
L'hypothèse la plus vraisemblable fut que le désaxement de la cathérale serait due à la configuration du terrain!
 
Un désaxement pour éviter le sol humide trop instable proche de la rivière et qui empêche de modifier l’axe de la cathédrale romane.


Le monument actuel de style gothique a été édifié au 13e siècle sur la base d'édifices plus anciens, et a été achevé sous le Second Empire.


La chapelle du Sacré Coeur. L'autel est en onyx de Poussielgue et date du 19e siècle.


La chapelle Saint-Joseph rappelle le père adoptif de Jésus de Nazareth.


Notre-Dame d'Espérance!


Sainte-Anne et sa fille Marie!


La chapelle de saint-Corentin avec une peinture murale qui rapporte la légende du patron de la cathédrale.
 
Histoire et légende!

Saint-Corentin est un personnage historique bien connu des Bretons.
Il a été le premier évêque de Quimper, et est compté parmi les sept Saints fondateurs de la Bretagne.
La légende veut qu’il ait été investi évêque par la Roi Gradlon lui-même.
 
Le roi Gradlon aurait été l’un des premiers rois bretons de Cornouaille.


Les vitraux de la cathédrale de Quimper composent un ensemble particulièrement riche.


Les verrières hautes du chœur ont été exécutées vers 1415-1417, alors que les voûtes du haut chœur étaient en voie d'achèvement.


Un détail d'une verrière.


Les verrières du transept et de la nef ont quant à elles été exécutées à la fin du 15e siècle, après l'achèvement de la construction de ces parties du monument.


À bientôt pour la suite de notre voyage!



Le port de Camaret-sur-Mer, commune située dans le département du Finistère, est situé dans une anse protégée par la Pointe de Roscanvel à l'est et par la pointe du Grand Gouin à l'ouest.
 
Cette anse est assez profonde. Elle est, de plus, protégée par un cordon naturel de galets, le "Sillon", donnant au site la forme d'un demi-cercle qui en fait un excellent havre pour les bateaux.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Au début du 19e siècle, ce sillon de galets, formation naturelle protégeant le port de Camaret, fut affaibli par de violentes tempêtes.
Le Génie Militaire, voulant protéger la Tour Vauban ainsi que la chapelle Notre-Dame de Rocamadour, fit construire, de 1813 à 1815, sur la face nord du sillon, un mur de défense.
Ce mur longe la route qui mène à la pointe de Rocamadour.


Sur la grève, un cimetière de bateaux de pêche abritait jusqu'à 10 langoustiers souvent cédés pour un euro symbolique à la commune.


Au loin une belle maison rose!
Si vous regardez bien, vous en trouverez au moins une dans toutes les villes portuaires de la région! Ce sont les abris de marins!
Les abris du marin sont des lieux d'hébergement créés par Jacques de Thézac au début du 20e siècle dans des ports de Bretagne au bénéfice des marins en escale, trop souvent contraints à passer tout ce temps dans les tavernes du port.


La cale du sillon!
Cet équipement a un intérêt économique important pour le port de Camaret, car il permet de maintenir les dernières activités de réparations navales sur le sillon, site autrefois entièrement dédié à la construction navale.


La chapelle Notre-Dame de Rocamadour protège le site!


Située entre la tour Vauban et la chapelle Notre-Dame de Rocamadour sur le sillon, la sculpture « l’arche de Camaret » est un hommage à la mémoire des péris en mer.
C’est le sculpteur breton Patrig ar Goarnig qui a exécuté cette commande de la ville de Camaret en 1995.

Ces paroles y sont inscrites en breton et en français :
« Ecoute, passant,
Ce n’est pas le vent que tu entends
Chanter sur les vagues émues
Sculptées dans la pierre
Mais les voix des marins perdus
Qui montent de la mer. »



Nous sommes toujours dans le Finistère. Ce jour là, la balade nous a conduit à Camaret-sur-Mer afin de visiter la Tour Vauban!
Située juste à côté de cette tour se trouve la chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Ce lieu de culte ne doit pas son nom au pèlerinage d’un prêtre médiéval à Rocamadour en Quercy comme il est souvent affirmé, mais au socle de pierre sur lequel la chapelle a été construite:
Le Roc’h a ma dour, du celte Roc'h = rocher, am a= au milieu, et Dour = eau, soit le « rocher au milieu des eaux ».
 
Ici, la réplique de la Vierge Noire du sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour situé dans le Lot.
Elle a été offerte par les pélerins du Lot à la paroisse de Camaret-sur-Mer lors du Pardon du 2 septembre 2012.


Il serait imprudent de donner une date précise quant à la construction de l'édifice.
Il semble néanmoins que l'on peut dater la construction, compte tenu de l'inscription figurant sur le pignon ouest en abréviation d'usage à l'époque : "L'an 1527 fut fondée la chapelle Notre-Dame du Roc".


Le maître-autel de style baroque, est celui de l'ancienne église de Saint-Rémi.


Notre-Dame de Rocamadour.


Aujourd'hui, on peut voir des ex-voto suspendus dans la nef.


Très vénérée par les marins, cette chapelle a sa légende!

Son clocher, décapité, selon la tradition, par un boulet lors de la bataille de Trez Rouz en 1694, n’a jamais été reconstruit en souvenir de ce grand jour car la légende raconte que "Notre Dame de Rocamadour" renvoya le boulet sur le vaisseau coupable, qui coula !



Le temps passe bien vite lors de notre séjour sur la Presqu'île de Crozon! Nous en sommes déjà au quatrième jour!
Ce matin là, nous sommes attendus à Camaret afin de visiter la Tour Vauban!
 
Camaret-sur-Mer, commune située dans le département du Finistère, figure de proue de la Presqu’île de Crozon, séduit les amateurs de patrimoine architectural.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


La tour Vauban, initialement nommée tour de Camaret ou tour Dorée, est une tour polygonale défensive construite sur un plan directeur de Vauban et érigée sur le Sillon à Camaret-sur-Mer dont elle figure sur les armoiries.


Elle constitue un des prototypes les mieux restaurés des forts à la mer à batterie basse et tour de gorge construits par Vauban.


Projetée dès 1683, la tour est tracée en 1689 par Vauban.


Le mât de signaux!
Il faut pouvoir communiquer avec les navires qui passent au large, identifier les ennemis et transmettre les informations.
 


La tour protège essentiellement les accès à la batterie, qui défend le mouillage, dont l'importance stratégique est capitale pour la sécurité de la rade.


La garnison comprend alors un lieutenant, un sergent et cinq hommes appuyés par des miliciens composés d'habitants de Camaret.


Unique dans l'architecture militaire française, la Tour Vauban veille depuis plus de 300 ans sur l'anse de Camaret et l'entrée du goulet de Brest.


Gardienne des côtes de l'Armorique, la Tour Vauban offre aujourd'hui un témoignage remarquable de l'oeuvre de Vauban en Bretagne.



En revenant de notre balade vers la pointe de Pen Hir, nos pas nous ont conduits, non loin de là, vers le Musée Mémorial de la pointe de Pen-Hir!

D'immenses  ancres de marine signalent l’ensemble fortifié du Kerbonn consacré à la bataille de l'Atlantique et qui rend hommage à tous les marins, civils comme militaires, disparus en mer au cours de cet épisode capital de la Seconde Guerre mondiale.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Sur les ancres sont gravées des poèmes.
 
Océan,
Catastrophe constante,
Agrégat de tourmentes,
Tragédie sans fin,
Oh fais taire tes orgues barbares du large !
Haut sur sa dune aux immortelles d'or
Un poète te parle !
 
Dis, mon grand
Si grand qu'il me semble sombrer dans ta barbe d'écume,
Dis, mon grand si grand que me voici néant,
Vaine fourmi près d'un géant,
Dis, mon grand,
J'ose, moi le veilleur à la proue du vieux monde,
T'implorer pour ceux qui labourent ton onde.
 
Saint-Pol Roux
Extrait de Prière à l'océan-aux pêcheurs de Camaret


Le musée a été aménagé dans un des blockhaus de la falaise de Kerbonn, à 50 m au-dessus de la mer.

