Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 24 939 889
Nombre de commentaires : 92 166
Nombre d'articles : 7 438
Dernière màj le 28/03/2020
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Notre voyage en région Paca se termine et, bientôt, je vous emmènerai vers d'autres horizons!
Mais, pour l'instant, faisons une toute dernière balade et allons fouler le sentier des ocres situé à Roussillon-en Provence!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Roussillon-en-Provence depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Le cadran hémicylindrique de Jean Raffegeau, situé près de l'entrée des carrières d'ocre, comporte les lignes horizontales pour les changements de mois et une courbe en 8 pour les corrections de l'équation du temps.

Le cadran est gradué comme une horloge ordinaire mais l'heure se lit de gauche à droite.
 
Le cadran sert également de calendrier et c'est l'ombre de la boule qui indique approximativement le jour.


Très jolie vue sur le village de Roussillon-en-Provence.


L’ocre est un pigment naturel mêlé aux sables des falaises. L’oxyde de fer le colore du jaune au violacé.
Ce paysage minéral a été façonné par la main de l’homme et par l’érosion.


Ce sentier aménagé et balisé permet de découvrir la flore particulière des collines d'ocres ainsi que les étonnants paysages formés par les anciennes carrières.


Véritable curiosité géologique, les carrières aux multiples couleurs naturelles, contribuent à faire de Roussillon un des sites le plus renommé du Luberon.


À bientôt pour une autre balade!



Le village de Roussillon-en-Provence possède un moulin à huile, aujourd'hui transformé en un beau musée!
 
Visitons-le ensemble!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Roussillon-en-Provence depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Jusqu'à un passé très récent, on fabriquait de l'huile d'olive dans tous les villages de Provence où existait un moulin comme celui-ci.


Au début de l'hiver, aux gestes de la récolte, se succédait le bruit sourd du moulin où s'affairaient les familles du village qui, chacune apportaient sa récolte d'olives.


Ce savoir-faire n'a pas changé depuis l'Antiquité.


Mémoire d'un modeste moulin situé au coeur de son village!



Nous ne pouvions pas quitter ce très beau village perché, situé dans le département du Vaucluse, sans aller faire un petit tour du côté de l'église Saint-Michel!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Roussillon-en-Provence depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


L'église Saint-Michel se trouve tout en haut du village à l'intérieur des fortifications.
À la fin du 11e siècle l'église du village est reconstruite en pierres de taille.


Le sculpteur Roussillonnais, Alexis POITEVIN, crée de nombreuses œuvres d’art en 1791dont des Fonts Baptismaux aujourd'hui classés, le Christ en croix et la chapelle de Saint Michel.


Elle est dédiée à Saint-Michel archange, Saint patron de la commune.
La façade telle que nous la connaissons aujourd'hui date du 17e siècle.


L'église est bien aérée et très lumineuse.


Un tableau représentant Saint-Michel l'Archange.


Les vitraux sont, eux aussi, très beaux.


À bientôt pour la suite de cette visite!



Roussillon est une commune située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
Aujourd'hui, je vous propose une balade découverte du joli village de Roussillon-en-Provence!
 
-Posé face au Luberon (ici)
 
-Église saint-Michel (voir le lien)

-Le moulin du village (voir le lien)
 
-Le sentier des ocres (voir le lien)

-Restaurant Le Clos de la Glycine (voir le lien)

Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Rue de l'Arcade!


Situé au coeur du plus important gisement ocrier du monde, Roussillon doit sa célébrité à ses magnifiques falaises et à ses impressionnantes carrières d'ocre.


Les façades des maisons illustrent magnifiquement le résultat obtenu par les ocres.


Roussillon se visite calmement... de la ville basse jusqu'au sommet du Castrum.


Nous flânons et nous sommes saisis par le charme de ce village.


La montée du Beffroi!


La sinueuse rue centrale, qui conduit au sommet du village, est bordée de galeries d'art, de boutiques de produits provençaux....


.....ainsi que de jolies maisons des 17e et 18e siècles.


Le beffroi est une ancienne porte du castrum remanié au 19e siècle en clocher.


En haut, l'église Saint-Michel possède une belle façade du 17e siècle.....


.....et jouxte une falaise d'où l'on a un panorama magnifique.


À demain pour la visite de la très jolie église saint-Michel!



Rustrel est une commune située dans le département du Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Et la commune est notamment connue pour son colorado provençal!

Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Le Colorado provençal ou ocres de Rustrel est un site industriel, exploité depuis la fin du 17e siècle jusqu'en 1992 où le dernier ocrier prit sa retraite.
Les paysages insolites qu'il offre sont constitués de sable ocreux d'origine latéritique.


Plusieurs sentiers balisés permettent l'accès au site.
Escaliers et barrières canalisent les passages et évitent ainsi une érosion trop rapide du site due au passage des visiteurs.


Il y a plusieurs millions d’années, la mer se retire en laissant derrière elle des bancs de sables enrichis d'une argile ayant pour particularité de contenir du fer, la glauconie.


Le Roussillonnais Jean-Étienne Astier eut l'idée, à la fin du 17e siècle, de faire passer le sable dans des bassins de décantation pour en extraire l'ocre.
Il le fit ensuite cuire pour en garder les propriétés colorantes.


Créée en 1901, la Société des Ocres de France permit le développement du marché vers l'exportation.
Les maxima de production furent atteints en 1929.


L'arrivée des colorants synthétiques vint progressivement concurrencer les ocres naturelles.
Après un long déclin, l'exploitation des sites d'extraction s'arrêta peu à peu.


Le Colorado Provençal s'étend sur plus de 30 hectares. Ses sentiers en terre permettent de découvrir des falaises érodées comprenant plus de 20 teintes d'ocre.


Le circuit pédestre nous permettent d'admirer la tour des Gourgues et les cheminées de fées.


À bientôt pour une autre balade!



Après avoir visité le temple du Phoenix situé à Uji, non loin de Kyoto, Nicolas et ses amis se sont dirigés vers Nara, ville située dans la région du Kansai, elle aussi, proche de Kyōto.
 
Nara fut pendant le 8e siècle la capitale du Japon, sous le nom de Heijō-kyō, depuis sa fondation en 710, lors de l'accès au trône de l'impératrice Gemmei, jusqu'en 784, c'est-à-dire durant l'époque de Nara.
 
La première visite de ce site est consarée au Todai-ji, temple bouddhique, de son nom complet Kegon-shū daihonzan Tōdai-ji, littéralement "grand temple de l’Est"!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Le Tōdai-ji est le centre des écoles Kegon et Ritsu, mais toutes les branches du bouddhisme japonais y sont étudiées et le site comprend de nombreux temples et sanctuaires annexes.


Bâtiment principal du Tōdai-ji.
"Bâtiment principal" est l'expression qui désigne, au Japon, le bâtiment consacré au principal objet de vénération, au sein de l'ensemble de sept bâtiments bouddhistes qui constituent complexe d'un temple.


Lanterne octogonale en bronze sculpté.


Le bâtiment principal du Todai-ji est connu pour être la plus grande construction en bois du monde.
Il héberge un monumental Grand Bouddha assis en bronze.
Il mesure la bagatelle de 18 mètres de haut et pèse 250 tonnes.


À ses côtés, un boddhisattva de bois couvert d’or à ses côtés.
Un boddhisattva est un terme sanskrit qui désigne dans le bouddhisme hinayana un bouddha avant que celui-ci n'ait atteint l'éveil.


Les deux effrayantes sculptures qui suivent ont été réalisées en bois.


Ce sont les deux gardiens du Bouddha.
Ici, le roi céleste Bishamon-ten, 17e siècle.


De nos jours, le Tōdai-ji est toujours actif et sa communauté de moines tient les rites et cérémonies annuels ou quotidiens nécessaires, dont le plus important reste la cérémonie de l’eau et du feu nommée Shuni-e.



Vénasque, commune située dans le département du Vaucluse.....un paysage sublime, un village splendide, et l’église.....un petit joyau !
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Venasque depis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


L’édifice actuel date de la fin du 12e siècle.
Une source historique nous éclaire sur la datation de l'église. En 1258, l'abbé de Montmajour fit un don à l'évêque de Carpentras pour qu'il reconstruise l'église de Venasque. 


L'aspect extérieur montre des volumes francs bien équilibrés et une silhouette caractéristique donnée par la toiture de pierr
Les proportions de cette église, aux arêtes nettes, donnent une apparence massive et imposante à l'édifice.


Les chapelles latérales sont du 17e et 18e  siècles.


Le monument est orienté, c'est-à-dire que son choeur est dirigé vers l'est.


Cette disposition classique d'une église est ici marquée d'une particularité : l'abside n'est pas dans l'axe de la nef.


Cette singularité, que certains ont voulu voir symbolique, rappelle le visage penché du Christ sur la croix.


Cependant, cette disposition est plutôt due à l'intégration de l'édifice primitif du 6e siècle qui a pu être conservé dans la nouvelle édification du 13e siècle.


À bientôt pour une nouvelle balade!



Perché sur le sommet d'un rocher escarpé, Venasque est un pittoresque village qui domine la vallée de la Nesque et la plaine de Carpentras.
 
Protégé depuis les temps les plus anciens, Venasque a su conserver dans son patrimoine les témoignages de son histoire.
 
Cet article servira de récapitulatif à cette balade!

-Village du Vaucluse (ici)

-Église Notre-Dame (voir le lien)

-Restaurant Côté Fontaine (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


La maison commune du village!
C'est sur l'emplacement de l'actuelle mairie, que se développe, durant le Moyen-Âge, la première maison commune de Venasque.
À cette époque, la maison était dotée d'une tour affirmant l'indépendance des édits municipaux face au pouvoir féodal.


Suite à l'enrichissement du quartier au 17e et 18e siècle, les maisons de la rue principale étaient consacrées aux l'activités artisanales et commerçantes.


On retrouve les caractéristiques des petits hôtels particuliers de village.


Place de la fontaine!
Située au coeur du village, cette fontaine fut le lieu d'approvisionnement en eau pour des générations de venasquais.


Les portes principales de ces maisons sont traitées avec soin.


Venasque.....village de caractère!


Vue panoramique!
Depuis l'esplanade des Tours un panorama superbe nous est offert sur le Nord du Comtat jusqu'à la barrière des Dentelles de Montmirail et du Mont Ventou.


Le village de Venasque est situé sur un éperon rocheux aux flancs abrupts, au débouché des gorges de la Nesque.


Église Notre-Dame de Venasque!


Grimpons quelques escaliers....


....pour arriver devant la forteresse!

Nous nous retrouvons demain pour visiter l'église.



L'église abbatiale - La beauté des pierres au service de la prière!

Les moines de Sénanque, abbaye située sur la commune de Gordes dans le Vaucluse, dans un souci de partage, ouvrent les portes de leur Abbaye aux visiteurs.
La visite permet notamment d’admirer l’église abbatiale!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à l'abbaye de Sénanque depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Nous entrons dans l'église par une série de marches en bois!


Cela nous permet de découvrir la grande abside éclairée par trois grandes ouvertures.


Cette grande abside est encadrée de deux chapelles.


L'église est construite en forme de croix latine.


Aucun décor ne doit troubler la prière et le recueillement des moines.


Par une petite porte nous découvrons le cloître.
Le cloître est le centre de l'abbaye. Lieu de passage, il relie les différentes parties du monastère.


Les galeries sont rythmées par des arcs de décharge abritant des triplets d'arcades en plein cintre supportées par des colonnes surmontées de chapiteaux à feuilles d'eau.


Je ne peux que vous conseiller cette visite! L'abbaye Notre-Dame de Sénanque ne vous décevra pas!
 
À bientôt pour une nouvelle balade!



Poursuivons la visite de cette très belle abbaye Notre-Dame de Sénanque!
Ce monastère cistercien toujours en activité est situé sur la commune de Gordes, dans le département du Vaucluse.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à l'abbaye de Sénanque depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Après être passés par le dortoir des moines, nous arrivons dans le chauffoir!
Cette cheminée, conique, permet de brûler des troncs placés à la verticale.


Le chauffoir!
C'est une petite pièce voutée qui, comme son nom l'indique était la seule pièce chauffée.
Dans cette salle, les moines venaient travailler, elle servait de scriptorium!


La salle du chapitre!
C'est la salle où se réunit la communauté monastique autour de son père abbé, pour l'écoute d'un chapitre de la règle de saint-Benoît, qui en compte 73.


Vie monastique!

Le mouvement cistercien prônait un idéal ascétique et la règle bénédictine primitive était observée dans les établissements avec une extrême rigueur : isolement, pauvreté, simplicité, seules voies pouvant mener à la béatitude.



Les conditions de vie des cisterciens sont encore aujourd'hui très dures.
Les offices, la prière, les lectures pieuses alternent avec les travaux manuels, le temps de repos ne dépassant pas sept heures.
Les repas, pris en silence, sont frugaux....


Chercher bien et vous trouverez la tête de diable de l'abbaye!


Enserrée dans le creux d'un vallon, l'Abbaye Notre-Dame de Sénanque demeure l'un des plus purs témoins de l'architecture et de la vie cistercienne!



Au matin de la septième journée de son voyage au Japon, Nicolas et son groupe se dirigent vers la ville de Uji qui abrite le Byoto-in, le Temple du Phoenix!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Le Byodo-in est un temple bouddhiste situé à Uji, petite ville du Kansai, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Kyoto.


Construit en 998, le Byodo-in servait au départ de résidence secondaire au politicien Minamoto no Shigenobu.


Rachetée après sa mort par l'un des hauts membres du clan Fujiwara, la villa fut transformée en temple bouddhique en 1052.


La visite à l'extérieur s'organise autour de l'étang, dans un cadre sublime qui s'accompagne même de quelques fleurs de cerisiers au printemps.


Le bâtiment central a pour nom "pavillon du phénix" ou hôôdo, car sa forme architecturale aux deux ailes déployées évoque l’envolée de l’animal légendaire.


Depuis que la secte amidiste a investi Byôdô-in, l’ensemble a pour vocation de recréer le Paradis bouddhiste de la Terre pure.
Byôdô-in témoigne de la foi et du mode de vie de la noblesse d’une époque durant laquelle la divinité s’humanise et la compassion se fait miséricordieuse.


Rénové en 2014, classé à l’Unesco et Trésor national du Japon, le majestueux hall principal ouvre ses ailes tel un phoenix, abritant en son sein une représentation du Bouddha Amidaa.


De la bâtisse d'origine, ainsi, il ne reste que cet élément principal : Hôô-dô, littéralement le "hall Phoenix".
Sur le toit, on trouve d'ailleurs deux statues dorées de phénix.