L’ensemble fortifié du Kerbonn fait partie des témoignages sur le mur de l’Atlantique, lors des affrontements de la Seconde Guerre mondiale.


La batterie du Kerbonn est construite à proximité de la pointe de Pen-Hir sur la base d’anciennes fortifications édifiées par Vauban.


Avec le système en place sur la pointe du Touliguet que l’on aperçoit au-delà de l’anse et de la plage de Pen Hat, il participe au dispositif de défense du goulet de Brest, d’où son intérêt stratégique depuis longtemps.





Camaret-sur-Mer, commune située dans le département du Finistère, fut notre port d'attache tout au long de ce séjour!
 
Ce jour là, après avoir fait cette belle croisière en rade de Brest, nous sommes rentrés sur Camaret.
Puis, l'après-midi, nous avons décidé de suivre notre guide afin de faire une balade à pied et découvrir la pointe de Pen-Hir située non loin de là!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Nous suivons la mer.
Au loin, se détachent les falaises de Camaret-sur-Mer.
Très hautes, avec une différence de niveau d'environ 70 mètres avec la mer d'Iroise, elles sont formées de grès armoricain.


C'est à Pen-Hir que l'on peut voir la borne du millième kilomètre du GR.


La pointe correspond à l’une des extrémités occidentales de la presqu’île de Crozon.


Tout au bout de la pointe, face à la mer, la Croix de Pen-Hir!
Le monument aux Bretons de la France libre, dite Croix de Pen-Hir est un monument commémoratif aux Bretons de la France libre, inauguré dans les années 1960 par le général de Gaulle.


Ce monument, construit en granite bleu de Brennilis, il est destiné à porter témoignage de l'existence des Français libres bretons, qui ont notamment fondé l'association Sao Breiz en Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale.
Elle a été créée de 1949 à 1951 par l'architecte Jean-Baptiste Mathon et le sculpteur François Victor Bazin.


Au loin, la pointe du Toulinguet!
Elle se situe, elle aussi, à l'extrémité de la Presqu'île de Crozon sur la commune de Camaret-sur-Mer.


Sur le chemin du retour nous avons une belle vue sur le village de Camaret.


En contrebas de la pointe se trouvent les Tas de Pois:
.....Grand Dahouët, Petit Dahouet, Penn-Glaz (tête verte), Chelott, Bern-Id et Ar Forc'h (la Fourche).....
Cet avancement fut anciennement nommé à cause de leur forme Pézeaux ou Tas de Foin avant d'être rebaptisé au milieu du 19e siècle en Tas de Pois.
 
Ces Tas de Pois à l'extrémité de la pointe de Pen Hir sont sans aucun doute le paysage marin le plus représentatif de Camaret-sur-Mer.



Le troisième jour de notre séjour sur la presqu'île de Crozon débute avec beaucoup d'impatience! En effet, nous allons faire une croisière sur "Le Brestoa" en rade de Brest!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(18 clichés)


Pour cela, nous nous dirigeons vers Le Frêt, village de la commune de Crozon, qui est, par sa taille, un tout petit port sur la rade de Brest.


Nous nous installons et nous nous apprêtons à découvrir, la rade de Brest et l’Aulne maritime en dégustant un repas simple mais bien gourmand.


L’Aulne est un fleuve côtier français de 144 km de long, qui prend sa source sur la commune de Lohuec dans les Côtes-d'Armor et se jette dans la rade de Brest au niveau des communes de Landévennec et de Rosnoën.


Après avoir dégusté l'apéritif, nous pouvons choisir, en entrée, entre un melon ou.....


....une assiette de six huitres!


Comme je ne mange ni l'un, ni les autres.....j'en profite pour monter sur le pont et prendre un bon bol d'air!
Au loin se dessine le pont de Térénez....


Nous passons au large de Landévennec, commune située à l'embouchure de l'Aulne dans la rade de Brest.
Sur un des méandres de l'Aulne, se trouve le cimetière des navires de Landévennec.
 
Certaines coques de navires, y sont stockées, en particulier de la Marine nationale française, en attente de démantèlement.


Le moulin à marée du Folgoat appartenait à l'abbaye de Landévennec.
La population des deux rives de l'Aulne venait en barque porter les sacs de grain jusqu'à la cale du moulin.
Le moulin date du début du 16e siècle et était loué par les moines à un meunier.


Il est temps de reprendre notre repas où je l'avais laissé.....De belles assiettes d'une terrine bretonne ou de rillettes du pays font le bonheur de toute la table.


Sur l’autre rive, ancrée au bout de la rade de Brest, Landévennec s’épanouit sur un éperon rocheux.


Entre les arbres, se dévoile l’ancienne abbaye de Saint-Guénolé.


Au bout du village, l’église Notre-Dame-de-Landévennec, décrite au début du 20e siècle par les chanoines Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron.


Il faut toujours garder une place pour le fromage!


Les fraises de Plougastel....Un pur délice!


Le capitaine nous offre un petit verre de calvados!


Après le traditionnel petit café....


Je vous laisse.....J'ai des envies de grand air!



Guilvinec, très souvent appelée Le Guilvinec, est une commune située dans le département du Finistère.
 
Le quartier maritime de Guilvinec rassemble les ports de pêche du Pays Bigouden : Saint-Guénolé, Guilvinec-Léchiagat, Lesconil, Loctudy.
C'est le premier quartier maritime de France pour la pêche tant en nombre de marins, environ 1 000 marins.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La côte rocheuse de la presqu'île de Penmarc'h, prolongée par un plateau continental en pente très douce sous la surface de l'Océan, en fait un lieu de pêche remarquable, qui explique à l'origine le dynamisme de la pêche bigoudène. 


À l'origine simple port d'échouage situé dans le fond de l'estuaire du Ster, le port étend désormais ses quais et ses infrastructures sur les deux rives de la partie aval du dit estuaire, principalement sur la rive droite, côté Guilvinec, mais également sur la rive gauche, côté Léchiagat.


En 1863, c'est l'arrivée du chemin de fer à Quimper qui provoque l'essor de Guilvinec.


Son havre, à proximité des lieux de pêche du maquereau, attire jusqu'à 300 chaloupes de toute la Cornouaille.


Les mareyeurs organisent un service d'expédition rapide vers la gare de Quimper.


Guilvinec devient, alors, le premier port de France dans l'expédition du maquereau frais.



Comme à mon habitude, lorsque je me promène je lève un peu les yeux....et je fais de belles découvertes!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez retrouver d'autres peintures murales sur ce lien.
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)


Concarneau....fameux port de pêche!


Concarneau.....ville d'art et d'histoire!


Cette fresque murale m'a beaucoup plu! Elle se situe exactement au Guilvinec non loin de la criée de la ville!



La ville de Concarneau s'est constituée au Moyen Âge à partir de la ville close située dans l'estuaire du Moros.
Cet abri naturel a permis le développement du septième port de pêche français en tonnage débarqué.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


À l’origine, seul l’avant-port est utilisé, la zone se situant en arrière de la Ville Close étant pour partie une vasière.
Dès le milieu du 18e siècle des travaux d’aménagement permettent une meilleure utilisation de ces deux espaces grâce aux quais et au bassin d’échouage.


À partir des années trente, le développement de la pêche va entraîner de grandes transformations portuaires.


Après l'occupation, le port de pêche modernisé prendra son véritable essor.


Premier port pour la pêche au thon, il se hisse en quelques années dans les premiers rangs pour la pêche fraîche!
 
À bientôt pour la suite de ce séjour.....Hissez-haut!



Après avoir visité la conserverie Courtin et après avoir fait quelques achats, nous voilà partis vers Concarneau, célèbre "Ville Close" située dans le département du Finistère.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Îlot blotti dans une anse, la Ville Close est le berceau de Concarneau dont l’existence est attestée depuis le 11e siècle.
Devenue exiguë, la ville se développe sur les rives proches.


Cité défensive, la Ville Close est ceinte de remparts en granit de 2,5 m à 3 m de large, de neuf tours et est percée de trois portes.
Elle abrite les plus anciennes habitations de la cité.


Les maisons de granit en pignons bordent les rues étroites et côtoient des maisons de pan de bois.


Le port de plaisance n'est pas bien loin!


L'embarcadère pour les excursions se trouve au bout de ce quai!