À bientôt pour la suite de cette balade!



"La mesure d'aimer Dieu, c'est de l'aimer sans mesure."
Saint-Bernard
Traité de l'amour de Dieu
 
L'abbaye Notre-Dame de Sénanque est un monastère cistercien toujours en activité et située sur la commune de Gordes, dans le département du Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
Aujourd'hui, je débute une nouvelle série consacrée à cette très jolie abbaye, visitée en été 2019!
 
-Abbaye de Sénanque (ici)
 
-Abbaye Notre-Dame de Sénanque (II) (voir le lien)

-Église (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir notre balade à Gordes depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Fondation!
L’abbaye Notre-Dame de Sénanque est fondée le 23 juin 1148, par des moines cisterciens venus de Mazan en Ardèche.

L’abbaye appartient à un ordre monastique puissant, porté par l’aura de Saint Bernard.



À Sénanque, la communauté prend possession d’un étroit vallon d’1 km de long et de seulement 300 m de large.
Mais l’emplacement correspond parfaitement aux prescriptions de l’ordre qui précisent : « on ne doit construire aucun monastère dans les villes, les bourgs et les domaines ruraux » ( chap. 9 de la Summa Cartae Caritatis ).


Saint Benoît demande à ce que « le monastère détienne toutes les choses nécessaires : eau, moulin, jardin, boulangerie et les divers métiers en sorte que les moines n’aient aucune nécessité de courir au-dehors, ce qui n’est aucunement avantageux à leurs âmes. »


Grâce aux nombreuses donations de la famille des Agoult Simiane de Gordes et des seigneurs de Venasque, l’Abbaye de Sénanque prospère rapidement.


Reconnaissants, les Frères de Sénanque acceptent que la dépouille de Geoffroy de Venasque repose dans l’église abbatiale.
Son tombeau est toujours visible dans le transept Est.


Jolie vue sur l'église de l'abbaye.


Déclin!
La situation de l’Abbaye de Sénanque se dégrade au début du 15e siècle.
En une période de troubles et de violences, le patrimoine de l’Abbaye ne peut être conservé, les subsides s’effondrent, les vocations se tarissent.
La communauté ne compte plus que trois Frères en 1439.


Le 24 Septembre 1792, l’Abbaye est vendue comme bien national pour 28 000 francs. 
Afin de protéger Sénanque, le nouveau propriétaire prend soin d’ôter tout ce qui revêt un caractère trop religieux pour cette époque troublée.
Il fait retirer la croix qui couronne l’église, enlève les trois cloches et fait marteler les armoiries du logis abbatial.


Le renouveau!
En 1854, une communauté de Frères se ré-installe à l’Abbaye.
Le 29 Avril 1857, M. de Pluvinal, propriétaire privé de l’Abbaye, accepte de céder son bien à la communauté monastique, représentée par son abbé Dom Barnouin. Celui-ci entreprend d’importants travaux de restauration.

Après avoir été vendue....achetée comme bien national....à nouveau vendue....en mai 1926, une douzaine de moines s’installe à Sénanque. Le bien est racheté, Notre-Dame de Sénanque est désormais prieuré de l’Abbaye de Lérins.


Le dortoir des moines!
Le dortoir mesure près de 30 mètres de long sur 9 mètres de large.
Il pouvait accueillir une trentaine de moines.
Aujourd'hui, chaque moine dort dans ue cellule individuelle mais suit à peu de chose près le même rythme de prières qu'au Moyen-Âge.
 
À demain pour la suite de cette visite!




Nous ne pouvions pas quitter ce lieu emblématique du Vaucluse sans aller faire un petit tour à l'église saint-Firmin de Gordes!
 
Je vous invite à voir ou à revoir notre balade à Gordes depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


L’église consacrée à Saint Firmin, saint patron du village, a été construite au 18ème siècle.


À cette époque la population du village est importante et l’église médiévale devenue trop exiguë est rasée ainsi qu’une vingtaine d’habitations pour permettre la construction de l’église actuelle.


L’imposant édifice aux allures de forteressetrône au sommet du rocher et donne au village son allure de citadelle.


L'intérieur est entièrement décoré de peintures murales du 19e siècle.


Le mobilier est imposant.....


.....tableaux, sculptures, grilles en fer forgé, reliquaires!


L'intérieur est peint de couleurs chaudes rappelant les églises italiennes.


À bientôt pour une nouvelle balade!



Nous poursuivons notre balade à travers les rues de Gordes, ce village situé dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Le bourg est l'un des villages les plus visités du Parc naturel régional du Luberon.
 
Je vous invite à voir ou à revoir notre balade à Gordes depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Nous déambulons dans les rues en calade, mot provençal pour désigner des ruelles pavées de pierres.


Elles partent de cette place au sud du château pour rejoindre les restes des anciennes fortifications ainsi que le belvédère de Gordes!


Nous arrivons au niveau des remparts de la ville.


Et, là! Une vue tout à fait splendide se dévoile devant nous!


Perché sur son piton rocheux, du haut de ces 300 mètres, Gordes domine la vallée du Calavon, au dessus de champs d'oliviers et d'amandiers.


Jolies ruelles!


Nous passons derrière l'aumônerie.


Et nous revenons à notre point de départ, le château!


Le château donne sur la place du village.


La balade nous a beaucoup plu! Il est temps de revenir à la voiture et pense!
Quand! Soudain! Nous passons devant La Bastide de Gordes, un hôtel situé dans une belle demeure du 16e siècle.


Et, en un court instant, nous faisons la connaissance du groom...qui a bien voulu jouer au jeu des photos!
Merci beaucoup!



Kyoto est traditionnellement la ville des geishas! C'est dans cette ville que les premières geishas ont fait leur apparition!
De nos jours, c'est dans cette ville qu'elles sont les plus nombreuses.
 
Le Gion Corner est un espace où l'on peut découvrir sept disciplines des arts du spectacle, en particulier la danse kyo-mai présentée par des danseuses maiko.

En cette soirée du 6e jour de leur séjour au Japon, le groupe de Nicolas est attendu à l'Espace Gion pour un spectacle inattendu!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


L’ensemble des arts issus des périodes Heian (794 - 1185) et Muromachi (1333 - 1573) formant le socle de la culture de Kyoto y sont représentés.


Danse kyo-mai!
Originaire de Kyoto, la danse kyo-mai est une discipline élégante et éblouissante exécutée par des maiko et geiko.
À Kyoto, les « geishas » sont appelées « geiko ». Elles vêtues de robes magnifiquement ornées.


Séance de Koto!
Le koto est une ancienne cithare japonaise à six cordes dont on joue traditionnellement avec des grattoirs en ivoire portés sur les doigts, et qui produit de superbes harmonies.


Art floral!
L'art floral est l’art de créer de magnifiques arrangements à partir de fleurs et d’autres matériaux.


Musique de cour gagaku!
Le gagaku est le nom donné à la danse et à la musique japonaise exécutées à la Cour impériale, ainsi que dans les sanctuaires et les temples.


Théâtre kyogen!
Le kyogen est une forme de théâtre comique où sont décrites de manière plaisante les habitudes et la vie des gens du commun dans la société ancienne japonaise.


Après le spectacle, sur la route du retour à l'hôtel, nos amis s'arrêtent au Kyoto Nogomikan, un restaurant local.


Ce restaurant présente une belle carte de spécialités dont raffole Nicolas!
 
À bientôt pour la suite de ce séjour!



Classé parmi les plus beaux villages de France, Gordes, situé dans le département du Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur s'élève face au massif du Luberon.
 
Perchée sur un rocher, la commune cotise à l'association Les Plus Beaux Villages de France pour son patrimoine riche et varié!

Cet article servira de récapitulatif à notre balade dans ce beau village perché!

-Sur la route des villages perchés de Provence (ici)

-Emblème du village perché (voir le lien)

-Église saint-Firmin (voir le lien)

-Abbaye Notre-Dame de Sénanque (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Ce village dominé par un château Renaissance érigé en son centre, fut l'inspiration de beaucoup d'artistes tels que Marc Chagall, Victor Vasarely, André Lhote ou Pol Mara.
Ils tombèrent tous sous le charme de ce village perché et s'y installèrent pour y vivre.


Le château!
Le monument le plus marquant demeure le château dont la partie la plus visible est de style Renaissance.


Érigé au centre du village, cet imposant édifice, reconstruit en 1525, a été classé monument historique le 4 juillet 1931 et abrite actuellement un musée de peinture consacré à Pol Mara, artiste belge.


Fontaine de la place Genty Pantaly!
Sur la place au sud du château, une fontaine, déjà citée en 1342, fut,jusqu'en 1956, le seul point d'eau de la partie haute du village.


En 1957, l'eau de ville fut installée dans les foyers. Elle était réservée à la consommation courante.
Pour laver son linge il fallait aller au lavoir situé en bas du village.


Les normes de construction sont très strictes sur l'ensemble de la commune. La pierre est omniprésente et toute nouvelle construction doit en respecter la mise en œuvre traditionnelle.
Murs et murets sont, par tradition, toujours faits de pierres locales. Ils sont dits de « pierre sèche » lorsqu'ils sont sans mortier ou à « joints vifs » lorsqu'ils sont sans joints apparents.


Aumônerie Saint-Jacques!
Ce bâtiment du 14e siècle accueillait, autrefois, les pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle!


Le patrimoine de Gordes n'est que splendeur et émerveillement!


En descendant vers le belvédère, se tient l'église Saint-Firmin construite sur les bases d'une ancienne église du 13e siècle, et consacrée à saint Firmin.


Plusieurs rues en calade, mot provençal pour désigner des ruelles pavées de pierres, partent de cette place au sud du château pour rejoindre les restes des anciennes fortifications ou le belvédère de Gordes!
 
À bientôt pour la suite de cette balade!



Sault est une commune située dans le département de Vaucluse en région Paca.
Le village se trouve à l'est du mont Ventoux et au nord-est des monts de Vaucluse.
Il est posé sur un plateau calcaire entre pierres, forêts et champs de lavande.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sault depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pou les agrandir!
(13 clichés)


Pour comprendre un peu l'univers de la lavande, nous avons décidé d'aller visiter une exploitation agricole spécialisée dans lavande, Aroma'plantes, située Route du Mont Ventoux à Sault.


La cueillette de la lavande fut d'abord une activité complémentaire exercée par les femmes, tôt le matin avant les travaux de la ferme.


La lavande était coupée avec une faucille et entassée dans un tablier noué autour de la taille.


Le parcours est truffé de petits questionnaires rigolos!


Aroma'plantes, c’est avant tout une exploitation agricole, spécialisée dans la production des plantes aromatiques et médicinales en agriculture biologique depuis 1978.


Située à 800 mètres d’altitude sur les pentes du Mont Ventoux, à deux pas d'Avignon, permet de produire des plantes adaptées à la région.


Ce jardin...un jardin secret...est un plantothèque!


Promenez-vous et découvrez les secrets des plantes récoltées dans l'exploitation!


Je suis l'âme de ce pays? Qui suis-je? La lavande, bien sûr!


La visite se termine par une petite dégustation! Une belle série de sirops de plantes est proposée!


Le choix est cornélien!


Allez! C'est décidé! Ce sera un sirop de thym!
 
À bientôt!



Sault, cette commune située dans le département de Vaucluse en région Paca nous a beaucoup séduits.
Et, comme à notre habitude lors de nos balades, nous avons été attirés par cette jolie église Notre-Dame-de-la-Tour de Sault!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sault depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pou les agrandir!
(7 clichés)


Initialement dédiée à Saint-Sauveur, elle fut construite au début du 12e siècle.



L'église Notre-Dame-de-la-Tour est une église de style roman.

La nef principale comporte trois travées, couverte d'une voûte en berceau brisé soutenue par des colonnes couronnées de chapiteaux à feuillages.



Derrière le choeur se trouvaient les tombes des seigneurs d'Agoult, seigneurs de Sault.


À la Révolution, elles ont été profanées et les dépouilles exposées sur la place publique!


Une station du chemin de croix.


Les vitraux apportent beaucoup de clarté à l'édifice!
 
À bientôt!



Le village de Sault, situé dans le département du Vaucluse, est un joli village perché sur un promontoire rocheux!
Dans le vieux bourg le parcours fléché nous emmène sur le sentier "sous la roche" qui fut, à l'origine, un des accès principaux du village.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sault depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pou les agrandir!
(9 clichés)


Ce sentier longe le pied du rocher et nous conduit jusqu'au "Belvédère de la Nesque" qui offre une vue imprenable sur le plateau d'Albion!


La Nesque est une rivière des monts de Vaucluse située dans le département de Vaucluse.


Le plateau d'Albion, lui, est situé à cheval sur les trois départements du Vaucluse, de la Drôme et des Alpes-de-Haute-Provence.


Nous admirons ce vaste plateau et nous sommes découvrons, au loin, des champs de lavande.


Ce paysage mosaïque est constitué de champs de lavande et de petit épeautre.


Paysage de carte postale.....


....dont on ne se lasse pas!


Au loin, se détache le mont Ventoux!
 
À bientôt



Poursuivons notre balade en région PACA avec la découverte du très joli village de Sault.
 
Sault est une commune située dans le département du Vaucluse.
Situé sur le bord d'un vaste plateau boisé et planté de lavandes fines, Sault est une charmante et très agréable station climatique perché à 776 m d'altitude.
 
Cet article servira de récapitulatif à notre promenade dans Sault:
 
-Une étape sur la route de la lavande (ici)

-Belvédère de la Nesque (voir le lien)

-Église Notre-Dame-de-la-Tour (voir le lien)

-Capitale mondiale de la lavande (voir le lien)

-Robion(84)-Restaurant Lou Luberon (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Vue de Sault sur son éperon rocheux.


Ces villages sis sur leur « acropole rocheuse », et qui ont gardé leur aspect médiéval, forment par l'orientation des façades de leurs maisons - vers la vallée ou la voie de communication - un véritable front de fortification.


Sault est une des étapes majeures de la Route de la Lavande.


Les immenses champs bleus se répandent tout autour du village jusqu'à perte d'horizon en alternance avec champs de blé.


Le tableau d'ensemble est bien sûr superbe.


Dans le vieux bourg sur le parcours fléché "Une heure sur les pas du loup", nous pouvons admirer l'Hôtel de Ville.....


...la fontaine du village qui fut le premier point d'alimentation en eau courante....


.....la tour de la Barbane, qui est aujourd'hui, quasiment absorbée par els habitations....


...et, enfin, l'église Notre-Dame de la Tour!
 
À bientôt pour une visite plus détaillée!



Au Japon, les villes prennent vie la nuit et se parent de couleurs bien différentes qu'en journée.
Kyoto, que nous avons pu admirer pour ses quartiers historiques et ses somptueux temples et sanctuaires, est aussi une belle de nuit.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Si les gratte-ciel et enseignes lumineuses et colorées sont bien moins nombreux qu'à Tokyo, la ville propose également de magnifiques vues nocturnes.


Théâtre!
La promenade conduit Nicolas devant le théâtre kabuki Minami-za!

Le kabuki est la forme épique du théâtre japonais traditionnel.
Centré sur un jeu d'acteur à la fois spectaculaire et codifié, il se distingue par le maquillage élaboré des acteurs et l'abondance de dispositifs scéniques destinés à souligner les paroxysmes et les retournements de la pièce.


Les transports en commun s'arrêtent relativement tôt! C'est l'occasion de découvrir une partie de la ville à pied et de diriger le groupe vers la gare et la tour de Kyoto.


La nuit, la ville est animée!


Les temples sont illuminés!


La Tour de Kyoto!
Cette tour d'observation d'une hauteur de 131 mètres est la plus haute structure de la ville.
Construite en décembre 1964, elle fait face à la gare de Kyoto.


Gare!
La gare de Kyoto est la plus grande gare ferroviaire de la ville de Kyoto, et l'une des plus importantes du Japon.


Cette citrouille est l'oeuvre de la plasticienne japonaise Yayoi Kusama, figure majeure de l'art contemporain.
 
J'ai réalisé le rêve de ma vie, celui de donner à tous la possibilité de voir mon oeuvre", a déclaré dans un message écrit diffusé aux médias l'artiste de 88 ans, qui encourage ses admirateurs à la soutenir dans sa volonté de continuer à "se battre jusqu'au dernier jour de sa vie" pour transmettre son "amour pour l'humanité" à travers l'art.


La gare fait aussi fonction de centre commercial, d'hôtel....


Elle propose surtout une superbe vue sur la ville depuis le sommet de ses onze étages
 
À bientôt pour la suite de ce voyage!



Nous finirons notre balade à Fontaine-de-Vaucluse en allant visiter le musée du santon!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Fontaine-de-Vaucluse depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Situé sur la place du village, le musée présente aux amoureux de la Provence, la plus belle et la plus importante collection consacrée au monde du santon, petit personnage emblématique de la crèche provençale.


Crée en 1987, par Anne-Marie Boyer, le musée du santon et traditions de Provence, compte aujourd’hui plus de 2200 pièces anciennes et récentes, en terre cuite, en terre crue, en mie de pain, en cire, en verre filé…


Plus de 2000 santons de toutes tailles sont exposés.
Et au moins 95 santonniers exposent leurs œuvres du début du dernier siècle à nos jours.


Dans le musée nous visitons de charmants petits villages.....


....et l'on y découvre les vieux métiers!


Plus de 60 crèches y sont exposées. Toutes aussi belles les unes que les autres.


Les scènes de la vie de tous les jours côtoient.....


....les scènes plus traditionnelles.


C'est une très belle collection de santons!


Tout est réuni pour passer un bon moment!


Nous retrouvons facilement des scènes de Marcel Pagnol représentant la Provence et ses traditions...Yves Montand!


À bientôt pour une autre balade!



Implanté sur un site d'exception, Fontaine-de-Vaucluse, le moulin Vallis Clausa est la reconstitution d’un moulin produisant du papier chiffon de haute qualité, selon les techniques traditionnelles datant du 15e siècle.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Fontaine-de-Vaucluse depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Dans le département du Vaucluse et jusqu'au 18e siècle on comptait encore 11 moulins à papier faisant travailler 500 personnes.


Au fil du temps, la plupart des installations de production papetière de la région cessèrent de fonctionner.


Le dernier moulin bâti près de la Sorgue fut celui du chemin de la Fontaine en 1862.
Ce site aurait subi le même sort que les autres si des efforts conjugués n’avaient pas permis sa renaissance.


En 1973, grâce à l’action de Jean Garcin, Président du Conseil Général de Vaucluse, et de Marius Péraudeau, fondateur du moulin à papier Richard-de-Bas et conservateur du musée historique d’Ambert, en Auvergne, un groupement culturel et artisanal est crée à Fontaine-de-Vaucluse.



Ses objectifs : rénover et sauvegarder la dernière fabrique papetière de la Sorgue, témoin de cette industrie florissante durant des siècles.


Il ne s'agit pas seulement de faire revivre le souvenir du passé papetier sur le site, mais de promouvoir un artisanat de haute qualité fondé sur la fabrication du papier chiffon à la main.


Cette ancienne papeterie du 15e siècle a conservé ses battoirs en bois actionnés par une roue à aube.....


.....et destinés à broyer les chiffons pour faire de la pâte à papier.
 
À bientôt!



Fontaine-de-Vaucluse dont les eaux font naître la Sorgue, a été illustrée dans le passé, bien avant l’immortel Pétrarque, par l’humble Saint-Véran, apôtre de ces lieux.
C’est autour du sépulcre de ce dernier que s’élève l’église de Vaucluse!

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Fontaine-de-Vaucluse depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Nous avons devant nous un très bel édifice de l’art roman méridional.


Cette église a été construite par les moines victoriens sur l'emplacement d'un antique sanctuaire dédié à un dieu païen des eaux.


Dans son état actuel, elle peut être datée du 12e siècle, mais elle est, en réalité, la restauration d'un édifice du 11e siècle.


Elle comprend une nef à trois travées barlongues donnant sur un transept qui s'ouvrait sur trois absides.


À la fin du 12e siècle, a été édifiée, entre l'abside et l'absidiole droite, une minuscule chapelle qui abrite un enfeu avec un sarcophage carolingien dit de Saint-Véran.


Soudain! Un petit rayon de lumière nous apporte beaucoup de sérénité!



Nous flânons, tranquillement, à travers les charmantes ruelles de Fontaine-de-Vaucluse, commune située dans le département du Vaucluse.
Nous partons de la place centrale et nous suivons le chemin qui longe la Sorgue....chemin qui va nous conduire jusqu'à sa source.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Fontaine-de-Vaucluse depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Un sentier aménagé longe la rivière et guide nos pas jusqu'à la résurgence.


La vallée dans laquelle se situe la fontaine s'appelait autrefois « Vallis Clausa » (« vallée close » en latin, Vau-cluso en provençal), en raison de sa position topographique de reculée ou vallée aveugle.
Ce nom est ensuite devenu « Vaucluse » en français, ce qui a donné le nom de fontaine de Vaucluse.


À l'approche de la source mythique de Fontaine de Vaucluse, nous avons l'impression de pénétrer sur un lieu de pèlerinage séculaire.


Au bout d’une profonde gorge verdoyante, au pied d’une formidable falaise sculptée par l’érosion, jaillit la plus belle rivière du département : la Sorgue.


Cette source est la plus importante résurgence d’Europe.
Parfois paisible, parfois bouillonnante et impétueuse comme au printemps, la fontaine est un véritable caprice de la nature.


Mais connaissez-vous le secret de la fontaine?
 
Parti pour faire danser les filles de l'Isle sur la Sorgue, le vieux ménetrier Basile s'endormit à l'ombre un chaud jour, sur le chemin de Vaucluse. 

Apparut une nymphe qui, belle comme l'onde claire, prit la main du dormeur et le conduisit au bord de la vasque où s'épanouit la Sorgue. 

Devant eux, l'eau s'entrouvrit et les laissa descendre entre deux murailles de liquide cristal au fond du gouffre. 

Après une longue course souterraine, la nymphe, au milieu d'une souriante prairie semée de fleurs surnaturelles, arrêta le ménétrier devant 7 gros diamants. 

Soulevant l'un deux, elle fit jaillir un puissant jet d'eau. 


Voilà, dit elle, le secret de la source dont je suis la gardienne pour la gonfler je retire les diamants, au septième, l'eau atteint "le fuguier qui ne boit qu'une fois l'an" et elle disparut en réveillant Basile.




Le temple Kiyomizu-Dera fait référence à un complexe de temples bouddhiques et shintoïstes.
Mais il est principalement utilisé pour un seul : l'Otowa-san Kiyomizu-dera situé à l'est de Kyoto, et qui est l'un des endroits les plus célèbres de la ville.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Le Kiyomizu-dera trouve ses origines en 778, vers la fin de l'époque Nara.
Selon la tradition, il aurait été construit par Sakanoue no Tamuramaro.
Le temple tient son nom de la chute d'eau qui se trouve à l'intérieur de son enceinte, eau provenant des collines environnantes, signifiant eau pure ou eau de source.


En contrebas du bâtiment principal se trouve la chute d'eau Otowa-no-taki, d'où trois canaux plongent dans une mare.


Les visiteurs du temple boivent de cette eau dans des coupelles en fer, eau qui aurait des propriétés thérapeutiques.


Il est dit que boire de l'eau des trois canaux confère santé, longévité et succès dans les études.


Les rencontres se font exceptionnelles!


Mausolée Toyotomi!

Toyotomi Hideyoshi (17 mars 1537 – 18 septembre 1598) est le deuxième des trois unificateurs du Japon durant la période Sengoku.

Il fit rédiger sa propre histoire de son vivant jusqu'en 1592.

D'origine modeste, il atteignit le pouvoir absolu sur l'ensemble du Japon en l'unifiant et en tentant de le pacifier.



L'expression japonaise « se jeter du Kiyomizu-dera »  est l'équivalent de l'expression française « se jeter à l'eau ».
Cette expression a pour origine une tradition de l'époque d'Edo qui prétendait que si une personne survivait à un saut depuis la plateforme du temple, son vœu se réaliserait!


Le bâtiment principal du Kiyomizu-dera est célèbre pour sa plateforme, soutenue par des centaines de piliers, à flanc de colline et qui donne une vue impressionnante de Kyoto!
 
À bientôt!



Fontaine-de-Vaucluse est une commune située dans le département du Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
Le site exceptionnel de «Vallis Clausa», la Vallée close, a donné son nom au département et le petit village de Fontaine de Vaucluse porte bien son nom!
 
Situé au bout d’une profonde gorge verdoyante, au pied d’une formidable falaise sculptée par l’érosion d'où jaillit la plus belle rivière du département : la Sorgue, Fontaine-de-Vaucluse nous a ouvert ses portes!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade dans ce charmant village!
 
-La vallée close (ici)

-Chemin de la Fontaine (voir le lien)

-Église Notre-Dame et Saint-Véran (voir le lien)

-Musée du santon et traditions de Provence (voir le lien)

-Restaurant Chez Dominique (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Sur la place centrale, cette colonne a été érigée en 1804 pour célébrer le 500e anniversaire de la naissance de Pétrarque.
Francesco Petrarca, en français Pétrarque, est un érudit, poète et humaniste florentin.
Il s'installe à Fontaine-de-Vaucluse de 1337 à 1353 où il écrivit ses plus beaux sonnets.


Le village est dominé par une gigantesque falaise de 230 à 240 mètres où la fontaine a creusé sa résurgence.
Cette énorme source a donné son nom à toutes les « fontaines vauclusiennes » du monde.


Le moulin à papier "Vallis Clausa"!
Implanté sur un site d'exception, Vallis Clausa est la reconstitution d’un moulin produisant du papier chiffon de haute qualité, selon les techniques traditionnelles datant du 15e siècle.


Le château de Vaucluse, aussi appelé château de Pétrarque ou château des évêques de Cavaillon, est une ruine du château qui surplombe le village de Fontaine-de-Vaucluse.


Les ruines qui existent aujourd’hui dateraient du début du 12e siècle.


Nous avons, aussi, été visiter l’église Notre-Dame-et-Saint-Véran.
Cette église a été construite par les moines victoriens sur l'emplacement d'un antique sanctuaire dédié à un dieu païen des eaux.
Je vous promets de bien jolies photos!


Les eaux vert-émeraude de Fontaine-de-Vaucluse sont généralement calmes l'été mais deviennent spectaculaires en période de crue.....


Je vous invite également à faire un petit tour dans ce magnifique Musée du Santon et Traditions de Provence
Situé sur la place du village, le musée présente aux amoureux de la Provence, la plus belle et la plus importante collection consacrée au monde du santon.


La journée promet d'être bien agréable à découvrir ce joli village! Une bonne glace et je vous retrouve bientôt pour de bien jolies visites!



C'est avec la visite de la collégiale Notre-Dame-des-Anges de l'Isle-sur-la-Sorgue que nous finissons cette journée à l'Isle-sur-la-Sorgue, charmante ville située dans le département du Vaucluse.
 
Je vous invite à voir ou à revoir notre balade à l'Isle-sur-la-Sorgue depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


La façade est scandée de deux niveaux de pilastres et colonnes engagées, séparés par un entablement très saillant.
L'ensemble est riche mais austère.


L'axe central, où s'ouvre la porte principale dans un arc en plein cintre, est marqué par le ressaut des colonnes et un fronton triangulaire sommital limité à la travée centrale.


La Collégiale Notre-Dame-des-Anges de L'Isle-sur-la-Sorgue est surtout réputée pour sa riche décoration intérieure du 17e siècle qui rappelle celle des églises italiennes.


Les chapelles latérales sont toutes ornées de riches boiseries et décorées d'œuvres d'art diverses.


Les peintures en faux marbre des pilastres et arcs sont magnifiques!


"L'Assomption"
Tableau réalisé par Reynaud Levieux (Rome, 1680)


L'église s'est enrichi sous la Révolution en recevant les dépouilles - boiseries, tableaux et statues - de couvents de l'Isle supprimés en 1791.


On remarque surtout la longue série de personnages féminins assis ou allongés dans les écoinçons des arcades des chapelles latérales!

À bientôt!



Après quelques semaines de pause, nous reprenons notre balade-découverte du Japon et nous suivons, aujourd'hui, Nicolas sur le marché de Nishiki, le marché culinaire de Kyoto.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Ancienne capitale du Japon, Kyoto est une ville située sur l'île de Honshū.
Elle est réputée pour ses nombreux temples bouddhistes classiques, ainsi que ses jardins, ses palais impériaux, ses sanctuaires shinto et ses maisons en bois traditionnelles.
Sa renommée vient également de ses traditions comme la cuisine kaiseki, repas composé de plusieurs plats étudiés.


Le marché de Nishiki est un marché du centre-ville de Kyoto, situé sur une route à un pâté de maisons au nord, parallèle à la rue Shijō et à l'ouest de la rue Teramachi.
Riche en histoire et en tradition, le marché est réputé pour abriter de nombreux aliments et produits célèbres de Kyoto


Le marché abrite une centaine d'échoppes de nature variée, quoique toutes organisées autour de la cuisine japonaise.