Ce jour là, nous sommes rentrés dans la ville par un unique et très ancien pont-levis, côté faubourg.
Mais voici l'embarcadère où un bateau-bus, le petit bac, relie la Ville Close au quartier du Passage, ancien quartier de pêcheurs.


L'ancienne église Saint-Guénolé aurait été construite au 12 siècle.
En ruine, elle est détruite en 1830 pour édifier une nouvelle église.
Cette dernière est elle-même transformée en hôpital en 1937 alors que la nouvelle église paroissiale Église Saint-Cœur-de-Marie est construite hors les murs de la ville-close en 1912.
L’hôpital est démoli dans les années 1980 et il ne reste que sa façade et son pignon-clocher.


À l’intérieur de la place forte, des maisons d’habitation occupent l’essentiel du parcellaire étroit.


Cette maison, très étroite et typique de la ville, a beaucoup de charme.


Des échoppes aux linteaux sculptés ou des chapelles sont reconverties, au fil du temps, en lieux de vie.


La maison du Gouverneur est l’une des dernières maisons en pan-de-bois. Elle accueille depuis 2005 l’atelier et la salle d’exposition temporaire de la Maison du Patrimoine.


La place du gourverneur.


La caserne Hervo est une caserne qui fut construite sur une chapelle datant du 16e siècle.
Cette dernière dénommée Notre-Dame-du-Portail (ou Notre-Dame-de-Conq) fut l'un trois lieux de culte situés intramuros de la Ville close de Concarneau.


Avant de partir, n'oubliez pas de faire un petit tour dans la maison du patrimoine. Située dans l’ancienne maison du Gouverneur de Concarneau, c'est un lieu à découvrir.


Nous quittons à regret cette jolie cité et, pour rejoindre notre bus, nous passons devant l'arrière port!
 
Je vous en parle bientôt!



En ce second jour de notre séjour dans le Finistère, nous nous sommes préparés afin d'aller visiter la charmante cité de Concarneau!
Mais...sur la route...nous nous sommes arrêtés route de Concarneau à Trégunc, commune située entre Concarneau et Pont-Aven!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Conserverie familiale fondée en 1893 à Concarneau, la conserverie Courtin est l’une des plus anciennes de Bretagne.


Elle fait, aujourd’hui, partie intégrante du patrimoine culturel et gastronomique de la région.


La conserverie est, aujourd'hui, spécialisés dans la fabrication des soupes à l’ancienne, de rillettes de la mer et de notre fameux confit de noix de Saint-Jacques.


Je dois vous avouer que nous connaissons la conserverie Courtin du temps où elle se situait dans le port de Concarneau!
Aujourd'hui, la conserverie a déménagé à Trégunc et a pris la forme d'un grand paquebot!


Nous visitons ce paquebot-musée avec intérêt§ D’anciennes machines trônent au milieu de la conserverie et un documentaire de quelques minutes résume partiellement l’histoire de la famille Courtin.
 


Nous étions attendus et nous avons été accueillis avec beaucoup de sympathie.


Les soupes de chez Courtin....un vrai délice! Je peux vous l'assurer!


Aujourd'hui, l'usine réalisait le velouté aux crabes....c'est donc du velouté aux crabes que nous avons le loisir de goûter!


Merci à tous pour cette visite bien chaleureuse!



Pour terminer, en beauté, cette première journée dans le Finistère, nous nous sommes arrêtés au niveau du pont de Térénez!

Le pont de Térénez enjambe l'Aulne entre Argol et Rosnoën sur la route départementale 791 qui relie Crozon au Faou.
Il est considéré comme un élément essentiel de désenclavement pour la presqu'île de Crozon, évitant un détour de 47 kilomètres via Châteaulin afin de rejoindre le Nord-Finistère.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Avant la construction du pont, la traversée de l'Aulne se faisait par bacs afin d'assurer la continuité de la route nationale.
Les accidents étaient très nombreux, notamment les jours de foire en raison d'un bac à fond plat et peu manœuvrable qui était emporté par le courant des marées et chavirait.
L'Aulne engloutissait les hommes, les chevaux et les marchandises.


Pont de 1925!
Le premier pont de Térénez a été construit entre 1913 et 1925.
C'était un pont suspendu qui fut, à l'époque, le plus grand pont suspendu d'Europe.


Pont de 1952!
Ce nouveau pont, basé sur ses piles d'origine est un pont suspendu, comme le précédent, qui reprend les mêmes mensurations.
Malheureusement, la pénurie de matériaux de qualité à l'époque entraîne l'utilisation de ciment de mauvaise qualité.
Le pont contracte alors le "cancer du béton"!


Pont de 2011!
Le projet retenu pour le pont actuel s'est orienté vers une reconstruction du pont de Térénez à proximité du pont actuel.
L'option majeure est d'offrir des accès en courbe pour fluidifier la circulation.
 
L'ouvrage est récompensé en 2013 par le World Infrastructure Award et en 2014 par le prix du plus bel ouvrage d’art remis par la Fédération internationale du béton.
Il détient le record du monde de portance en courbe et sans support.



J'ai commencé à vous parler de la Pointe Saint-Mathieu, de sa légende, de son abbaye....sur ce lien!
 
Aujourd'hui, je poursuis ma balade et mes pas m'emmènent vers cette charmante chapelle Notre-Dame-de-Grâce qui fut, jadis, l'église paroissiale de Saint-Mathieu.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Chapelle Notre-Dame-de-Grâce!
Située à la Pointe Saint Mathieu, à l’extrémité sud de la place de l’abbaye, cette chapelle était jadis l'église paroissiale de Saint-Mathieu.

L’église paroissiale Notre Dame du Bout du Monde (an Itron Pen-ar-Bed) était proche de l’abbaye Saint-Mathieu qui attirait les convoitises et qui fut à de nombreuses reprises attaquée, pillée, incendiée puis reconstruite.


La Pointe fut ravagée en 1558 par une expédition anglo-hollandaise. La ville de Saint Mathieu ne s’en relèvera pas.

L’église paroissiale Notre Dame du Bout du Monde (an Itron Pen-ar-Bed) est détruite, son portail monumental du 14e, seul vestige de cette église, donne une idée de sa taille.


Nous avons pu y admirer quelques statues telles que Notre-Dame-de-Grâce (Introun Varia ar C’hras)...


...ou même sainte-Anne.


Un peu plus loin, le Mémorial national des marins morts pour la France!
À l'extrémité ouest du Finistère, sur la Pointe Saint-Mathieu, se dresse, face à la mer d'Iroise, le monument national des marins morts pour la France.


C'est sur ce site que les plus hautes autorités de l'Etat décidèrent en 1923, sur l'initiative de l'Amiral Guepratte, député du Finistère, d'élever le Monument National consacré à la mémoire des marins morts pour la France.


La stèle réalisée par René Quillivic et inaugurée le 12 juin 1927 représente une femme de marin, en coiffe de deuil, incarnation de la tristesse de la mère ou de la veuve du marin.


Les bas-reliefs, présents sur les quatre faces du pylône, symbolisent les actions menées par les marins pour la défense de la patrie.


Escarpée, découpée, tourmentée, la côte rocheuse.....


.....offre un belvédère unique sur la mer d’Iroise.



Selon qu’ils soient situés sur la terre ferme, sur une île ou en pleine mer, les gardiens classent les phares en trois catégories : les paradis, les purgatoires et… les enfers !

Le Paradis!
Il s'agit d'un phare construit sur la côte, ou dans un estuaire, parfois à proximité d'un village.

(phare de la Pointe Saint-Mathieu)


Le Purgatoire!
Le phare est alors construit sur une île, plus ou moins éloignée du continent. Mais si la solitude existe, il y a moyen de se rendre régulièrement sur terre pour y retrouver ses congénères et faire quelques emplettes.
 
(phare de La Vieille devant la Pointe du Raz)


L'Enfer enfin.
Il s'agit d'un phare placé sur une île beaucoup plus lointaine, voire en pleine mer sans île autour.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)

(phare d'Ar Men ou phare du Rocher situé à l'extrémité de la chaussée de Sein, à la pointe ouest de la Bretagne)



Après avoir quitté ce très beau Musée Mémoire 39-45, en ce premier jour de notre séjour dans le Finistère, nous nous sommes dirigés vers la Pointe Saint-Mathieu.
 