Ce marché de détail animé se spécialise dans tout ce qui touche de près ou de loin à la cuisine.


On y trouve aussi bien de la viande que du poissons et fruits de mer, des légumes, ainsi que des ustensiles de cuisine tels que des couteaux, des bols ou des baguettes.


Nishiki a une vocation très claire, celle d’inviter, quiconque le souhaite à découvrir les variétés culinaires pour lesquelles Kyoto est réputée.


Un petit sushi?



Situé tout autour de la collégiale, dans le centre de la ville ainsi que sur les quais de la ville, le marché de L'Isle-sur-la-Sorgue est l'un des plus importants de la région!
 
Je vous invite à voir ou à revoir notre balade à l'Isle-sur-la-Sorgue depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Le marché de L'Isle-sur-la-Sorgue est aussi l'un des plus anciens et des plus animés marchés de Provence. Ses origines remontent au 12e siècle et sa réglementation au 16e siècle. 


La cité des pêcheurs avait un marché au 12e siècle quand l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait le prieuré Saint-Gervais.
Fief des comtes de Provence, puis des comtes de Toulouse, enfin du Saint-Siège (1274), la cité a été fortifiée par les papes et devint le refuge des villages voisins.


Ce marché proposait des bestiaux, des volailles et des fruits et légumes aux acheteurs locaux et aux marchands. C'était, après le marché de Carpentras, le plus important du Comtat Venaissin.


Aujourd'hui, se déroulent trois marchés dans la semaine:
-celui des produits du terroir, qui se tient toute l'année, le jeudi matin
-celui des producteurs qui a lieu tous les lundis soirs du 7 mai au 24 septembre
-enfin le marché provençal du dimanche matin


Ce dernier se déroule toute l'année, dans le centre ville et sur les quais de la Sorgue. 


Il propose quantité de produits du terroir! C'est l'un des plus animé et des plus coloré du Comtat Venaissin.



Poursuivons notre balade à l'Isle-sur-la-Sorgue!
Après avoir admiré toutes ces belles roues à aubes, qui font la réputation de cette jolie cité, allons nous perdre dans les rues de ce village si typique!
 
Je vous invite à voir ou à revoir notre balade à l'Isle-sur-la-Sorgue depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La collégiale Notre-Dame-des-Anges, d'origine romane est l'une des plus belles églises baroques de Provence.


L'ancien grenier public est un exemple d'architecture fonctionnelle de type "Louis XVI".


L'ancien couvent des Cordeliers a été vendu comme bien national en 1796. Dans cette demeure a vécu et mouru le docteur Félibre Raymond Fallet, conteur provençal (1869-1948).

Vous pouvez voir toutes nos maisons natales sur ce lien!


Certaines façades de maison peuvent dater du 16e siècle.


La tour Boutin est le seul témoin des anciennes fortifications de la ville.
Il s'agit d'un donjon médiéval de forme carrée aux murs épais de 2,30 m.
À côté d'elle, les vestiges d'une maison cardinalice du 14e siècle.


Un petit tour au marché?


Fontaine Alphonse Benoît!
Cette fontaine a été construite en l'honneur d'Alphonse Benoît,esprit généreux et bienfaiteur de la ville.
En effet, à son décès, le 21 mars 1872, il lègue à la ville des biens et immeubles estimés à 994 000 Francs, à la condition de fonder un collège dans sa maison et un refuge pour les négociants, patrons et ouvriers tombés dans la misère.


Maison ou vécut Gino Bourdin!


Il fut un grand virtuose de la musique hawaïenne!


À bientôt pour la suite de cette balade!



L'Isle-sur-la-Sorgue ou couramment L'Isle-sur-Sorgue est une commune située dans le département du Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
Le cadre idyllique et le charme de cette ville nous ont fascinés! Suivez-nous pour une balade hors du temps!

Cet article servira de récapitulatif à cette visite:

-Entre canaux et roues à aubes (ici)

-Quelques beaux bâtiments (voir le lien)

-Collégiale Notre-Dame-des-Anges (voir le lien)

-Un petit tour au marché (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


L’Isle-sur-la-Sorgue tient son nom de la Sorgue qui prend sa source quelques kilomètres en amont à Fontaine-de-Vaucluse.
Celle-ci se divise en de multiples bras et canaux qui divisent la ville en plusieurs îles.
Pour cette raison, la ville est parfois surnommée Venise Comtadine.


L’Isle-sur-la-Sorgue est réputée pour ses roues à aubes depuis une époque très lointaine.


Les eaux de la Sorgue fournissaient la force motrice nécessaire à l’artisanat et à l’industrie de l’Isle.


Et, la balade à ne pas manquer si vous faites un arrêt à l'Isle-sur-la-Sorgue est le parcours des roues à aubes!


Cette balade permet de découvrir les quelques roues encore présentes mais aussi de profiter de la limpidité de ces eaux fréquentée par les canards colvert, les cygnes et les ombles communs.


La ville compta jusqu’à 70 roues installées sur ses canaux. Il n'en reste plus qu'une quinzaine.


Un lavoir....lieu fondu dans le paysage....point de rencontre des femmes où elles pouvaient cancaner.


Dès le 12e siècle, des moulins sont signalés dans les textes, pour moudre les grains de blé sans doute.


Mais, déjà, au siècle suivant est attestée l’industrie drapière, puis, à la fin de l’époque pontificale les moulins à papier, puis la soie.


L’abondance de l’eau avait aussi conduit à la présence de teintureries.


La rue des roues!
Les rues Théophile Jean et du Docteur Roux nous font découvrir, sous le nom de "rue des roues", l'histoire hospitalière et industrielle de l'Isle-sur-la-Sorgue.


Les roues servaient aussi à alimenter les besoins en eau et à arroser les jardins. Elles continuent cependant à scander la mesure du temps et à faire le lien entre la modernité et les valeurs ancestrales.


Roue Penicuik, ville d'Écosse jumelée depuis juillet 1978.


À bientôt pour la suite de cette balade!



Saint-Rémy-de-Provence, petite capitale des Alpilles, est une commune située dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
C'est en revenant d'une balade que nous nous arrêtés à Saint-Rémy-de-Provence.
Nous n'avons pas résisté à y faire quelques pas et nous imprégner du parfum de quelques unes de ses richesses!

Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


Saint-Rémy-de-Provence concentre à elle seule, tout le charme de l’art de vivre provençal qui attire célébrités ou anonymes venus se ressourcer ici.
Nous y avons même trouvé la maison natale de Michel de Nostredame dit "Nostradamus"!

Vous pouvez voir toutes nos maisons natales sur ce lien!


Rue Hoche, l'hôpital Saint-Jacques fut édifié entre les deux murailles de la ville et qui, vers 1646 fut placé sous le vocable de « hôpital Saint-Jacques-de-Compostelle ».


Cette ville de charme est aussi une des plus anciennes villes de France.
Déjà habitée 600 ans avant notre ère elle devient une ville prospère autour de sa source guérisseuse et sacrée.


Hellénisée au IIe siècle av.JC. puis conquise par les romains vers 60 av.JC, la ville appelée Glanum est florissante et se dote de tous les monuments d’une cité romaine.
Détruite par les invasions barbares vers 260 et abandonnée, elle recommence à se développer à son emplacement actuel sous le nom de Saint Rémy de Provence.


Fontaine Ancienne ou Fontaine Nostradamus, rue Nostradamus.
Son buste est l'œuvre du sculpteur Ambroise Liotard, qui succéda en 1859 à celui de Louis XVI.


L'Hôtel de Mistral de Montdragon abrite le musée des Alpilles!


Ville d’histoire, cette cité retrouve une certaine prospérité culturelle, économique et administrative à partir du 11e siècle.
Pendant la Renaissance, époque riche pour Saint Rémy qui vit naître Nostradamus, de belles demeures sont construites dans la ville par l’aristocratie locale.


Collégiale Saint-Martin de Saint-Rémy-de-Provence.


Après l’effondrement de l’ancienne église en 1818, elle fut reconstruite en 1821 dans le style néo-classique monumental en vogue à l’époque.


L'orgue, sur lequel sont donnés chaque année de nombreux concerts a été entièrement reconstruit par le facteur d'orgues Pascal Quoirin en 1983.


Un petit rayon de soleil à travers les vitraux et tout est dit!


À l'intérieur, le maître autel et les fonts baptismaux en marbre datant du début du 14e siècle, tout comme l'ensemble du mobilier à de rares exceptions.


Cette église est entièrement tournée vers la vie de Saint-Rémi. Plusieurs représentations - vitraux, tableaux, peintures, bas-reliefs et statues - en témoignent.
À vous de partir à leurs recherches!


À bientôt pour la suite de notre balade en région Paca!



Fontvieille est une commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
Située au sud-ouest du massif des Alpilles, cette commune qui vit principalement d'agriculture, est surtout connue pour avoir été la terre d'inspiration d'Alphonse Daudet!
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Le moulin Saint-Pierre, ou Moulin Ribet, dit moulin d'Alphonse Daudet, se situe sur une hauteur entourant le village.
Ce moulin, construit en 1814, est le moulin à vent le plus connu de Fontvieille.
Il est aussi un des derniers à avoir cessé de tourner, en 1915.


Ce moulin est attribué à Alphonse Daudet, romancier provençal, bien qu'il ne l'ait jamais habité, ni n'en ait été le propriétaire.


Ses villégiatures à Fontvieille se passaient au Château de Montauban tout proche, mais il venait de temps à autre jusque là pour y trouver l'inspiration et y rédiger les fameuses Lettres de mon moulin.


Le moulin a eu une activité de meunerie durant plus d'un siècle, y compris durant la Première Guerre mondiale, pour le service des armées.


En 1935, une association, les "Amis d'Alphonse Daudet" décide de le restaurer afin d'en faire le musée consacré à l'écrivain.


Sur la même colline on peut voir d'autres moulins qui font partie du groupe des moulins de Rome.....moulin Sourdon, moulin Ramet, moulin Tissot-Avon.....dont le premier fut construit en 1791.



Les Carrières de Lumières sont un centre d'art numérique projetant des expositions immersives, labellisé « Site naturel classé ».
Situées aux Baux-de-Provence, les carrières sont gérées par la société Culturespaces.
Jusqu'en 2012, le spectacle, ainsi que la société gérante, se nommaient Cathédrale d'Images.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Lors de notre dernier séjour dans cette région, nous avons eu la chance de pouvoir aller visiter ce site extraordinaire!
L'exposition du moment était "Picasso et les maîtres espagnols"!


Les chefs-d’oeuvre numérisés de Picasso, Goya ou encore Sorolla, dialoguent en musique sur les immenses surfaces calcaires des Carrières.


Véritable invitation au voyage, cette création multimédia inédite retrace un siècle de peinture espagnole pour une expérience artistique intense.


La première partie met en scène les portraits et scènes de vie quotidienne de Goya, Rusiñol, Zuloaga et Sorolla.


La seconde partie se concentre sur Picasso, sans conteste l’un des grands maîtres et influenceurs de l’art du 20e siècle.


De la cour royale aux scènes champêtres de Goya, à travers les jardins enchanteurs de Rusiñol, les portraits de Zuloaga et les scènes en bord de mer du lumineux Sorolla.


Nous sommes invités à prendre le large avant de plonger dans l’univers pictural foisonnant de Picasso et son oeuvre magistrale.


Conçue comme une déambulation à travers l’art ibérique du 20e siècle, l’exposition numérique et immersive Picasso et les maîtres espagnols met en mouvement des milliers d’oeuvres numérisées.


Les parois calcaires blanches se métamorphosent ainsi en toiles de maître sous les faisceaux d’une centaine de projecteurs.


Nous ne savons plus où donner des yeux!


Magnifique souvenir!



Je ne pouvais pas quitter les Baux-de-Provence sans avoir été visiter le château des Baux!
 
Dominant le village et perché sur la partie haute du rocher, le site du Château des Baux s'étend sur plus de 7 hectares.
C'est l'un des endroits les plus extraordinaires de France, protégé au titre des Monuments Historiques.

Le château a été érigé au 11e siècle, pour les seigneurs de Baux.
Durant les 12e et 13e siècles, Les Baux furent un lieu important entre culture et politique de la Provence médiévale du fait de la puissance de la famille régnante.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)

Photo prise sur le Net


La chapelle saint-Blaise est située à la limite du village des Baux-de-Provence et du château des Baux, au-delà du pavillon d'entrée au château.
C'est le premier édifice que l'on peut admirer quand on arrive sur le site du château.
La chapelle date du 12e siècle et fut élevée par la corporation des tisserands et des cardeurs de laine en l'honneur de leur patron et devint le siège de leur confrérie au 17e siècle.


Hôpital de Quiqueran!
Cet hôpital a été bâti 16e siècle en pleine guerres de religion, sur la volonté de Jeanne de Quiqueran, épouse d'Honoré des Martins, gouverneur des Baux de Provence.
Rebaptisé plus tard "Hôtel Dieu et charité des Baux", il ne ferma qu'en 1787.


Le site de cet ancien hôpital propose des expositions!


Ce jour là nous avons pu admirer une série d'images et de portraits dédiés à Picasso.


La vigne et l'olivier!
Dans la vallée des Baux, la culture de la vigne et de l’olivier domine.


Le plateau de Costapera!
Costa Pera fait face à l'éperon rocheux sur lequel sont perchés le village et le château des Baux-de-Provence.
Au pied de ces deux plateaux, se niche le Vallon de la Fontaine où les habitants de la forteresse venaient puiser l'eau.


De cet endroit, le panorama sur le château est magnifique!


Charles Henri Rieu, dit Charloun Rieu (1er novembre 1846–11 janvier 1924), né et mort au Paradou, un village des Alpilles (Bouches-du-Rhône), est un poète et conteur de langue provençale.
Il est considéré par Frédéric Mistral comme « le chantre de la terre des Baux ».


De juin à fin juillet, la Provence revêt un manteau violet au parfum délicieux...la lavande!


Le Château des Baux-de-Provence.....un voyage extraordinaire dans le temps!



Les Baux-de-Provence est un village classé et labellisé "un des plus beaux villages de France".
Aujourd'hui, son patrimoine historique est exceptionnel avec un trésor de 22 pièces architecturales classées Monument Historique!
 
La chapelle des Pénitents Blancs en est un superbe exemple!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Cette chapelle fut construite au milieu du 17ème siècle.
Sa porte d’entrée est ornée de pierres en bossage. Elle est surmontée d’un bas relief représentant deux pénitents, la tête revêtue de la cagoule, le bourras.


La chapelle des Pénitents blancs fut relevée de ses ruines, en 1937, par la Maintenance des Confréries de Pénitents de Langue d'oc.


Elle fut décorée en 1974 par Yves Brayer sur les thèmes des bergers de provence.


Les sujets liés à l'annonce aux bergers et à la nativité sont placés dans un paysage des Alpilles et du Val d'Enfer.



Les Baux-de-Provence, charmant village situé dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, nous réserve de belles surprises!
 
C'est ainsi qu'en nous promenant dans les rues étroites de ce hameau, nous sommes arrivés devant cette maison, la maison natale de Carle Cornille, troubadour né aux Baux en 1866!
 
Vous pouvez voir toutes nos maisons natales sur ce lien!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!



Depuis quelques jours nous vous invitons à  visiter le très beau village des Baux de Provence, situé au coeur des Alpilles!
 
Après un petit tour en ville, arrêtons-nous, aujourd'hui, à l'église saint-Vincent!
En partie creusée dans le roc, l'église donne sur la place Saint-Vincent.
De style roman, Saint-Vincent présente une surface quasiment carrée.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade aux Baux-de-Provence depuis le début sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Construite entre le 12e et le 16e siècles, l'église est dédiée à Vincent de Saragosse, un saint né en Espagne au 3e siècle et qui occupait les fonctions de diacre de l'évêque Valère.


Les vitraux, offerts par le Prince Rainier de Monaco, sont l'œuvre du maître-verrier Max Ingrand.


Dans la nef de gauche, dans la troisième chapelle, nous sommes attirés par la présence d'un cénotaphe surmonté d'un gisant.
Il est dédié à la famille de Manville, dont l'ancêtre, Claude de Manville, époux de Philippine de Brion, a fait ériger cette chapelle vers 1540 aux frais de sa famille.


Cet édifice est caractéristique des constructions baussenques par sa partie méridionale à moitié troglodytique.


La cuve baptismale pourrait dater du 18e siècle.



Les Baux-de-Provence sont une commune située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 
Je poursuis notre balade dans cette région en visitant, aujourd'hui, cette magnifique cité des Baux-de-Provence!

La balade débute au niveau de l'office de tourisme, ancienne Maison du Roy!
Jusqu'à la Révolution, la ville des Baux fut le chef-lieu d'une juridiction à la fois royale et seigneuriale dont le siège fut longtemps situé dans ce bâtiment construit en 1499. La justice y était rendue au nom du souverain.
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade-découverte des Baux-de-Provence:

-Royaume de pierre au coeur des Alpilles (ici)

-Église saint-Vincent-des-Baux (voir le lien)

-Chapelle des Pénitents Blancs (voir le lien)

-Châteaux des Baux (voir le lien)

-Carrières de Lumières (voir le lien)

-Maison natale de Carle Cornille (voir le lien)

-Restaurant Bautezar et Musée (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le village des Baux-de-Provence, perché sur un éperon rocheux au cœur des Alpilles, est un site majeur du patrimoine provençal.


Le village se visite à pied!


C'est l'occasion  d'admirer de belles maisons anciennes restaurées.....


.....ainsi que de de belles façades Renaissance.


Porte d'Eyguières!
La porte d'Eyguières ou "porte de l'eau" fut le seul accès du village jusqu'en 1866.
Les habitants y passaient pour chercher de l'eau au Vallon de la Fontaine.


Les ruelles pavées nous réservent de belles surprises! Tout est à découvrir!


Hôtel de Porcelet!
Cette belle demeure du 16e siècle présente une belle façade avec d'élégantes fenêtres à meneaux.


Église saint-Vincent!
Cet édifice du 12e siècle est caractéristique des constructions baussenques par sa partie méridionale à moitié troglodytique.


Village de carte postale!


Il est bien agréable de déambuler au cœur des ruelles étroites.


Hôtel de Manville!
Il est le plus bel hôtel particulier Renaissance du village.
La façade irrégulière suivant le tracé de la rue principale est ouverte largement par de grandes fenêtres à meneaux.


Il fut édifié en 1571 par une riche famille protestante, celle de Claude de Manville.


Il est possible d'aller le visiter! N'hésitez pas!
 
À bientôt pour la suite de cette balade!



Le Fort Saint-André est une enceinte fortifiée établie sur le mont Andaon qui domine Villeneuve-lès-Avignon, commune située dans le département du Gard, en région Occitanie.

En 1290, Philippe le Bel échange le Maine et l'Anjou contre une part de seigneurie en Avignon.
Pour protéger un point stratégique à la frontière du royaume marquée par le Rhône, il décide de la construction de Villeneuve-lès-Avignon.

La fortification du Mont-Andaon lui-même est entreprise sous Jean II le Bon.

Vous pouvez voir ou revoir notre visite de Villeneune-lès-Avignon en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Le fort et le mur d'enceinte qui entoure l'abbaye ont été construits en plusieurs étapes durant la deuxième moitié du 14e siècle.


Le châtelet d'entrée, appelé château royal ou "tours jumelles", a été édifié en plusieurs étapes.
Il assure la défense et le commandement du fort.
 


Le long passage de l'entrée était coupé par deux herses successives.


Le fort Saint-André, tel que nous le connaissons aujourd'hui, a eu comme dernier architecte Jean de Loubières, dit Jean de Louvres, l'architecte du palais des papes d'Avignon.


Il a terminé l'actuelle construction sur ordre de Charles V.

Depuis, le fort a été constamment occupé par une garnison jusqu'à la Révolution française.



Chapelle du Belvezet!
Elle a servi de chapelle paroissiale jusqu'au 14e siècle.


La promenade sur l'enceinte fortifiée permet d'avoir une vue panoramique sur Avignon, la vallée du Rhône, le mont Ventoux, les Alpilles et la ville de Villeneuve-lès-Avignon.


L'enceinte fortifiée est longue de 750 mètres.


Les terrasses du châtelet d'entrée!


Les tours jumelles vues depuis la tour des Masques.


Salle du four à pain!
Cette salle semble avoir été aménagée en 1629 lors d'une quarantaine imposée par la peste.

À bientôt pour la suite de cette balade!



La chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction est une ancienne chartreuse datant du Moyen Âge, située à Villeneuve-lès-Avignon, dans le département du Gard en région Occitanie.
 
Vous êtes prêts pour la visite?

Ici, l'allée des mûriers!
Cette allée conduit à l'ancien logis du prieur où se trouve actuellement l'accueil des visiteurs.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre visite de Villeune-lès-Avignon en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


La Chartreuse du Val de Bénédiction doit son origine à la volonté du Pape Innocent VI.
Celui-ci après son élection en 1352, fit don à l’ordre des Chartreux de ses terres et de l'hôtel particulier qu’il possédait à Villeneuve lez Avignon du temps où il était cardinal.


Il fit mener rapidement les travaux de la première fondation, prévue à l’origine pour douze religieux et lui conféra de nombreux privilèges.


Il confia la décoration de sa chapelle particulière à Matteo Giovannetti, auteur des fresques du palais des Papes.


Très attaché à la Chartreuse, il y est enterré à sa demande lorsqu’il meurt en 1362.


Le petit cloître appartient à la première période de la fondation de la chartreuse.



Sa galerie méridionale est dite « du colloque » car les dimanches et jours fériés, les religieux pouvaient y rompre le silence pendant un court moment.



Par la galerie Est, on accède à la salle du chapitre voûtée de deux travées d'ogive.
C'était le lieu de confession et de lecture de la règle de l'ordre.


Cellule du père chartreux!


Chaque cellule se compose de trois pièces!


On pénètre par l'Ave Maria, dotée d'une cheminée et d'un oratoire, qui communique avec une chambreet une pièce consacrée aux travaux manuels. Un balcon couvert et un jardin complètent le lieu  de vie du père chartreux.


Le grand cloître, ou cloître des morts!
Au centre de ce cloître se trouve un grand espace vert qui servait, dans sa partie sud, de lieu de sépulture des moines qui étaient enterrés à même la terre.


Terminons cette visite par la chapelle des fresques!

Cette chapelle appartient au palais que s'était fait construire Étienne Aubert après avoir été élu pape.

Elle est réduite à une abside à cinq pans dont les murs ont conservé de belles fresques réalisées par Matteo Giovannetti, peintre attitré des papes Clément VI et Innocent VI.

À bientôt pour la suite de cette visite!




Lorsque vous êtes à Avignon, vous vous trouvez en région Paca!
Il suffit de traverser un pont, sur le Rhône, afin d'aller visiter Villeneuve-lès-Avignon....et vous vous retrouvez en région Occitanie!
 
La charmante cité médiévale de Villeneuve-lès-Avignon se trouve sur les rives du Rhône.
Elle est dominée par l'imposant fort Saint-André, qui se dresse au sommet d'une colline et possède des remparts du XIVe siècle bien conservés.
Vous pourrez aussi visiter la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon qui abrite un cloître paisible.

Cet article servira de récapitulatif à la visite de Villeneuve-lès-Avignon :

-Cité des cardinaux (ici)
 
-Chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction (voir le lien)

-Fort Saint-André (voir le lien)
 
Je vous invite à voir ou à revoirnos balades en région Occitaniesur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Collégiale Notre-Dame!
La collégiale Notre-Dame est une église gothique qui fut construite au 14e siècle
Elle fut achevée en 1314 et consacrée en 1333 par le cardinal Arnaud de Via qui était le neveu du pape Jean XXII.
Elle fut complétée par le clocher beffroi en 1362.


Le Prieuré!

Au 14e siècle, Villeneuve-lès-Avignon se situe en royaume de France sur la rive droite du Rhône, le fleuve servant de frontière.


L'arrivée des papes en Avignon transforme l'histoire de Villeneuve-lès-Avignon.
Les cardinaux achètent, alors, des terrains et construisent d'immenses palais.
Ce ne sont pas moins de 14 palais cardinalices qui seront construits.


Chapelle des Pénitents gris!
La chapelle des Pénitents gris se trouve située au fond de la cour d'un ancien palais cardinalice, le Palais de Boulogne dit de Thurroye.


Après le départ de la papauté pour Rome, la cité conserve une certaine prospérité grâce à ses privilèges (foires) et à la présence de riches maisons religieuses...Chartreuse, Abbaye Saint-André, chapitre de Notre-Dame....


Mais la Révolution prive Villeneuve de son statut et de ses privilèges de ville royale, ainsi que de toutes ses maisons religieuses, qui étaient des acteurs économiques de premier plan.


La ville voit son patrimoine monumental en grand péril!
La Chartreuse, les Récollets, le Chapitre Notre-Dame sont lotis en une multitude de petites propriétés privées.
L’Abbaye sert de carrière de matériaux.

Toutefois, les principaux trésors artistiques de ces maisons sont sauvés de la dispersion par des esprits éclairés et sont regroupés en 1868 dans un musée aménagé dans deux salles de l’Hospice.


La Chartreuse!
La chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction est une ancienne chartreuse datant du Moyen Âge.
Une chartreuse est un monastère de Chartreux.


Le Fort Saint-André!
Le Fort Saint-André est une enceinte fortifiée établie sur le mont Andaon qui domine Villeneuve-lès-Avignon.

Villeneuve-lès-Avignon et la cité des Papes : seul le Rhône les sépare, mais l'histoire les lie indiscutablement.



Le Pont Saint Benezet, plus connu sous le nom de « Pont d’Avignon », est une véritable prouesse technique !
Édifié à partir du 12e siècle, il reliait autrefois les deux rives du Rhône.
Porteur de légendes, monument emblématique du territoire, il ne conserve aujourd’hui que 4 arches sur les 22 d’origine.

Nous ne pouvions pas quitter Avignon sans avoir été danser sur le pont d'Avignon!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Bénézet d'Avignon, plus connu sous le nom de saint Bénézet, né en 1165 à Burzet  en Ardèche et mort en 1184, est un jeune pâtre à l'origine de la construction du pont d'Avignon.


Ce dénommé Bénézet serait à l'origine de la construction de l'ouvrage en 1177sur des restes de culées romaines.
À son achèvement en 1185, 22 arches enjambaient le Rhône en formant une courbe de 920 mètres de long pour une largeur de 4 mètres.


Le pont d'Avignon a été rendu célèbre par la chanson populaire "Sur le pont d'Avignon".
Il s'agit d'une ronde mimée évoquant toutes sortes de personnages en train de danser autour du Pont Saint-Bénézet, à Avignon.


♪ ♫ ♪
Sur le pont d'Avignon,
On y danse, on y danse,
Sur le pont d'Avignon
On y danse tous en rond.
 
Les belles dames font comme ça
Et puis encore comme ça.
 
Sur le pont d'Avignon,
On y danse, on y danse,
Sur le pont d'Avignon
On y danse tous en rond......♫ ♪ ♫


La chapelle Saint-Nicolas est située sur le troisième pilier.


La chapelle Saint-Bénézet du pont Saint-Bénézet est située sur le troisième pilier mais sous la chapelle Saint-Nicolas.


Le pont et ses deux chapelles sont classés dans l'art architectural roman provençal.


Le pont d'Avignon, s'il fut longtemps le seul permettant de traverser le Rhône entre Lyon et la mer Méditerranée, son utilisation était pourtant bien spécifique.


Trop étroit pour permettre aux charrettes de se croiser, il n'a jamais pu être utilisé à de pures fins commerciales.

Le transport de marchandises dut être assuré par barque ou par barge.

En revanche, il permettait de contrôler efficacement le trafic et prélever les droits de péage.


La visite se poursuit sur la rive le long du rocher des Doms.


La vue sur la pont y est magnifique!

À bientôt pour la suite de notre balade en région Paca!



La basilique Saint-Pierre est une église de style gothique située à Avignon sur la place Saint-Pierre.
Édifiée à l'emplacement d'une première construction du 7e siècle, sa reconstruction actuelle date de 1358.

Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!

(11 clichés)



Les portes de la basiliqiue saint-Pierre, en noyer massif, hautes de 4 mètres, permettent l'accès à l'unique nef de l'église.
Le trumeau séparant les deux portes possède un remarquable dais sculpté sous lequel se trouve encore une belle vierge à l'enfant attribuée à Jean Péru.


La mise au tombeau de la famille des Galliens! Cette oeuvre date de 1431.


De forme classique, l'intérieur contient 6 chapelles latérales, en plus des fonts baptismaux.


À l'intérieur du chœur en bois doré datant du 17e siècle et dessiné par Etienne Martelange se trouve un magnifique retable de François de Royers de la Valfenière réalisé en 1634.


Chapelle Notre-Dame de Lourdes!


Chapelle Saint-Antoine de Padoue!