La pointe Saint-Mathieu, un des plus beaux sites du Finistère, est une pointe située sur le territoire de la commune de Plougonvelin. Elle est bordée de falaises avoisinant 20 mètres de hauteur.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


La Pointe Saint-Mathieu....une légende!
 
En effet, une légende raconte que, ramenant le corps de l’apôtre Mathieu, des marchands du Léon auraient été miraculeusement sauvés du naufrage au large de cette pointe.
 
Au 6e siècle, pour abriter les reliques du saint, Tanguy y fonde le premier monastère.


Mais la fondation d’une abbaye celtique primitive dès le 6e siècle par saint Tanguy reste hypothétique.



L’abbaye romane puis gothique est l’œuvre de moines bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur mais aussi de bienfaiteurs, en particulier des comtes de Léon et de la famille du Châtel de Trémazan.

Abandonnée de nos jours, l'abbaye a été classée Monument historique dès 1867.



Les ruines de l'abbaye ont servi au tournage d'une série télévisée diffusée pendant l'été 2005 : Dolmen.


Elle a aussi servi de point de départ pour tous les reportages de l'émission Thalassa pour la saison 2012-2013.


Le sémaphore est un poste de défense établi sur la côte, chargé de surveiller les approches maritimes et de signaler par signaux optiques toute activité ennemie.


"Rien de sinistre et formidable comme cette côte de Brest; c'est la limite extrême, la pointe, la proue de l'ancien monde. Là, les deux ennemis sont en face : la terre et la mer, l'homme et la nature."
 
Jules Michelet, Histoire de France, 1861


Le phare de Saint-Mathieu est une tour construite en 1835 dans les ruines d'une ancienne abbaye.
Ce phare majeur de la côte française a une portée théorique est de 29 milles marins (environ 55 kilomètres).


La Pointe Saint-Mathieu, formée de falaises abruptes balayées par le vent et la mer, est un cap s'avançant dans l'océan Atlantique.


Riche par son passé, sa nature et son patrimoine, le site de la pointe Saint-Mathieu est un lieu de promenades exceptionnelles.


Il n'est pas rare d'y croiser...pendant un instant fugace....un trois mâts!
 
♪ ♫ C'est un fameux trois-mâts, fin comme un oiseau
Hissez haut! Santiano!
Dix-huit nœuds, quatre cents tonneaux
Je suis fier d'y être matelot…♫ ♪

Mais je m'égare.....


Des falaises abruptes balayées par les vents et la mer, un phare imposant qui veille sur les ruines d’une ancienne abbaye…Ici, le charme opère!
 
Mais la Pointe Saint-Mathieu c'est aussi:
-l'église paroissiale, l'église Notre-Dame de Grâce
Mais aussi:
-le mémorial naional des marins morts pour la France....
 
À demain pour la suite de cette belle aventure!



Premier jour et premières balades dans le Finistère! Plougonvelin!
 
Plougonvelin, commune du département du Finistère, est située à 20 kilomètres à l'ouest de Brest.
Cette cité côtière, littorale de l'Océan Atlantique, a pour voisines notamment la Pointe Saint-Mathieu et l'abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Le musée mémoire 39-45 est un rêve d'enfant!
 
En effet, à l'origine de ce musée....deux frères, Aurélien et Clément Coquil.
 
Passionnés par toutes les petites histoires individuelles vécues par les anciens de Bretagne durant la seconde guerre mondiale, ces deux frères ont collecté, durant plus de 20 ans, des souvenirs de combattants et de leurs familles, mais aussi de civils pris dans la tourmente.


La petite histoire!
C'est en parlant avec Aurélien et Clément que j'ai pu apprendre le "vrai" début de cette passion.....
 
Un jour que Aurélien et Clément passaient la journée chez leur grand-père ils assistèrent au débarras du grenier de leur arrière grand-père!
Une grande charrette devant la maison servait de vide-grenier!
 
Soudain! Le grand-père jette ce qui leur semble être deux bouts de tissus...et hop...dans la charrette!

Grand-père! Grand-père! Que sont ces deux bouts de tissus?


Ces deux bouts de tissus sont, à présent, dans la vitrine située à l'accueil du Musée!
Il s'agit de deux ponchos allemands qui assemblés par deux formaient une tente canadienne pour deux personnes.

Une belle passion était née!


Le musée se trouve dans un blockhaus qui se trouve être le centre de commandement de la batterie d’artillerie de marine Graf Spee.

Brest est un port stratégique pour l’armée allemande.
Il a vocation à abriter une partie des navires de la Kriegsmarine.
Dès juillet 1940, la construction de la batterie Graf Spee commence, afin d’interdire l’accès à la rade de Brest à tout bâtiment ennemi.


La partie visible du blockhaus ne représente que 10% de sa surface totale. Presque entièrement enterré, le poste de commandement de la batterie Graf Spee figure parmi les plus importants bunkers de la région.


Sur 5 étages, nous découvrons une muséographie centrée sur les témoignages et anecdotes, largement illustrée par des milliers d’objets, documents et photographies.



En descendant dans la forteresse nous nous plongeons dans la vie quotidienne des soldats sur le mur de l’Atlantique.


Sur ces 5 étages nous visitons le casernement des 25 soldats de l’artillerie côtière défendant la position.


Dans ces lieux restaurés à l’identique, nous découvrons la vie quotidienne sur le mur de l’Atlantique au travers de mises en scène saisissantes de réalisme et agrémentées d’ambiances sonores....


.....chambrées pour la troupe, chambre de l’officier, ventilateurs filtrant les gaz de combat, salle de bain…


Impressionnant!


En août 1944, l’armée américaine approche de Brest par le nord et l’est.

Les 3 canons encore en cuves circulaires se retournent alors vers l’envahisseur et l’écrasent de ses obus de 240 kilos.

 

L’état-major américain réagit rapidement et envoie ses troupes de choc pour prendre la position : les 2ème et 5ème Rangers, ceux-là même qui ont pris d’assaut la pointe du Hoc le 6 juin, en Normandie.

 
La position est enlevée le 9 septembre 1944 après de violents combats qui coûtent la vie à 64 américains, 22 résistants, près de 300 allemands et plus de 60 civils.


Dans l'antre du blockhaus....des kiosques!


Le point de vue panoramique qu’offrent les kiosques.....


.....et le toit du blockaus, sur l’entrée de la rade de Brest, de la presqu’île de Crozon à l’île d’Ouessant est unique!

Si vous allez visiter la Pointe Saint-Mathieu, vous passerez devant ce musée! Arrêtez-vous! Vous ne serez pas déçus!



Pas facile de prendre des photos quand on est dans un bus!
Mais je n'ai pas pu m'empêcher de me tortiller dans tous les sens afin de prendre ces deux clichés.

C'est à Châteaulin, commune située dans le département du Finistère, que nous avons pu admirer ces colonnes décorées en noir et blanc!

Le premier rond-point est orné de deux colonnes! Le second est décoré d'une seule colonne.



Vous pouvez voir ou revoir notre voyage "Terre et Mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(2 clichés)



Ce jour là, nous nous sommes réveillés de bonne heure afin de rejoindre notre groupe, de nous installer dans notre bus puis, de prendre la route vers notre destination.... la Presqu'île de Crozon, située dans le Finistère juste en face de Brest.
 
Vous l'avez compris, aujourd'hui, je commence une nouvelle série "voyage", qui sera consacrée à notre voyage intitulé, "Terre et Mer en Finistère!
 
Cet article servira de récapitulatif à ce voyage!
 