Jean-Marie Vianney, dit le Curé d'Ars ou le saint Curé d'Ars, né le 8 mai 1786 à Dardilly, et mort le 4 août 1859 à Ars-sur-Formans, est un prêtre catholique français vénéré par l'Église.
Il fut le curé de la paroisse d'Ars pendant 41 ans.
Il est nommé patron de tous les curés de l'Univers par le pape Pie XI en 1929.


Chapelle du Sacré-Coeur!


Le dimanche 11 décembre 2011, la paroisse a été consacrée au Coeur Immaculée de Marie.


À cette occasion, les fidèles ont offert à la Très Sainte Vierge Marie, leur mère du ciel, une rose en argent!



Notre balade à Avignon, commune située dans le département du Vaucluse, se poursuit avec une visite à cette belle cathédrale Notre-Dame-des-Doms d'Avignon!
 
La cathédrale Notre-Dame des Doms d'Avignon est située sur la partie nord d'Avignon intramuros.
Elle a été construite sur une protubérance rocheuse au nord de la ville, le rocher des Doms, surplombant la rive gauche du Rhône
 

Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!

(13 clichés)


Sa position sur le rocher, sa flèche imposante surmontée d'une vierge et sa proximité du Palais lui permettent à la fois de dominer la ville et d'être vue de très loin.


Alors que le Palais des Papes est considéré comme le plus grand ensemble gothique du Moyen Âge, Notre-Dame des Doms, située juste à côté, est un des chefs-d'œuvre de l'art roman provençal.


Trois statues de la Vierge Marie sont présentes à la Cathédrale.....une statue de Notre Dame de tout Pouvoir.....


.....et deux statues de Notre Dame des Doms dont une Vierge de plomb doré qui couronne le clocher depuis 1859.


La plupart des chapelles de la cathédrale sont construites sous Jean XXII .
Lorsque la papauté s'installe, la cathédrale abrite des cérémonies importantes tel que la canonisation de Célestin V ou le couronnement d'Innocent VI.


Tombeau gothique de Benoît XII.


Les vitraux sont, aux aussi, très beaux.


La cathédrale possède plusieurs pièces d'art, sculptures mais aussi mobilier.


Jardin du rocher des Doms!

Le mot " Doms " viendrait de cette Domo episcopali ou maison de l'évêque.

Le Rocher des Doms est un éperon rocheux situé sur la rive gauche du Rhône.

Il a servi de protection pour la fondation puis le développement de la ville.



Au coeur du Jardin des Doms, la statue de Paul Vayson.
 
Hippolyte Paul Vayson est un peintre et graveur français né le 4 décembre 1841 à Gordes (Vaucluse) et mort le 13 décembre 1911 à Paris.


Le jardin du Rocher des Doms offre un magnifique panorama sur la vieille ville, sur le Rhône et les paysages jusqu'au Mont Ventoux.
Au loin, vous pouvez admirer le fort Saint-André situé à Villeneuve-lez-Avignon.


Ici, le célèbre Pont d'Avignon.
 
À bientôt!



Au moyen-âge, le palais des Papes est la résidence du pape et le siège de l’Église. Il ressemble à une forteresse avec ses créneaux et ses meurtrières. Cela assure la sécurité du pape.

La construction du palais est très rapide: 20 ans! Cela paraît étrange mais, pour construire une cathédrale il fallait beaucoup plus de temps.

Aujourd'hui, je poursuis la visite de ce fameux Palais des Papes d'Avignon!

Nous en sommes restés, la dernière fois, au niveau du Grand Tinel! Cette grande pièce abrite les festins prestigieux de la papauté.

Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La Grande Cuisine de Clément VI est constituée de plusieurs niveaux destinés à la conservation des aliments.


La sacristie nord!
À la fin de sa vie, le pape Innocent VI, devenu grabataire, installe un lit et un autel dans cette salle.


La Chambre des Notaires!
C'est dans cette vaste salle que se réunissent les notaires de la chambre apostolique.


La terrasse des Grands Dignitaires surmontait à l’origine l’ensemble du bâtiment.
Elle offre une vue magnifique sur la ville.


L'escalier d'Honneur donne accès à la Grande Chapelle.


La visite se termine au niveau de la salle d'artillerie!

À bientôt pour la suite de notre balade-découverte d'Avignon!



Avignon, ville située dans le sud-est de la France, est traversée par le Rhône.
De 1309 à 1377, les papes catholiques élisent résidence dans la ville.
Le Palais des Papes, qui se trouve dans le centre-ville, est entouré de remparts médiévaux en pierre et témoigne de cette histoire.
 
Aujourd'hui, je vous emmène visiter la plus grande des constructions gothiques du Moyen Âge, la palais des papes d'Avignon!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de la cité d'Avignon depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


À la fois forteresse et palais, la résidence pontificale fut pendant le 14e siècle le siège de la chrétienté d'Occident.


La salle des gardes est située dans l'aile des Grands Dignitaires.Très haute de plafond, elle possède plusieurs portes et permet d'offrir à son occupant une agréable vue.


Le palais est l'imbrication de deux bâtiments, le palais vieux de Benoît XII, véritable forteresse assise sur l'inexpugnable rocher des Doms, et le palais neuf de Clément VI, le plus fastueux des pontifes avignonnais.


La cour d'honneur!
Clément VI, dès le début de son pontificat, en 1342, fit raser les maisons et édifices situés près du palais vieux. Sur cet emplacement fut établie la cour d'Honneur.
Celle-ci accueille aujourd'hui les représentations majeures du Festival d'Avignon.


Le palais des papes est le fruit, pour sa construction et son ornementation, du travail conjoint des meilleurs architectes français, Pierre Peysson et Jean de Louvres, dit de Loubières.....


.....et des plus grands fresquistes de l'école siennoise, Simone Martini et Matteo Giovanetti.


Cour du cloître Benoît XII!


Chapelle saint-Jean!
De 1347 à 1348, Matteo Giovannetti s'occupa de la chapelle Saint-Jean.
Cette dernière, avec une entrée par le nord, est accessible depuis la salle du Consistoire, de plain-pied avec le cloître construit par Benoit XII.


Le Consistoire!
C'est en consistoire que le pape convoque ses cardinaux pur débattre des questions politiques, judiciaires et théologiques de la plus haute importance.


Cloche des Augustins!
Cette cloche fut destinée au couvent Notre-Dame-du-Bon-Repos à Montfavet, commune située près d'Avignon.


Salle de Jésus!
Cette salle est le vestibule des appartementprivés pontificaux.


Nous suivons un circuit.....il ne faut surtout pas se perdre!


La chambre antique du Camérier!
Dans l'Église catholique romaine, le camérier est un membre de la Famille pontificale, chargé du service personnel du pape.


Revestiaire pontifical!
Le pape revêt, ici, les ornements qu'il doit porter lors des réunions du consistoire.

À bientôt pour la suite de cette visite!



Avignon est une ville du Sud de la France, située au confluent du Rhône et de la Durance. C'est la ville où siège le conseil du Grand Avignon.
 
Surnommée la « cité des papes » en raison de la présence des papes de 1309 à 1423, elle est actuellement la plus grande ville et la préfecture du département du Vaucluse.
 
Nous avons eu le loisir de passer quelques jours en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et ce séjour a débuté par la visite de cette très belle ville d'Avignon!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade-découverte d'Avignon!
 
-Avignon, cité des papes (ici)

-Palais des papes (I) (voir le lien)

-Palais des papes (II) (voir le lien)

-Cathédrale Notre-Dame-des-Doms (voir le lien)

-Basilique saint-Pierre (voir le lien)

-Restaurant Avenio (voir le lien)

-Le pont d'Avignon (voir le lien)

Je vous invite à voir ou à revoir nos balades en région Paca sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Avignon se révèle du haut du Palais des Papes!


Le palais des papes d'Avignon est la plus grande des constructions gothiques du Moyen Âge.
La cathédrale Notre-Dame-des-Doms est une cathédrale catholique romaine située juste à côté du Palais des Papes.


Incontournable....Le pont d'Avignon.


La basilique Saint-Pierre est une église de style gothique située sur la place Saint-Pierre à Avignon. Édifiée à l'emplacement d'une première construction du 7e siècle, sa reconstruction actuelle date de 1358.


La rue de la Balance est la principale rue du quartier auquel elle a donné son nom.


D'un côté se dressent de vieux hôtels aux belles façades......


....de l'autre côté, des immeubles moderes aux lignes "méditerranéennes"!


L'ancien hôtel des monnaies date de 1620. Il possède une maçonnerie très particulière, avec des pierres qui paraissent avancer hors du mur.


La cour d'honneur du palais des papes est le berceau du Festival.


La Maison Jean Vilar, inaugurée le 18 juillet 1979, est un lieu de mémoire et d'animation consacré à l’œuvre de Jean Vilar.

Jean Vilar, né le 25 mars 1912 à Sète et mort le 28 mai 1971 dans la même ville, est un comédien de théâtre et de cinéma, metteur en scène, directeur de théâtre et auteur français.

Il est le créateur du Festival d'Avignon en 1947 qu'il dirige jusqu'à sa mort.



La Banque de France!


L'Hôtel de Ville est un bâtiment imposant jouxtant le théâtre, il a été entièrement reconstruit au milieu du 19e siècle  par l'architecte Léon Feuchère, dans un style général néoclassique.


Vitrine artistique et culturelle de premier plan, Avignon s impose comme une ville au riche patrimoine.


La balade est agréable......


....n'oubliez pas de lever les yeux!


Les armoiries de la ville ont été adoptées en 1348, après que le pape Clément VI ai acheté la cité à la reine Jeanne.
Les trois clefs évoquent l'emblème papal, qui comprend deux clefs en sautoir, et le nombre de trois rappelle que la ville d'Avignon était alors gouvernée par trois syndics.

Au 15e siècle, des gerfauts furent réintroduits en tant que supports à l'écu, sur demande de la population auprès du pape.
La devise de la ville fut adoptée au même moment :
" Unguibus et rostro. "

Sa signification, « à bec et ongles », fait référence aux gerfauts.

À bientôt pour la suite de cette balade!



Notre séjour dans le Finistère se termine avec la visite d'une très jolie chapelle située sur la commune de Plomodiern dans le Finistère!
Et là, je dois remercier Bernard, notre guide, pour nous avoir fait découvrir des merveilles tout au long de nos vacances sur la presqu'île de Crozon!
 
Le Ménez Hom est une montagne située sur le territoire des communes de Plomodiern, Saint-Nic, Trégarvan et Dinéault où elle culmine à 330 mètres d'altitude.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La chapelle de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom est classée au titre des monuments historiques depuis le 28 octobre 1916. En breton on l'appelle Ti ar Werc'hez (la Maison de la Vierge) comme le langage populaire dénommait les chapelles ayant la Vierge Marie pour patronne.


La chapelle fut construite en 1570 sur les ruines d’une chapelle romane. Elle est modifiée au 17e siècle comme en témoigne le clocher, débuté en 1668 et terminé en 1773.


L'existence jusqu'au début du 20e siècle de foires importantes à cet endroit explique les importantes collectes d'argent qui ont permis d'édifier la chapelle.
Les dons affluaient, ce qui explique la beauté de l'édifice et la richesse du mobilier.


À l'intérieur de la chapelle les trois retables baroques du maître-autel et des deux autels latéraux sud et nord, avec leurs boiseries datent du début du 18e siècle.


Le retable central a été fait par Jean Le Séven, maître menuisier et Jean Cévaër, maître sculpteur.
Des colonnes torses, une abondante statuaire, de nombreux bas-reliefs encadrent la maîtresse-vitre.
La partie centrale illustre la Sainte Famille et porte des statues de la Vierge Marie, de saint Joseph, de sainte Anne et de saint Joachim.


Le retable sud est consacré aux saints fondateurs de l'Église, saint Pierre, saint Jacques, saint André, saint Paul.
Le retable nord illustre saint Jean-Baptiste, saint Louis, saint Laurent et sainte Marie-Madeleine.


Des sablières remarquables sont encore en place dont celle évoquant la légende du riche laboureur écrasé par son attelage parce qu'il s'était moqué de la Sainte Famille juchée sur un âne lors de la fuite en Égypte.


En charpente, une panne sablière est une poutre placée horizontalement à la base du versant de toiture, sur le mur de façade.
On la nomme ainsi car on la posait sur un lit de sable, qui en fuyant, permettait à la poutre de prendre sa place lentement.


La chapelle se situe dans un enclos paroissial! Elle fut, en son temps, un lieu de pèlerinage et de foire très fréquenté.


On pénètre, dans cet enclos, par un arc de triomphe daté de 1739 qui porte une statue de saint Hervé aveugle représenté avec son petit compagnon-guide Guic'haran.

N'hésitez pas à vous renseigner. La visite de cette chapelle est incontournable!



L'église saint-Ronan est une église priorale située à Locronan, cette jolie commune que nous vous avons montrée hier.

Située juste à côté de l'église saint-Ronan vous pouvez admirer son annexe, la chapelle du Pénity, qui abrite le tombeau de saint Ronan.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


L'église saint-Ronan a été construite entre 1430 et 1480 par les seigneurs du Nevet, avec les dons des ducs de Bretagne Jean V, Pierre II et François II.
Elle est érigée à l'emplacement de la chapelle du prieuré dépendant de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé.


La descente de la croix, chef-d'oeuvre ciselé dans le granit, représente un groupe polychrome du 16e siècle.
Marie-Madeleine porte un costume Médicis et Nicodème un cotume Henri II.
Joseph d'Arimathie étend le suaire.


À l'entrée de l'église, Ecce Homo! Un Christ aux liens!
Le Christ est assis. Il a les mains liées d'un noeud marin. Il attend le supplice.
Réalisé en bois et datant du 16e siècle, il a une expression émouvante de douleur et de majesté!


Les vitraux sont toujours très beaux! Ici, ils représentent la vie de saint-Renan.


Une châsse avec un saint-Renan juste à côté.


Le tombeau de saint Ronan se trouve dans la chapelle du Pénity, construite en 1530 par Renée de France, fille du roi Louis XII en annexe de l'église à l'emplacement supposé de son ancien ermitage.


Le saint y est représenté sur une dalle en pierre de kersanton, soutenue par six anges porteurs de blasons.
Deux anges veillent à ses côtés, les six autres supportent la table funèbre.
Le gisant du saint enfonce de la main gauche sa crosse dans la gueule d'un monstre et il bénit de sa main droite.


Sainte Marguerite, célèbre pénitente, piétinant un dragon furieux.


Les deux bannières de processions que l'on peut admirer dans l'église datent de 1953.


Elles ont été peintes par Pierre Toulhoat, sculpteur, peintre, vitrailliste et joaillier français né à Quimper en 1923.