Le début d'une aventure:
 
-Terre et mer en Finistère (ici)
-La Ferté-Bernard(72)- Hôtel du Stade (voir le lien)
-Châteaulin(29)-Quelques ronds-points (voir le lien)
-Humour breton (voir le lien)
-Phare-Paradis, enfer ou purgatoire? (voir le lien)
-Mal de mer-La règle des 5 "F" (voir le lien)

Premier jour:

-Plougonvelin(29)-Musée-Mémoire 39-45 (voir le lien)
-Plougonvelin(29)-Pointe Saint-Mathieu (voir le lien)
-Plougonvelin(29)-Pointe Saint-Mathieu-Une chapelle et un Mémorial (voir le lien)
-Le Conquet(29)-Auberge de Keringar (voir le lien)
-Argaol et Rosnoën(29)-Le pont de Térénez (voir le lien)

Deuxième jour:

-Trégunc et Concarneau(29)-La conserverie Courtin (voir le lien)
-Concarneau(29)-Ville Close (voir le lien)
-Concarneau(29)-Arrière-port (voir le lien)
-Concarneau(29)-Quelques enseignes et une peinture (voir le lien)
-Concarneau(29)-Restaurant La Porte aux Vins (voir le lien)
-Guilvinec(29)-Le quartier maritime (voir le lien)

Troisième jour:

-Le Frêt(29)-Déjeuner-croisière sur Le Brestoa (voir le lien)
-Camaret-sur-Mer(29)-La Pointe de Pen-hir (voir le lien)
-Le musée mémorial de la pointe de Pen-Hir(29) (voir le lien)

Quatrième jour:

-Camaret-sur-Mer (29)-La Tour Vauban (voir le lien)
-Camaret-sur-Mer(29)-Chapelle Notre-Dame de Rocamadour (voir le lien)
-Camaret-sur-Mer(29)-La digue ou route du sillon (voir le lien)
-Quimper(29)-Cathédrale Saint-Corentin (voir le lien)
-Quimper(29)-Un petit tour en ville (voir le lien)

Cinquième jour:

-Camaret-sur-Mer(29)-Alignements de Lagatjar (voir le lien)
-Camaret-sur-Mer(29)-Les ruines du manoir de Saint-Pol-Roux-le-Magnifique (voir le lien)
-Roscanvel(29)-Fort de Cornouaille (voir le lien)
-Presqu'île de Roscanvel(29)-La Pointe des Espagnols (voir le lien)
-Roscanvel(29)-Église Saint-Éloi (voir le lien)
-Presqu'île de Crozon(29)-Baie de Roscanvel (voir le lien)
-Presqu'île de Crozon(29)-Mémorial de l'aéronautique navale du cap de la Chèvre (voir le lien)
-Cap de la Chèvre(29)-Hameau de Menesguen et Morgat (voir le lien)

Sixième jour:

-Cléden-Cap-Sizun(29)-Pointe du Van (voir le lien)
-Cap-Sizun(29)-La Pointe du Raz (voir le lien)
-Douarnenez(29)-Restaurant Cap à l'Ouest (voir le lien)
-Locronan(29)-Enseigne et jeux de mots (voir le lien)
-Locronan(29)-Un petit écrin breton (voir le lien)
-Locronan(29)-Église saint-Ronan (voir le lien)
-Plomodiern(29)-Chapelle Sainte-Marie-du-Menez-Hom (voir le lien)

Sur la route du retour:

-La Ferté-Bernard(72)-Hôtel du Stade (voir le lien)
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Lieu de séjour.....Camaret-sur-Mer!


Notre hébergement, situé à la pointe du Finistère, dans un paysage remarquable, offre une vue imprenable sur la mer d'Iroise et ses falaises.


Camaret est situé dans une anse protégée par la Pointe de Roscanvel à l'est et par la pointe du Grand Gouin à l'ouest.


Cette anse qui est assez profonde et de plus protégée par un cordon naturel de galets.....


..... donne au site la forme d'un demi-cercle qui en fait un excellent havre de paix!



Aujourd'hui je vous envoie un petit coucou de Camaret-sur-Mer, jolie commune située dans le département du Finistère.

La cale du sillon!


Figure de proue de la presqu'île de Crozon.......

La tour Vauban!


.....Camaret-sur-Mer séduit les passionnés de patrimoine architectural!

Chapelle Notre-Dame de Rocamadour!

À bientôt ! 



La Pointe de Pen-Hir est une pointe de terre qui se trouve dans la presqu'île de Crozon, en Bretagne.
Elle se situe sur la commune de Camaret-sur-Mer, dans le département du Finistère.


Située à l'extrême ouest de la presqu'île de Crozon, elle est à la fois un incomparable point de vue et un lieu de balade extraordinaire!


Par temps clair on peut voir la Pointe Saint-Mathieu, juste derrière nous!

À bientôt !



Penmarc'h est une commune située dans le département du Finistère.


Pays de légendes, port du bout du monde, Penmarc'h doit son nom à  l'histoire du roi Marc'h à la tête de cheval, "pen" signifiant "tête" en breton!


Arrêtons-nous aujourd'hui afin d'admirer les rouleaux de Penmarc'h! À bientôt!



Des falaises abruptes balayées par  le vent.....


Un phare imposant qui veille sur les ruines d'une ancienne abbaye.....

Je vous envoie un petit coucou de la Pointe Saint-Mathieu ! 



L'abbaye aux Dames est un monastère de moniales bénédictines fondé au 11e siècle à Caen, en Normandie.
C'est l'une des deux grandes abbayes, avec l'abbaye aux Hommes, de la ville de Caen.
Son église abbatiale de la Trinité abrite depuis 1083 le tombeau de Mathilde de Flandre, épouse de Guillaume le Conquérant.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Caen depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Les origines de l'abbaye!
En 1050 ou 1051, le duc de Normandie épouse Mathilde, fille du comte de Flandre. Leur mariage est prohibé par le pape Léon IX, peut-être pour des raisons de consanguinité et, selon les chroniqueurs de l'époque Milon Crespin et Orderic Vital, le souverain pontife les excommunie.


En contrepartie du pardon accordé par le pape, ils fondent à Caen à une date proche de 1059-1060 deux abbayes bénédictines : l'abbaye aux Hommes, dédiée à saint Étienne, et l'abbaye aux Dames, dédiée à la Trinité.


La nef est bordée d'arcades en plein cintre surmontées d'une galerie, le triforium, qui sert d'appui à la voûte d'ogive. C'est la première voûte d'ogives construite en Normandie, elle date de 1130.


En juin 1944, pendant le débarquement allié et la bataille de Caen, l'église et l'abbaye sont relativement épargnées par les bombardements, alors que la ville est gravement touchée dans plusieurs quartiers.


L'abbaye accueille de 1986 à 2015 le siège du conseil régional de Basse-Normandie, et à partir de 2016 celui du conseil régional de Normandie par suite de la fusion des deux anciennes régions Basse et Haute-Normandie.


Cette armoire très ancienne est une armoire à chasuble.


De grands tiroirs permettent de ranger ce vêtement sacerdotal.


La reine Mathilde repose dans un tombeau situé dans le chœur de l'abbatiale.


Les brodeuses de l'an 2000 réutilisent le point de Bayeux pour évoquer les prières des Bénédictines.


La fresque de l'Assomption est attribuée à Eustache Restout, peintre né à Caen au 17e siècle.


À bientôt!



L'abbaye aux Hommes, ou abbaye Saint-Étienne de Caen, est une des deux grandes abbayes, avec l'abbaye aux Dames, fondées par Guillaume le Conquérant à Caen, dans le département du Calvados!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Caen depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


La fondation de l'abbaye!
À vingt-deux ans, Guillaume, duc de Normandie, pense à se marier.
Il choisit Mathilde, fille du comte de Flandre et nièce du roi de France.
Mais leur lien de parenté, trop proche, rencontre l’opposition du pape Léon IX qui interdit ce mariage.


Lanfranc, prieur de l’abbaye du Bec-Hellouin et conseiller du duc, va plaider sa cause auprès du pape qui accepte enfin le mariage en échange de la double fondation à Caen de l’Abbaye aux Hommes (Saint-Etienne, dédicacée en 1077) et de l’Abbaye aux Dames (la Trinité, dédicacée en 1066).


Le cloître!
Le cloître a été reconstruit à la place de l'ancien par Guillaume de la Tremblaye. La construction a duré plusieurs décennies.
Lors de la restauration de l'ancienne abbaye dans les années 1960, le jardin "à la française" inspiré de ceux de Le Nôtre ont été reconstitués.