Locronan est une commune située dans le département du Finistère en Bretagne.
Véritable terre d'inspiration pour les artistes, peintres, écrivains, sculpteurs ou cinéastes, le charme de ce petit écrin breton ne laisse jamais indifférent.
 
Laissez-vous guider!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Enceinte sacrée chez les Celtes, Locronan est avant tout une terre de traditions. C’est au travers de la Troménie, une des plus grande processions de Bretagne, que nous pénétrons au coeur d’un rituel ancien.


Terre de miracles, Locronan a vu sa renommée et sa richesse accroître grâce à la croyance vouée à Saint Ronan et de l’héritage du culte de la fécondité.


Locronan, c'est aussi la cité des tisserands!


Le climat de la Bretagne et le nombre important de ruisseaux, ont certainement contribué à l’expansion de la culture du chanvre et du lin.
À partir du 15e siècle, la région de Locronan se spécialise dans la production et la commercialisation des toiles de chanvre qui sont vendues sur le marché de la toile à voile.


De sa belle époque, le village a conservé une place centrale pavée ornée d'un puits, la vaste église Saint-Ronan ainsi que des maisons Renaissance en granite.


Grâce à la renommée de Saint Ronan, Locronan a été enrichi par l’afflux des pèlerins sur le tombeau de Saint Ronan et par les faveurs des Ducs de Bretagne, en particulier de l’exemption de certains impôts.



Il y a des petits personnages cachés dans cette cité! À vous de les découvrir!


Autour de l’activité de la manufacture, se sont installés artisans, commerçants, petite bourgeoise et petite noblesse, comme en témoignent les riches demeures de cette cité de caratère.


La mairie!


En prenant son temps et en flânant dans les rues adjacentes.....


.....on comprend pourquoi de nombreux réalisateurs de cinéma ont trouvé là leur source d’inspiration!



Locronan est une commune située dans le département du Finistère!
Je vous en parlerai bientôt!
 
Et c'est en pensant à notre amie Françoise "grainedesucre" que j'ai pris cette enseigne en photo!
 
Joli jeu de mot!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!



Le cap Sizun est l'extrémité occidentale de la Cornouaille, dans le sud-ouest du Finistère en Bretagne, dont la capitale est Pont-Croix.
 
La pointe du Raz, elle, est un promontoire rocheux constituant la partie la plus avancée vers l'ouest du cap Sizun, face à la mer d'Iroise au sud-ouest du Finistère.
 
Vous l'avez deviné! Aujourd'hui, je vous emmène visiter...La Pointe du Raz!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Dans ce décor de hautes falaises couvertes de landes, exposées aux flots et aux vents, la Pointe du Raz est le site naturel le plus connu du Finistère.


Située à la pointe du Raz, Notre-Dame des Naufragés, réalisée en 1904, est une sculpture de Cyprian Godebski.
 
Cyprien Godebski, né en 1835 à Méry-sur-Cher et mort en 1909 à Paris, est un sculpteur français.


Cette sculpture en marbre de Carrare est dressée sur un socle de granit, piédestal dessiné par le chanoine J.M. Abgrall, architecte.
Le groupe, haut de 6 mètres, s'élève sur un piédestal de 4, 50 m.


Tous les ans, le dernier dimanche de juillet, est célébré le pardon de Notre-Dame des Naufragés.


La côte qui s’étire de la Pointe du Van à la Pointe du Millier, offre une succession d’éperons rocheux convertis en sites fortifiés à l’âge du fer.
De nos jours, les oiseaux marins en font leurs univers, ainsi, une partie de cet espace constitue la Réserve ornithologique du Cap Sizun.


Le soleil fait son apparition! J'en profite pour prendre en photo le phare de la Vieille et la tourelle de la Plate, tous les deux situés juste devant la Pointe du Raz!
 
Le phare de la Vieille est un phare maritime construit de 1882 à 1887 sur le rocher de Gorlebella, « la roche la plus éloignée » en breton.
Il éclaire et sécurise fortement le passage dangereux du raz de Sein.
 
La tourelle de la Plate est une balise située dans le raz de Sein.
Encore appelée « Petite Vieille », elle accompagne le phare de la Vieille, face à la pointe du Raz.


La Pointe du Raz est un site exceptionnel pour réunir les amis et prendre quelques photos.


....Eddy, Paul, moi et Clémentine....


Merci Paul pour ces quelques clichés....superbes souvenirs de cette magnifique balade!



Le saké désigne une boisson alcoolisée japonaise réalisée à base de riz. Il s'agit d'un alcool de riz, produit comme la bière par fermentation répétée.
 
Aujourd'hui, nous allons visiter une fabrique de saké située à Fushimi, arrondissement de la ville de Kyoto.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Fushimi, un village dans la ville, posséde encore de nombreuses maisons et boutiques d’un autre temps, magnifiquement conservées.


Outre son célèbre sanctuaire, Fushimi Inari, il compte de nombreuses fabriques de saké.


Gekkeikan, le plus gros producteur national de ce nectar nippon, y a élu résidence et ses bâtiments d’origine retracent son histoire vieille de plus de 360 ans.


Le musée Okura du saké de Gekkeikan fut créé par le brasseur Gekkeikan pour préserver les équipements et faire connaître l’histoire de la brasserie perpétuée à Fushimi.


Une cave de brasserie de l’époque Meiji (1868-1912), sur les berges de la rivière Horikawa du château de Fushimi Castle, fut rénovée à cet effet puis rouverte en tant que musée en 1987.


Le climat de Fushimi-ku, la qualité des nappes phréatiques et du riz, en font un endroit parfait depuis l’époque Muromachi (1336-1573) pour brasser la Nihonshu, l'alcool japonais.


À l’époque de Toyotomi Hideyoshi à Fushimi-jyo, Fushimi est devenu un des lieux de brasserie les plus importants du Japon.


Le long de la rivière Horikawa, bordée de saules et d’entrepôts aux murs blancs, la balade permet de découvrir cette cité de la brasserie pendant que le parfum de la fermentation emplit l’atmosphère!



Cléden-Cap-Sizun est une commune située dans le département du Finistère, en Bretagne.
La Pointe du Van est un promontoire rocheux situé à l'ouest du Cap Sizun.
 
Vous aimez les balades?
Alors suivez-nous!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La chapelle Saint-They!
Symbole du Cap-Sizun, elle surplombe la mer à quelques mètres seulement des falaises vertigineuses de la pointe du Van.


Autrefois, lors des pardons, les procession faisaient le tour de l'enclos mais en prenant soin de border la falaise d'un tour de mottes coupées sur la lande voisine afin d'éloigner le mauvais sort.
Aujourd'hui, il serait difficile d'en faire autant tellement la mer a gagné du terrain et la falaise s'est approchée de la chapelle.


Située à l'extrême ouest de la commune, cette pointe n'est autre que la petite soeur de la pointe du Raz, toutes deux sont gardiennes de la baie des Trépassés.


L'horizon est  brouillé....mais la vue est, malgré tout, magnifique!


Les moulins du Cap-Sizun!
À quelques encablures de la pointe du Van se dressent deux moulins à vent, le petit et le grand.
Le grand moulin est né en 1830 et a toujours guetté les vents sur les hauteurs du Cap Sizun.


Son petit frère est un moulin chandelier. Il est construit sur un socle et c’est toute la cabine qui tourne pour le mettre au vent.



Avant de quitter le Cap de la Chèvre, notre guide nous arrête non loin d'un très joli hameau breton, Menesguen!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Ce village, aux maisons traditionnelles, nous accueille simplement!


Il suffit de s'imprégner....


.....de cette ambiance rustique!


Les anciennes fermes, avec leurs dépendances, règnent dans un paysage battu aux quatre vents.


À Menesguen, les toits ont été restaurés de manière traditionnelle. Les ardoises sont jointoyées au mortier de chaux et au ciment.


Un dernier arrêt avant la fin de notre cinquième journée dans le finistère! Morgat!


L'anse de Morgat, située en baie de Douarnenez, est limitée par la pointe des Grottes à l'est et la pointe du Kador à l'ouest.

Elle abritait autrefois un port sardinier puis un port thonier.


La villa Ker Ar Bruck est une maison en fer, caractéristique des constructions balnéaires de Morgat édifiées à la fin du 19e siècle.
Elle  a été construite en 1889 selon le procédé de Joseph Danly.


Cet ancien petit village de pêcheurs est, peu à peu, devenu une station balnéaire à partir du 19 siècle, sous l'impulsion d'Armand Peugeot.

Armand Peugeot, né le 18 juin 1849 à Valentigney, dans le Doubs, et mort le 4 février 1915 à Neuilly-sur-Seine, est un membre de la famille Peugeot, qui a lancé Peugeot dans l'ère de l'automobile et de la bicyclette.



Après un bon dîner et une nuit réparatrice, Nicolas débute sa sixième journée au Japon par une visite incontournable, quand on est à Kyoto, le sanctuaire Fushimi Inari Taisha!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le Fushimi Inari Taisha, sanctuaire shintô, fut bâti en 711 par le clan Hata, d’origine coréenne, et relocalisé en son lieu actuel en 817.


 Il est dédié à la déesse Inari, liée au riz, et donc plus largement à la prospérité et la richesse.
La déesse Inari est, ainsi, la patronne des commerçants.


Le sanctuaire, très important au Japon, fut placé sous patronnage impérial durant l'époque Heian.
Au début du XXe siècle, il fut désigné comme trésor national, aujourd'hui Propriété culturelle majeure.
Il s'agit du plus grand sanctuaire dédié à Inari de tout le pays.


Ce sanctuaire est surtout connu pour ses milliers de toriis vermillons formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit.


Ces toriis sont pour la plupart des dons faits par des particuliers, des familles ou des entreprises à Inari.
Le nom des donateurs figure souvent sur les montants du torii.


Photo souvenir!


Des milliers de torii rouges.....


Les statuettes de pierre kitsune – le renard mythique– postées çà et là ponctuent la promenade, et donnent au lieu toute sa spiritualité.
En effet Inari, divinité kami de la croissance du riz, des affaires et du commerce, règne en ces lieux grâce à son messager terrestre, animal rusé qui vous dévisage de ses yeux inquisiteurs, la clef du grenier à riz en travers de la gueule.


Visiter Fushimi Inari Taisha constitue une expérience unique, et l'occasion de profiter d'une ambiance de fête à la japonaise.


En effet, des stands de street-food sont installés dans le prolongement du sanctuaire, l'occasion pour Nicolas de goûter un taiyaki!
Le taiyaki est l'un des desserts de rue préférés des japonais.
C'est un gâteau japonais en forme de poisson. La plupart du temps, il est fourré d'anko, une pâte de haricots rouges sucrés.


La visite de ce sancturaire se termine par une rencontre bien sympathique!



Le Cap de la Chèvre est le cap méridional de la presqu'île de Crozon, dans l'ouest de la Bretagne. En tant que pointe avancée sur l'Atlantique ce cap est un lieu stratégique d'observation de la mer.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Ce site, isolé du reste de la population de Crozon, contrôle l'entrée de la Baie de Douarnenez, et la présence militaire y est très ancienne.
Un corps de garde et une batterie de canons y étaient implantés sous la Royauté.


Près du sémaphore, un Mémorial de l'Aéronautique Navale, a été édifié dans un des 4 encuvements de la batterie côtière.


Il est dédié aux 646 marins morts en service aérien commandé.


Ce site est aussi classé pour son paysage exceptionnel et fait partie du Parc naturel régional d'Armorique.



Après avoir quitter Roscanvel et cette très jolie chapelle Saint-Éloi, nous rentrons déjeuner à Camaret!
Sur notre route, la baie de Roscanvel!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


La baie de Roscanvel est l'extrémité sud-ouest de la rade de Brest, entre la pointe des Espagnols et la pointe de l'Île Longue, toutes deux excroissances de la presqu'île de Crozon.



L'île des Morts et l'île Trébéron se trouvent au milieu de la baie.



Sur son rivage ouest se trouve le village de Roscanvel.


Dans cette réserve d'eau de mer, une importante quantité de phytoplanctons se développe.
Ainsi les huîtres, même les plus en hauteur du parc, profitent de cet apport considérable en nourriture!



Roscanvel, commune située dans le département du Finistère, dispose d'une église....miraculée...l'église Saint-Éloi!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Restaurée en 1874, endommagée par les bombardements en 1944, elle a presque entièrement brûlée en 1956.
Seuls le clocher et la façade ont résisté, ainsi que les très beaux vitraux du maître-verrrier Auguste Labouret.


En 1956, les pompiers ayant été contraints d'utiliser de l’eau de mer pour arroser les vitraux lors de l'incendie.
Petit à petit leur armature métallique a été rongée par le sel, et a fini par faire éclater le réseau de ciment armé qui les constituaient.


Ils ont donc été remplacés, en 2006, par des copies aussi belles que les originaux...


Le chemin de croix en terre cuite a été réalisé par Gruher.


Sainte-Catherine!


Saint-Éloi!
Le culte de saint Éloi, patron des forgerons et des guérisseurs de chevaux, encore honoré comme tel de nos jours lors du pardon annuel, célébré chaque mois de septembre, s'explique par une confusion au Moyen Âge avec saint Alor, dont la vie est très peu connue.


Sainte-Vierge-Marie modèle des mères!


Saint-Joseph modèle des travailleurs!


Saint-Louis!


Sainte-Françoise d'Amboise!



La presqu'île de Roscanvel, située dans le département du Finistère, correspond à la branche nord de la croix formée par la presqu'île de Crozon et correspond au territoire de la commune de Roscanvel qui lui a donné son nom.
 
Et, la pointe des Espagnols constitue l'extrémité nord-est de la presqu'île de Roscanvel, branche Nord de la presqu'île de Crozon fermant la rade de Brest.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


La défense du Goulet de Brest!
Cette tour fut construite sous le 1er Empire sur les hauteurs de la Pointe des Espagnols pour renforcer la défense de la pointe en cas d'attaque par la terre.


Les abris-traverses!
Au 19e siècle les constructions défensives reprennent.
Après la tour défensive, une série de cinq batteries, composées d'abris-traverses, vient compléter le système défensif!
Aujourd'hui, les abris-traverses sont protégés par des portes en aluminium dont les barreaux sont horizontaux!
Mais pourquoi donc?
Pour permettre aux chauves-souris de trouver un abri!


Le goulet et la rade de Brest!
Cette position stratégique, face à Brest fut déjà remarqué du temps des ducs de Bretagne, qui y implantèrent un fortin dès 1387, aujourd'hui disparu.


En 1594, les Espagnols y débarquèrent et n'en furent délogés qu'après d'âpres combats.
C'est de cette période que la pointe tira son nom.


Il ne reste plus aucune trace du fort d'origine, mais la pointe, hautement stratégique, fut aménagée par Vauban, par Napoléon III, par la troisième république et par les allemands.


Constituée d'une falaise de plus de 60 mètres de hauteur la Pointe des Espagnols offre un paysage magnifique.


Un promontoire découvre le Goulet, Brest la blanche et le port militaire.


La Pointe des Espagnols a toujours été considérée comme la gardienne de la rade.


Et nous ne nous lassons pas de ce paysage époustouflant!



Nicolas en est à la fin du cinquième jour de son voyage au Japon et, plus précisément à Kyoto!
Après avoir visité le pavillon d'argent, nos compagnons se dirigent vers un restaurant local où leur guide avait commandé un repas "royal"!

Je vous le laisse découvrir!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Sur la table, un objet intrigue Nicolas!
Un petit coup sur le bouton blanc....une sonnette retentit dans tout le restaurant!
Voilà! Comme ça...c'est fait!


Le cuisinier est déjà à ses fourneaux! Ce soir, ce sera "menu royal à la plancha et au wok"!


Pour débuter le repas une salade mizuna!
Le mizuna est une une salade de la famille des choux et qui est beaucoup cultivé au japon.


Pendant ce temps le chef prépare un émincé de boeuf sauce soja! Nicolas se régale!


Le repas se poursuit doucement avec une omelette aux saucisses.


Entre plancha et wok, les saveurs qui se dégagent sont tout simplement bien savoureuses.


Après l'omelette? Oui! Pourquoi pas un okonomiyaki?
On parle aussi de pizza japonaise ou de crêpe japonaise!
L'okonomiyaki est un plat composé d'une pâte qui enrobe un nombre d'ingrédients très variables découpés en petits morceaux!


Le plat suivant est composé de porc, de poivrons et de poireaux découpés en lamelles et grillés dans un wok.


Pour terminer ce repas gargantuesque, le chef insiste pour que ses convives goûtent à un plat japonais typique, le yaki-soba!


Le yakisoba est  composé de pâtes japonaises accommodées d'une sauce semblable à la sauce pour okonomiyaki!
 
Après ce repas....une balade s'impose!
 
À bientôt pour la suite des aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant!



Roscanvel, commune située dans le département du Finistère, se trouve sur la Presqu'île de Crozon et sur la rade de Brest.
 
L'histoire de la commune, essentiellement liée aux évènements militaires et aux préoccupations défensives liées à la défense du port de Brest.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Depuis 1631, la ville de Brest est un port militaire, abritant un arsenal et la flotte du Ponant.
Il est donc impératif de défendre efficacement la côte alentour.


C’est l’architecte Vauban qui entreprend, en 1683, de fortifier d’abord la ville elle-même, puis ses environs.


La rade de Brest présente l’avantage d’être accessible uniquement par un goulet large de seulement quelques centaines de mètres et donc aisément défendable par des positions de tir situées de part et d’autre du passage.


Le Fort de Cornouaille défend donc l’entrée du goulet de Brest avec le fort du Mengant situé de l’autre côté du goulet, exposant ainsi les navires qui le franchissent à un redoutable tir croisé.



À quelques mètres des alignements de Lagatjar, se trouvent les ruines du manoir de Pierre Paul Roux, alias Saint-Pol-Roux, alias Le Magnifique.

Appelé aussi manoir du Boultous, ce manoir surplombe la mer d'Iroise...

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Pierre-Paul Roux, dit Saint-Pol-Roux, né le 15 janvier 1861 à Marseille et mort le 18 octobre 1940 à Brest, est un poète symboliste français.
 
Quand il s'installe à Camaret-sur-Mer, il fait de la Bretagne le centre de gravité de son œuvre.
 
Il achète en 1903 une maison de pêcheur surplombant l'océan, au-dessus de la plage de Pen-Had, sur la route de la pointe de Pen-Hir.
Il l'a transforme en manoir à huit tourelles dont la maison formerait le centre et baptise la demeure "Manoir du Boultous".


"Face à la mer, l'homme est plus près de Dieu", disait-il.


Son isolement volontaire était néanmoins relatif. Il était très impliqué dans la vie quotidienne camarétoise, et nombre de ses amis venaient régulièrement lui rendre visite.


En juin 1940, un soldat allemand pénètre dans le manoir, tue la gouvernante, blesse Saint-Pol-Roux et sa fille Divine, et s'enfuit.
Ils sont emmenés tous les deux à Brest, à l'hôpital.
Un jour d'octobre, revenant d'une visite à sa fille, il découvre le manoir pillé et tous ses écrits déchirés, brûlés, envolés.

Le vieil homme, que les dernières photos nous montrent imposant avec sa haute taille, ses longs cheveux et sa barbe blanche encadrant un beau visage, n'y survivra que quatre mois.


En 1944, le manoir, occupé par les Allemands, fut bombardé à plusieurs reprises par l'aviation alliée.
Il brûla le 11 septembre 1944, sept jours avant la Libération de Camaret.

Ici, la plage de Pen Hat!
La plage de Pen Hat est faite pour le plaisir des yeux! Elle est, d'ailleurs, interdite à la baignade en raison de la présence de baïnes, fourbes et violentes!

À bientôt pour la suite de notre séjour dans le Finistère!



Nous entamons notre cinquième jour dans le Finistère et cette journée débute par une visite qui sort de l'ordinaire!
 
Situés sur la commune de Camaret-sur-Mer se trouvent les alignements de Lagatjar!

Ces alignements mégalithiques contemporains des alignements de Carnac attestent que cette péninsule est habitée depuis des millénaires.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Les alignements de Lagatjar sont composés de trois files de menhirs.
L'ensemble dessine une ligne orientée N 35°E et S 35°O, d'où partent, à angle droit, deux lignes parallèles.


Cette orientation laisserait présumer un caractère astronomique, comme beaucoup d'anciens alignements.
Georges-Gustave Toudouze associe ces alignements à la constellation des Pléiades.
Celle-ci s'appelle en breton ar yar (la poule), d'où peut-être la toponymie du lieu-dit de Lagad-yar (l'œil de poule).


Sur ce séjour, nous avons rencontré une ancienne collègue de Marc, Josiane qui faisait le voyage avec sa soeur, Marie-France!
Ce fut l'occasion de passer de bons moments.



Le Ginkaku-ji ou temple au pavillon d'argent est un temple bouddhiste situé dans l'arrondissement Sakyō-ku à Kyōto au Japon.

Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Ce temple a été construit en 1482 par le shogun Ashikaga Yoshimasa, qui voulait rivaliser avec Kinkaku-ji, le pavillon d'or, construit par son grand-père Ashikaga Yoshimitsu.


Son intention était de couvrir le pavillon d'argent, mais à cause de l'intensification de la guerre Onin, qui avait éclaté quelques années plus tôt, en 1467, la construction a été arrêtée et le pavillon n'a jamais été couvert d'argent.


Le pavillon d'argent est un sanctuaire zen situé au pied des montagnes orientales de Kyoto. Ses motifs sont un exemple remarquable de l'architecture sophistiqué caractéristique du paysage japonais.


Le jardin de pierres et de sable de Ginkaku-ji est particulièrement célèbre. 
Un tas de sable, qu'on dit laissé par les ouvriers quand les travaux ont été interrompus, en fait maintenant partie. Il symboliserait le mont Fuji.


L’endroit connu sous le nom de « Mer de sable d'argent » est traversé par une allée de promenade.


En longeant cette artère, vous serez ravi par la transparence des étangs, les îlots et les ponts, qui décorent le tout autour.


Le pavillon d'argent, bien qu'il soit en bois laqué, s'entoure d'un magnifique jardin sec à l'esthétique épurée, d'une allée de bambous ainsi que d'un jardin japonais de mousses.


Au-delà du jardin sec, un jardin de mousses rigoureusement entretenu serpente un peu à flancs de colline et offre une calme promenade à travers la végétation, sorte de havre de paix en pleine nature.


En bas, le temple se laisse observer, siégeant sur son monde.



Êtes-vous prêts? Alors suivez-nous! Aujourd'hui, je vous emmène faire un petit tour en ville.......Quimper! La capitale traditionnelle de la Cornouaille!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(20 clichés)


Le but de cette promenade est de ne pas quitter des yeux la cathédrale Saint-Corentin!


Le musée des beaux-arts de Quimper et l'Hôtel de Ville.


Montons la rue Kéréon!


La rue Kéréon est depuis tout temps l'artère la plus commerçante de Quimper. Elle doit son nom à la corporation des cordonniers et des bottiers qui travaillaient et vendaient le cuir.


Cette rue mène place Claude Le Coz.


À côté du Lycée se trouve l'auditorium de la Tour d'Auvergne.
L'Auditorium de la Tour d'Auvergne est installé dans l'ancienne chapelle des Jésuites.
 


Les maisons à pans de bois côtoient logis en grand appareil de granit, plus tardifs.....


.....conséquence de l'obligation de construire avec ce matériau après le violent incendie de juin 1762 qui éclata dans la partie orientale.


Les maisons à pans de bois font partie depuis longtemps du paysage urbain.


Elles sont le témoignage d'un savoir-faire médiéval.
Ces constructions ont jalonné les siècles, du 14e au 19e! Siècle qui en a progressivement abandonné l'usage et les techniques.


Les maisons sont parfois ornées de jolies statues!


La rue redescend jusqu'au Pont Médard enjambant la rivière le Steir. Ancien pont levis, cet ouvrage d'art faisait la jonction entre la partie épiscopale dont dépend entièrement la rue Kéréon et le faubourg ducal de l'autre côté.


Et toujours de belles maisons à pans de bois qui font partie du patrimoine local.


Les halles de Quimper!


Ce marché a été ouvert en 1847 à l'emplacement de l'ancien couvent Saint-François. Situé au cœur de la ville c'est le marché le plus connu.


En levant la tête nous pouvons admirer une belle verrière.


Coquillages et crustacés sont à la fête!


Il est l'heure de rejoindre notre bus! La balade fut courte mais très agréable!
 
À bientôt!



Quimper est une commune située dans le département du Finistère.
L'après-midi du 4e jour de notre séjour dans le Finistère, nous sommes partis vers Quimper afin de visiter la cathédrale Saint-Corentin.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


La cathédrale Saint‑Corentin, dont le nom complet est basilique cathédrale Saint-Corentin, est sous le patronage de Notre-Dame et du premier évêque légendaire dont elle porte le nom, saint Corentin.
Elle est située dans le centre-ville de Quimper.


Regardez bien cette photo!
 
La cathédrale a un plan en croix latine et possède la particularité d'avoir une déviation vers la gauche de l'ordre de 10° de l'axe du chœur par rapport à la nef.
 
Plusieurs hypothèses ont été données pour expliquer ce "désaxement".
L'hypothèse la plus vraisemblable fut que le désaxement de la cathérale serait due à la configuration du terrain!
 
Un désaxement pour éviter le sol humide trop instable proche de la rivière et qui empêche de modifier l’axe de la cathédrale romane.


Le monument actuel de style gothique a été édifié au 13e siècle sur la base d'édifices plus anciens, et a été achevé sous le Second Empire.


La chapelle du Sacré Coeur. L'autel est en onyx de Poussielgue et date du 19e siècle.


La chapelle Saint-Joseph rappelle le père adoptif de Jésus de Nazareth.


Notre-Dame d'Espérance!


Sainte-Anne et sa fille Marie!


La chapelle de saint-Corentin avec une peinture murale qui rapporte la légende du patron de la cathédrale.
 
Histoire et légende!

Saint-Corentin est un personnage historique bien connu des Bretons.
Il a été le premier évêque de Quimper, et est compté parmi les sept Saints fondateurs de la Bretagne.
La légende veut qu’il ait été investi évêque par la Roi Gradlon lui-même.
 
Le roi Gradlon aurait été l’un des premiers rois bretons de Cornouaille.


Les vitraux de la cathédrale de Quimper composent un ensemble particulièrement riche.


Les verrières hautes du chœur ont été exécutées vers 1415-1417, alors que les voûtes du haut chœur étaient en voie d'achèvement.


Un détail d'une verrière.


Les verrières du transept et de la nef ont quant à elles été exécutées à la fin du 15e siècle, après l'achèvement de la construction de ces parties du monument.


À bientôt pour la suite de notre voyage!



Le port de Camaret-sur-Mer, commune située dans le département du Finistère, est situé dans une anse protégée par la Pointe de Roscanvel à l'est et par la pointe du Grand Gouin à l'ouest.
 
Cette anse est assez profonde. Elle est, de plus, protégée par un cordon naturel de galets, le "Sillon", donnant au site la forme d'un demi-cercle qui en fait un excellent havre pour les bateaux.

Vous pouvez voir ou revoir notre séjour "Terre et mer en Finistère" depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Au début du 19e siècle, ce sillon de galets, formation naturelle protégeant le port de Camaret, fut affaibli par de violentes tempêtes.
Le Génie Militaire, voulant protéger la Tour Vauban ainsi que la chapelle Notre-Dame de Rocamadour, fit construire, de 1813 à 1815, sur la face nord du sillon, un mur de défense.
Ce mur longe la route qui mène à la pointe de Rocamadour.


Sur la grève, un cimetière de bateaux de pêche abritait jusqu'à 10 langoustiers souvent cédés pour un euro symbolique à la commune.


Au loin une belle maison rose!
Si vous regardez bien, vous en trouverez au moins une dans toutes les villes portuaires de la région! Ce sont les abris de marins!
Les abris du marin sont des lieux d'hébergement créés par Jacques de Thézac au début du 20e siècle dans des ports de Bretagne au bénéfice des marins en escale, trop souvent contraints à passer tout ce temps dans les tavernes du port.


La cale du sillon!
Cet équipement a un intérêt économique important pour le port de Camaret, car il permet de maintenir les dernières activités de réparations navales sur le sillon, site autrefois entièrement dédié à la construction navale.


La chapelle Notre-Dame de Rocamadour protège le site!


Située entre la tour Vauban et la chapelle Notre-Dame de Rocamadour sur le sillon, la sculpture « l’arche de Camaret » est un hommage à la mémoire des péris en mer.
C’est le sculpteur breton Patrig ar Goarnig qui a exécuté cette commande de la ville de Camaret en 1995.

Ces paroles y sont inscrites en breton et en français :
« Ecoute, passant,
Ce n’est pas le vent que tu entends
Chanter sur les vagues émues
Sculptées dans la pierre
Mais les voix des marins perdus
Qui montent de la mer. »