Le tableau des offices!
Ce panneau a été réalisé en 1744 par François Poche, ébéniste de l'ensemble du mobilier de l'abbaye.
Sur les quatre colonnes, des informations écrites en latin mentionnent les heures d'adoration du saint-Sacrement et indiquent aux moines leurs rôles pendant les offices.


Abbatiale Saint-Étienne!


Les ducs de Normandie sont marqués par un profond besoin spirituel et Guillaume le Conquérant dans son programme politico-financier choisit Caen comme deuxième capitale de son duché.
Il s'engage avec sa femme à y fonder deux monastères qui vont être déterminant pour l'architecture normande.


Le tombeau de Guillaume le Conquérant, mort le 9 septembre 1087, fut placé au milieu du chœur (peut-être sous la tour-lanterne).
Son fils, Guillaume le Roux, fait construire un monument en marbre, surmonté d'un gisant.
Ce monument est détruit en 1562 par les huguenots.


En 1742, le tombeau est réduit à un simple caveau recouvert d'une pierre tombale situé dans le sanctuaire.
À la Révolution, la pierre tombale du duc Guillaume est à nouveau détruite.
Elle est remplacée en 1802 par la pierre tombale visible actuellement.


L'horloge dans le transept et la tour-lanterne.


L'impact de l'église Saint-Étienne sur l'histoire de l'art en Normandie et en Angleterre est essentiel.


Le plan échelonné de l'édifice se répand très vite des deux côtés de la Manche. On trouve le système de coursière initié à l'abbaye de Bernay mais étendu à Saint-Étienne à tout l'édifice repris à l'abbaye de Cerisy et dans de très nombreuses églises anglo-normande.


Le chemin de croix!


Leçon de lecture!
Ce tableau, réalisé par M.Descotils, représente une attendrissante leçon de lecture à la petite Marie sous les yeux de ses parents.


Jésus et la Samaritaine!
Cette dernière vient de dire:"Je sais que viendra le Messie", et Jésus répond:"Je le suis"!
Tableau réalisé par M.Descotils.


Présentation de Marie au Temple!
Tableau signé M.Descotils!


À bientôt pour la visite de l'abbaye aux Dames!



CAEN(14)-Le Château

 20/09/2019
Une longue histoire a doté la ville de Caen de nombreux monuments historiques dont les principaux, deux abbayes et le château, ont été construits sous Guillaume le Conquérant au 11 siècle.
 
Le château de Caen est un ensemble fortifié du centre-ville ancien de Caen. Fondé vers 1060 par Guillaume le Conquérant, il a connu de nombreux aménagements au fil des siècles.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Caen depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Le château de Caen est l'oeuvre de Guillaume le Conquérant qui met en place une véritable citadelle à partir de 1060 sur un éperon rocheux dominant la basse vallée de l'Orne.


Le site de Caen, à proximité de la mer et à équidistance de Rouen et du Cotentin, est donc choisi par Guillaume le Conquérant afin d'y construire sa forteresse.


La construction du château, au même titre que la fondation de deux abbayes (abbaye aux Hommes et abbayes aux Dames), montre la volonté du souverain d'établir une deuxième capitale dans la partie occidentale du duché.


Église saint-Georges!
L'église paroissiale dédiée à Georges de Lydda est construite dans la deuxième moitié du 11e siècle.
À l'emplacement de l'église actuelle, se trouvait auparavant un bâtiment de facture plus élémentaire dont on ne sait s'il s'agit d'un lieu de culte préexistant ou d'une simple habitation.
Le 25 mars 2013, le plan d’aménagement de l’église en centre d’interprétation de l'histoire du château et en centre d'accueil des visiteurs est approuvé par le conseil municipal.


Logis des gouverneurs!
Construit sans doute au début du 14e siècle, c'était la résidence privée du bailli.
Au 19e siècle, le Logis des Gouverneurs est utilisé comme salle d'armes.
Quand le château fut transformé en caserne, l'ancienne demeure du bailli abrita le mess des officiers, une bibliothèque et une salle de conférences.
C'est en 1960, que les services du musée sy 'installent.


L'étudiant!
Sculpture en bronze réalisée en 1905 par A.E. Le Tual dit "De Laheudrie".


Salle de l'Échiquier!
La salle dite de l'Échiquier se situe au nord-ouest de l'enceinte dans une zone dite du « vieux palais ». C'est en effet à cet endroit que Guillaume le conquérant fit construire son palais ducal.


Ce jour là, nous avns pu admirer une exposition intitulée, "Bronzes en péril" ou la statuaire publique sous l'occupation.


Le Palais de Guillaume le Conquérant!
Guillaume le Conquérant se fait construire un palais au nord de l'enceinte dans la deuxième partie du 11e siècle.
Ce palais reprend l'organisation classique des demeures seigneuriales de cette époque.
Il est constitué d'un ensemble de trois bâtiments principaux, peut-être entouré par un mur le séparant du reste de l'enceinte castral.


Lors de la première construction du château, les remparts sont constitués de simples palissades de bois. Le tracé de ces premiers remparts n'a guère évolué à travers les années.


Lou!
Cette sculpture en fonte de fer intitulée, "Lou", a été réalisée par Jaume Plensa.



Caen, commune située dans le département du Calvados, est surnommée la "Ville aux cent clochers".

Nous avons eu le loisir de visiter cette jolie cité, berceau de Guillaume le Conquérant et capitale du duché de Normandie avec Rouen.

Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Caen:

-Destination Normandie (ici)

-Château de Caen (voir le lien)

-Abbaye aux Dames (voir le lien)

-Abbaye aux Hommes (voir le lien)

-Bistrot-Bar L'Endroit (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


La meilleure vue de la ville de Caen est bien de la terrasse du château de Caen, avec au premier plan, l'église saint-Pierre!
Surnommée "ville aux cent clochers", comme Rouen, Dijon ou Poitiers, on y dénombre une quarantaine d'églises dont il ne reste parfois qu'un pan de mur.


La maison des Quatrans!
La maison des Quatrans est une maison à colombages construite dans les années 1460 dans le centre-ville ancien de Caen.
La maison tire son nom d'une confusion avec un autre hôtel, dit manoir du Four Quatrans, ayant appartenu à la famille des Quatrans, tabellions du roi à Caen, et qui se situaient légèrement plus au nord.


Les maisons à colombages sont typiques de la région.


Le palais de justice!
Un projet veut transformer l'ancien tribunal de grande instance en un hôtel et un centre de congrés.


Le quartier médiéval du Vaugueux!


Lieu emblématique de Caen, le quartier médiéval du Vaugueux est sans aucun doute l’un des plus populaires de la ville.


Quartier historique aux maisons moyenâgeuses en pierre de Caen, mais aussi coin hyper tendance, la rue du Vaugueux vit au rythme des soirées caennaises. Place historique, ruelles pavées, restaurants, bars…


En visitant ce quartier vous apprendrez qu’Edith Piaf, enfant venait rendre visite à ses grands parents qui y tenaient un café!


Une devanture de magasin comme je les aime!


C'est encore l'été!
 


Hôtel Lebourguignon Duperré!
Cet hôtel particulier est édifié dans la seconde moitié du 17e siècle. Constantin Lebourguignon du Perré de Lisle, homme de loi, l'achète en 1763 à la famille de Jumilly.


Cité de Guillaume le Conquérant et capitale du duché de Normandie avec Rouen, la ville a hérité d’un très riche patrimoine architectural en partie détruit lors de la bataille de Caen.
La ville a gardé la mémoire de ce moment clé de la Seconde Guerre mondiale en édifiant notamment un Mémorial pour la Paix, célèbre dans le monde pour les cérémonies de commémorations qui y ont lieu.



Le château de Falaise, dit château Guillaume-le-Conquérant, est un château fort formé d'une enceinte, situé sur un éperon rocheux au sud-ouest de la ville de Falaise dans le département du Calvados en Normandie.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Falaise depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Vers l’an mil, la forteresse ducale est particulièrement efficace et protège un vaste domaine.

Construit sur le modèle des mottes fortifiées, le château est alors protégé par une solide enceinte entourant la basse-cour et est, sur la pointe, dominée par un donjon dont les bases au moins sont maçonnées.


Nous passons la porte d'entrée et, dans la cour, des bornes nous montre la terrasse comme elle devait se présenter à l'époque de Guillaume-le-Conquérant.


Lieu de pouvoir des nouveaux maîtres du pays, la ville est le lieu de naissance du plus célèbre d’entre eux, Guillaume le Conquérant, futur roi d’Angleterre.


À cette époque, Falaise est une cité prospère qui compte sans doute 3000 ou 4000 personnes.


Les nouvelles technologies nous font revivre le cadre quotidien du duc de Normandie et roi d'Angleterre.


Né à Falaise en 1027, Guillaume accomplit son premier fait d’arme au château.
Il a quinze ans.
Sa victoire est l’acte fondateur de l’affirmation de son pouvoir en Normandie.
Sa fabuleuse épopée guidera ses pas jusqu’en Angleterre où il sera couronné roi.


Devenu roi d’Angleterre, il s’inspire très directement des forteresses anglaises pour rénover le château familial.


Il en reproduit le plan carré, avec la partition par étage, l’aménagement d’espaces intérieurs voués à la résidence du seigneur et l’accès bien défendu par un escalier menant à l’étage et protégé par un avant-corps.


À sa mort, de nouveaux conflits secouent le royaume anglo-normand pendant vingt ans.
Mathilde sa fille et Etienne de Blois son neveu disparaissent à leur tour, et c’est Henry II Plantagenêt, le fils de Mathilde qui hérite du double titre de duc et de roi.


Les tablettes tactiles remises au début du parcours dévoilent les intérieurs des donjons en reconstitution virtuelle.


Le château, abandonné au 17e siècle, est finalement classé au titre des monuments historiques en 1840.


Victor Ruprich-Robert, disciple de Viollet-le-Duc, entame une campagne de restauration qui sauve les donjons de la ruine.
Les donjons furent peu touchés par les bombardements alliés lors des combats de la Poche de Falaise.


Résidence ducale, résidence royale, symbole du pouvoir politique central pendant de longs siècles, le château a subi ensuite une longue descente vers l’oubli. Aujourd’hui, il renaît pour notre plus grand plaisir.



Après une matinée bien remplie:
-parti le matin de Kurashiki en shinkansen, le TGV japonais, pour rejoindre Kyoto (voir le lien)
-visite du Temple d'Or de Kyoto (voir le lien)
-visite du Temple Zen Ryoan-Ji (voir le lien)
 
Il est temps de se poser et d'aller déjeuner dans un restaurant local de Kyoto!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Les restaurants locaux présentent les menus, non pas sur une carte de menu comme chez nous, mais en vitrine!
Tout est dit!


Pour ce déjeuner, Nicolas vous présente:
-du tofu au sésame
-un flan au gluten saupoudré de poudre matcha
-des nouilles japonaises
-du tonkatsu
-un petit bol de soupe miso
 
Le tonkatsu est un plat japonais à base de porc pané et frit.


Pour accompagner ce repas local, un flan d'oeufs aux légumes et aux crevettes!
 
À bientôt pour la suite de cette 5e journée des aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant!



Non loin du Temple d'Or, à Kyoto, Ryōan-ji, littéralement "Temple du repos du dragon".

Ryoan-ji est un temple bouddhiste de l’école Zen Rinzai, situé au pied de la montagne Kinugasa-yama.
Il est réputé pour son jardin de pierres qui date de la deuxième moitié du 15e siècle.
Ce dernier est inscrit au Patrimoine de l’Unesco depuis 1994 et classé Bien Culturel Important du Japon.

Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Le monastère a été fondé en 1450 par Hosokawa Katsumoto.


Détruit lors de la guerre d'Onin par un incendie, il est rebâti par son fils, Hosokawa Masamoto, à partir de 1488.


Le jardin a été construit à la fin du 15e siècle.


Pour beaucoup, le nom du temple évoque son célèbre jardin de pierres, de style karesansui, qui est considéré comme l’un des chefs-d’œuvre de la culture zen japonaise.


Salle du temple avec portes à coulisse.


Le tsukubai constitue l’autre intérêt du temple.
Le bassin de forme carré fait référence au kanji qui signifie "bouche".
De chaque côté du carré est gravé un signe. Associés, on obtient la phrase "Ware, tada taru wo shiru", "Je connais seulement la satisfaction" (sous-entendu, je n’ai pas beaucoup), un concept cher à la mouvance zen du bouddhisme.


La visite continue à travers de vastes espaces extérieurs....


.....avec....au loin....le Temple d'Or!



Le Kinkaku-ji, ou Temple du Pavillon d'or, est le nom usuel du Rokuon-ji, temple impérial du jardin des cerfs, situé à Kyōto au Japon.

Le Kinkaku-ji est le nom d'usage donné au temple bouddhiste Rokuon-ji, situé au nord de Kyoto.
Très célèbre, il est surnommé le Pavillon d'Or pour ces magnifiques façades recouvertes à la feuille d'or.

Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Dans les années 1220, le site abrite la villa Kitayamadai de Saionji Kintsune, chef du clan Saionji.

Après le déclin des Saionji, la villa et le temple ne sont plus entretenus, seule une mare demeure de cette époque.



En 1397,  Yoshimitsu le 4e des shoguns Ashikaga, achète le site au clan Saionji et commence à y construire une nouvelle villa, Kitayamaden, en faisant de son mieux pour en faire un lieu exceptionnel, destiné à accueillir plusieurs reliques bouddhistes.



Il y réside jusqu'à sa mort.
Après sa mort et conformément à ses volontés, son fils Yoshimochi en fait un temple Zen de l'école Rinzai qu'il baptise Rokuon-ji.

Au faîte du toit trône le phénix chinois fenghuang.
Le fenghuang ou phénix chinois est un oiseau mythique qui règne sur tous les autres oiseaux.


Le temple a été incendié plusieurs fois pendant la guerre d'Ōnin (1467-1477) et seul le pavillon d'or a survécu.
Le jardin a cependant gardé son aspect de l'époque.


Le 2 juillet 1950, le Pavillon d'or a été entièrement incendié, par un moine mentalement déficient. Cet événement est au centre du roman de Yukio Mishima : Le Pavillon d'or.
En 1987, il est rénové et reçoit une nouvelle couche, cinq fois plus épaisse, de feuilles d'or.
En 1994, le Pavillon d'or est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, parmi les monuments historiques de l'ancienne Kyoto.



Alors que nous nous promenions à Falaise(14) nous sommes passés devant une enseigne de magasin qui m'a tout de suite fait penser à Françoise "grainedesucre"!

En effet, vous connaissez le goût de Françoise pour les enseignes de magasins aux de jeux de mots amusants!
 
Alors voici cette enseigne "jeux de mots" que nous avons trouvé à Falaise dans le Calvados!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Falaise depuis le début sur ce lien!



Falaise, cette commune située dans le département du Calvados, est le point idéal afin de voyager au coeur de l'Histoire!
 
Berceau de Guillaume Le Conquérant, futur duc de Normandie et roi d'Angleterre, le Pays de Falaise conserve un patrimoine médiéval exceptionnel!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade-découverte de la ville de Falaise:
 
-La Suisse Normande (ici)
 
-Château Guillaume Le Conquérant (voir le lien)
 
-Restaurant Au Cochon de Lait (voir le lien)
 
-Enseigne et jeux de mots (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(21 clichés)


L'Hôtel de Ville de Falaise témoigne de la prospérité de la cité à la veille de la Révolution!
La statue de Guillaume Le Conquérant, située devant l'Hôtel de Ville, est majestueuse.
Cette statue équestre est l'œuvre du sculpteur français Louis Rochet.


Église saint-Gervais!
L'édifice primitif est édifié au 11e siècle, sous Guillaume le Conquérant. Il est achevé sous son fils Henri 1er Beauclerc et consacré en 1134.


L'église subit des dommages importants lors du siège de 1204 et est remaniée dans le style gothique.


En 1417, c'est cette fois la guerre de Cent Ans qui provoque un nouveau remaniement.


En 1590, lors des guerres de Religion, l'édifice subit de nouveaux dommages et le chœur, le déambulatoire, ses chapelles et celles de l'abside doivent être refaites.


L'église Saint-Gervais est à nouveau très endommagée par les bombardements de la bataille de Normandie et est restaurée dans les décennies suivantes.


Saint-Jean-Baptiste-Marie Vianney, curé de la paroisse d'Ars pendant 41 ans et patron de tous les curés de l'Univers, au côté de la Vierge Marie en Majesté.


Falaise conserve toujours un caractère médiéval.


Elle présente une richesse patrimoniale étonnante.


Église de la Trinité!


Une première église est édifiée au 9e siècle, dans le premier foyer urbain.



Un édifice roman la remplace au 12e siècle mais est détruit au cours du siège lors de la conquête de la Normandie par Philippe Auguste en 1204.


La reconstruction sous la forme d'une église gothique s'achève en 1240.


Elle subit d'importants dommages lors du siège de 1417, pendant la guerre de Cent Ans.


Si la nef est reconstruite de 1438 à 1450.....


.....il faut attendre 1510 pour que débutent les travaux du chœur achevés en 1540, et complétés par la construction de trois chapelles nord et d'un porche en 1545.


Prenez le temps de lever la tête afin d'admirer ces petits personnages qui ornent certains piliers.


L'église de la Trinité à été construite au pied du château qui la protège.


C'est la paroisse la plus ancienne de Falaise.


Bonne visite!



En Normandie, près de Bayeux, dans le cadre naturel de la Vallée de Castillon, Nous avons découvert des jardins créés pour le plaisir des yeux et la connaissance des végétaux, Les Jardins de Castillon!

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Ce jardin thématique permet de déambuler du jardin de senteurs au jardin oriental, après être passé devant le mixed border à l'anglaise ou le bassin octogonal...



Composé de trois terrasses successives ponctuées d'ifs topiaires, un deuxième jardin s'ouvre sur une belle bordure de graminées, les plantes à fleurs bleues et les hémérocalles.


L'histoire de ce jardin commence avec Hubert Sainte-Beuve, agriculteur en Bessin, qui achète une pépinière en 1974.
Lui et son épouse Colette partent visiter des jardins en Angleterre pour proposer à la vente des plantes vivaces qu'ils jugent injustement négligées en France.


Colette Sainte-Beuve commence alors sa collection de géraniums vivaces et participe à la première édition des journées des plantes de Courson en 1982.


Un premier jardin né en 1985, en pente douce propose une succession de huit chambres ou jardins clos thématiques.


Un second jardin, ouvert en 2001, est constitué de trois terrasses.


C'est sous les innombrables petites fleurs rose-gris de la clématite « Marjorie », drapant une gloriette en bois, que l'on accède dans les lieux.


Nous passons ainsi directement de luxuriants mixed borders, comme on en voit outre-Manche, à l'ambiance très zen d'un jardin oriental.


Les rayons de soleil ont trouvé le passage à travers le feuillage!


L'étonnement est à chaque pas....


.....à chaque regard!


Les Jardins de Castillon ont reçu en 2004 le label «Jardin remarquable» par le Conseil national des parcs et jardins.

Ils ont reçu en 2009 le Prix « Jardin de l'année », décerné par l'Association des journalistes du jardin et de l'horticulture.




Notre balade le long des plages du débarquement nous a conduit, ce jour là, à Port-en-Bessin-Huppain.

Port-en-Bessin-Huppain est une commune située dans le département du Calvados en Normandie.

Son histoire remonte à la fin de l'Âge du bronze et son destin est lié à la mer ainsi qu'en témoigne sa devise : Res nostra mare (la mer est notre loi).


Bar de la criée à Port-en-Bessin-Huppain sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir nos visites sur les plages du débarquement en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Vieille de plus de 1000 ans, la cité portaise, tournée de tout temps vers la mer, a conservé les traces d’un riche passé historique liée à la pêche.


Sur la falaise, à l'entrée du port fut bâtie en 1694 la tour Vauban par l'architecte Benjamin de Combes pour surveiller les corsaires et prévenir les invasions anglaises.


Mais cette activité n'a jamais été l'unique travail des portais.
Au crépuscule du 19e siècle, l'heure est au charbon ; les sacs de houille vont et viennent des côtes françaises aux côtes anglaises.


Durant la seconde guerre mondiale, un ensemble de fortifications défensives allemandes sont installées le long des côtes.
L'objectif étant de prévenir toute tentative de débarquement allié.


Libéré le 8 juin 1944 par le 47e Royal Marines Commando, lors de l'opération Overlord, Port-en-Bessin devient dès le 16 juin tête de réseau d'un système de pipelines d'environ 120 kilomètres destiné à ravitailler les armées des alliés en carburant.


Les fresques du peintre Pascal Falisse sont, elles aussi, à l'honneur dans la petite ville de Port-en-Bessin-Huppain.


Très jolies, elles ne nous laissent pas indifférents!



NICOLAS LE GOURMAND

 07/09/2019
Comment profiter au maximum de ce voyage au Japon?
 
Oh! Un Yatai.....un stand de plats à emporter!
Non Nico! Tu viens de déjeuner!
Trop tentant....
Attendez moi! Ohé! Attendez-moi!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(2 clichés)


Et voilà notre Nico national....pris sur le fait....d'une dégustation de takoyaki!
 
Vite! Vite! Tu vas manquer ton train!

Vous pouvez retrouver la recette des takoyaki sur ce lien.



Ce jour là Nicolas et ses amis, après avoir passé la nuit à Kurashiki et, après un bon petit déjeuner.....japonais bien sûr....ont pris le chemin de la gare afin de rejoindre la ville de Kyoto.
 
Kyoto devenue au cours des siècles, le berceau d'une grande partie de ce que le pays a produit de plus élaboré dans le domaine des arts, de la culture, de la religion ou des idées.
 
Pour cela il faut prendre le train....le shinkansen!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


La gare de Kurashiki!
Kurashiki, ancienne ville de marchands possédait un port très actif pour le commerce du riz.


Le Shinkansen est le système de train à grande vitesse en service au Japon.
Ce nom, qui signifie  "nouvelle ligne interurbaine", désigne aussi bien les trains que l'infrastructure.


L'utilisation d'un ensemble de lignes réservées et les techniques employées ont fait du Shinkansen un précurseur et du Japon le pionnier de la grande vitesse ferroviaire lors de sa mise en service en 1964.


Ce jour là Nicolas a pu admirer le shinkansen nozomi, la desserte la plus rapide de la ligne de Shinkansen!
 
Impressionnant! Non?



Tour-en-Bessin est une commune située dans le département du Calvados en Normandie.
Le Bessin est un pays de la Normandie autrefois appelé Pagus Baiocensis (pays de Bayeux).
Ses habitants gaulois étaient les Bajocasses, ils sont appelés aujourd'hui les Bessinois.

Vous pouvez voir ou revoir nos visites sur les plages du débarquement en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


L'église s'ouvre par un portail du 12e siècle.


La nef est de style roman! Le choeur, lui, est gothique.


Prenez le temps d'admirer le choeur....il possède de petits trèsors cachés!


À chaque visite d'églises que nous faisons, j'aime prendre le chemin de croix de l'édifice en question.


Sur les colonnettes des arcatures.....


.....on peut admirer 12 petites scènes sculptées.....


.....qui évoquent les différents mois de l'année.


À la fin du 11e siècle, l'église Saint-Pierre fut donnée en dotation par Odon de Conteville, évêque de Bayeux et frère de Guillaume le Conquérant, au monastère de Saint-Vigor-le-Grand lors de sa fondation.


Saint-Michel Archange!
Michel est un des sept archanges majeurs, avec Gabriel et Raphaël notamment, des religions abrahamiques (judaïsme, christianisme, et islam).
 


Saint-Jean-Baptiste-Marie Vianney!

Jean-Marie Vianney, dit le Curé d'Ars, né le 8 mai 1786 à Dardilly (près de Lyon), et mort le 4 août 1859 à Ars-sur-Formans (Ain), est un prêtre catholique français vénéré par l'Église.

Il fut le curé de la paroisse d'Ars pendant 41 ans et sera nommé patron de tous les curés de l'Univers par le pape Pie XI en 1929.



Tour-en-Bessin fut siège de doyenné, ce qui justifie le grand volume de l'église.


Remarquez la décoration des fonts baptismaux.....


Bonne visite!